Accueil/Entrainement sportif/Cyclisme/Trek en vélo : 5 conseils pour le planifier et le réussir !

Trek en vélo : 5 conseils pour le planifier et le réussir !

  • bike packing

Et si le vélo était le moyen le plus simple de vivre une aventure des temps modernes ?

Partir cheveux au vent, écrasant les pédales ne nécessite pas obligatoirement de tout plaquer, femme et patron. Un trek en vélo n’est pas nécessairement un parcours héroïque, jonché de difficultés, de cols à grimper, de déserts à traverser sans la moindre gouttelette d’eau, vélo sur le dos.

Ça peut l’être, bien sûr, on a tous vu des spécimens de reportages avec des tarés qui partent sur un coup de tête se faire une petite traversée du monde pépère, sans préparation, en quête d’odyssée spirituelle (certains en sont même revenus !).

Mais faire du cyclotourisme, c’est parfois simplement se rendre dans un endroit inconnu, se détendre et se vider l’esprit, faire une coupure et revenir détendu. Cela peut être l’affaire d’un week-end, ou d’une année entière, c’est à vous que revient la décision de la « pause temporelle ».

Le bikepaking est très à la mode, il s’inscrit dans un nouvel art de voyager, le mouvement « slow travel » dans lequel on prend son temps : ne dit-on pas que « l’important est le voyage et non la destination » ?

le cyclotourisme est très à la mode

« Bike packing is the new sexy » et on comprend pourquoi !

Des milliers de personnes ont ainsi parcouru le monde à vélo et réalisé l’impensable, comme la traversée de l’Alaska en fat bike sur un an !! Des perfs’ solides !

Si vous fouillez la toile en manque d’inspiration, vous en trouverez des récits de voyages à vélo ! Des gens qui partent à la conquête de sentiers non cartographiés en Amérique du Sud, qui roulent sur tout le territoire Africain, qui partent en bandes pour vadrouiller en Europe, en mixant entre vélo et bus, des familles qui traversent les continents avec des enfants en bas âge, etc.

Tout porte à croire que tout est réalisable en vélo, et qu’il y a de quoi s’amuser !

Le voyage à vélo offre une pause dans le temps, une nouvelle façon de « globe-trotter » . Le cyclotourisme attire de plus en plus, car il permet de rencontrer de nouvelles personnes tous les jours, de dormir dans des endroits merveilleux (légaux ou illégaux), rassurants ou peu recommandables. Il peut être fait seul pour ceux qui ont besoin de se retrouver ou à plusieurs pour ceux qui veulent ressouder les liens.

Exit les smartphones, les ordinateurs, les calendriers, le wifi, place à la liberté. La liberté, mais aussi l’économie.

Passés les frais pour investir dans du matériel de qualité, un voyage à vélo coûte généralement « peanuts ». Bon, tout dépend du mode choisi, disons que si vous ne mangez et ne dormez pas dans des 4 étoiles tous les jours pour vous requinquer, normalement, vous devriez vous en sortir à moindre coût.

Un peu de matos de camping pour manger, un charmant sourire pour dormir de temps à autre chez l’habitant et plus si affinité, et vous voilà en mode Pékin Express coquinou !

Voilà pour les bons côtés.

Les désavantages quant à eux sont assez évidents, vous pouvez souffrir de solitude, vous faire voler, rencontrer des problèmes que vous n’aviez pas anticiper (crever, chuter, il y aura forcément quelque chose), craquer physiquement/mentalement, vous perdre, paniquer, devoir improviser et finir à dos de chameau, vous faire kidnapper par les farcs, bref, du classique.

Je ne vous souhaite rien de tout cela, mais c’est à prendre en compte.

Le trekking en vélo n’est sans doute pas fait pour tout le monde, et certaines questions peuvent valoir la peine d’être posées avant d’envisager une grande aventure.

Avez-vous l’étoffe d’un voyageur à vélo ?

voyageur à vélo

Pour le savoir, je vous invite à répondre à ces simples questions :

  1. Appréciez-vous votre propre compagnie ?
  2. Êtes-vous à l’aise avec l’inconfort ?
  3. Êtes-vous à même de solutionner vos problèmes par vous-même ?
  4. Comment vous sentez-vous face à l’inconnu ?
  5. Êtes-vous en mesure de vivre et apprécier le moment présent ?

Si vous avez répondu non à toutes les questions, ce n’est pas nécessairement que le vélo tourisme n’est pas fait pour vous car toutes ces choses la s’apprennent sur le tas.

Si vous êtes vraiment motivé, peut être devriez-vous procéder par étape, genre ne pas commencer par un tour de l’Europe à vélo en solo. De nombreuses compagnies organisent des voyages à vélo dans le monde entier, s’occupent de l’organisation, et mettent à disposition des conseillers si vous en avez besoin. C’est peut-être un bon départ pour ceux qui ne se sentent pas trop rassurés. Sinon, n’hésitez pas à partir avec quelqu’un qui sait ce qu’il fait.

Si vous avez décidé de mettre un pied dans le bikepaking, je vous félicite ! Voici mes 5 conseils pour ne pas vous lancer « à l’arrache » et risquer de regretter un manque d’anticipation.

1. Planifier sa randonnée à vélo

Choisir la route à prendre est une étape majeure et exaltante. Cela ne doit jamais être pris à la légère !

Après cette décision, décomposez votre trek en déterminant vos objectifs et vos besoins quotidiens. Certaines décisions quotidiennes peuvent être planifiées à l’avance comme les repas, l’hébergement et la distance à parcourir. Connaître les grandes lignes de votre périple vous aidera à minimiser le temps perdu et à maximiser les opportunités.

Voici quelques conseils pêle-mêle :

  • fixez-vous des objectifs et des étapes réalisables : on pense objectifs S.M.A.R.T.
  • prévoyez un jour de repos par semaine.
  • partez sur une base de 60 à 80km par jour, et ajustez en fonction de votre niveau d’entrainement, adaptez l’itinéraire à votre rythme et non l’inverse. Vous pouvez augmenter progressivement vos distances à mesure que vous prenez du galon !
  • vérifiez l’état des routes et checkez la météo.
  • prêtez attention aux reliefs et dénivelés qui vous attendent dès votre planification d’étapes.
  • imprimez toujours votre itinéraire ou tracez le sur une carte que vous plastifierez, votre application de mapping ne doit jamais substituer un itinéraire physique.
  • carte, boussole, altimètre et GPS (à pile plutôt que batterie) seront vos meilleurs alliés pour ne pas vous égarer !
  • laissez un peu de place à l’inconnu, facteur essentiel de tout bon voyage ! Planifiez correctement les grandes lignes et laissez-vous un peu de marge de manœuvre entre chaque étapes.
  • vous n’allez sans doute pas inventer un itinéraire, aussi créatif soyez-vous. Quelqu’un la dehors a sans doute déjà fait votre périple ! Renseignez-vous sur les forums et autres sites internet, posez des questions.

2. Bien choix son vélo

choisir son vélo de rando

« Je ne pense pas qui y ait de bons ou de mauvais vélos… »

En fait, c’est bête à dire, mais le bon vélo va être celui sur lequel vous êtes bien. Au même titre que vous devriez courir un marathon dans une chaussure agréable, vous allez devoir miser sur le confort pour votre voyage à vélo.

Les seules questions que vous devrez vous poser :

  • Quel va être le type de parcours ?
  • Quel est mon budget ?

Vous ne devriez faire le choix de votre vélo qu’après avoir soigneusement étudié votre itinéraire, car c’est ce dernier qui va directement influer sur votre « monture ».

Partez-vous pour un trip plutôt court et rapide ou long et lent, êtes vous très chargé ou non, les sentiers que vous emprunterez seront-ils pavés ? Y’a-t-il des montagnes, du relief, comment sera le terrain ? Autant de questions auxquelles vous allez devoir répondre pour choisir le parfait vélo de bikepaking.

Voici les critères que vous devrez prendre en compte.

Le type de vélo

Vous aurez typiquement le choix entre un vélo de randonnée (robuste et confortable) et un VTT. Si vous choisissez le VTT, moins cher, assurez-vous de disposer d‘un cadre en acier.

Si le trek n’est pas long et ne comprend pas de hors-piste, un vélo de ville pourra éventuellement faire le job. Les vélos de route quant à eux ne sont que peu recommandés pour les longues distances, car trop fragiles et difficiles d’y mettre un porte-bagage.

Enfin, si vous en avez le budget, vous pouvez considérer l’achat d’un vélo électrique. Notez que les vélos couchés sont aussi d’excellentes alternatives, contre toutes attentes. Ils évitent les douleurs dorsales, sont plus rapides et plus sécuritaires. Il sont en revanche plus chers.

La taille des roues

La taille de vos pneus va être directement liée à votre destination. Vous aurez généralement à choisir entre du 26 pouces et du 28 pouces, et entre les deux le débat fait rage !

Sur un vélo de voyage, on a tout intérêt à ne pas avoir à relancer souvent, on veut donc conserver l’inertie de la roue. Or, plus la masse est répartie sur la circonférence, plus elle est loin du centre de rotation, et plus il faut forcer pour la stopper (c’est pourquoi on ne conseille pas forcément une roue très légère). Il faudra également plus d’effort pour la mettre en mouvement.

Votre choix quant au diamètre va donc devoir être un compromis entre inertie et effort , c’est un choix personnel à prendre en fonction de votre puissance et aussi de la charge que vous aurez à traîner !

Pour un vélo voyage purement route, peut être vaut il mieux partir sur du 28 pouces, et privilégiez du 26 pouces sur un trek tout terrain.

Le type de freinage

On essaiera d’éviter les freins à disque, qui sont certes efficaces, mais moins résistants. Souvent les modèles de vélos trekking optent pour des freins hydrauliques sur jante, qui sont très efficaces. Leur petit défaut toutefois est que pour trouver des pièces détachées en cas de problème…bon’ chance !

Enfin, on a le système de freinage avec patins, efficace et facilement réparable en cas de faille, c’est un excellent choix pour un trip à vélo.

Le confort

vélo de randonnée

La clé est de choisir un vélo confortable aux 3 points de contact : pédales guidon et selle !

Ici on fera particulièrement attention à ce qu’on appelle les 3 points de contact, à savoir la selle, le guidon et les pédales.

La première devrait être choisie en cuir plutôt qu’en mousse pour les longs voyages, et devrait toujours être testée, au même titre que le reste, avant le départ.

A priori peu important, le type de guidon devrait tout de même être lui aussi considéré. Large, il offre la stabilité, étroit, il offre une meilleure maniabilité. Tout dépend encore une fois de votre encombrement. Si vous partez pour rouler longuement, il est tout de même conseillé d’opter pour un guidon ergonomique qui offre de multiples prises, ce afin de pouvoir fréquemment changer de position. Une solution alternative peut être toute trouvée avec l’installation de bar ends.

Les pédales quant à elles doivent être solides et les roulements fluides.

Tâcher de voyager léger : votre check-list matérielle

Plus vous voyagerez léger, moins vous le regretterez. Bien que ce soit plus facile à dire qu’à faire, il est très important pour vous de vous fixer une charge totale de 20kg maximum au niveau de votre matériel, matériel que vous trouverez sur n’importe quel bon magasin de sport en ligne ou dans votre Decathlon local.

materiel-rando-velo

Voici une liste de matériel utile pour un voyage à vélo, sélectionnez le principal.

Les deux éléments essentiels

  • Vélo
  • Casque

Système de stockage des affaires

Une question qui revient souvent : plutôt sacoche ou remorque pour le stockage ?

Chacun possède ses avantages et inconvénients, le principal étant que vos bagages soient chargées sur votre vélo, et non sur votre dos. Les remorques semblent peu jouables sur de longs trajets avec du relief, mais elles sont peut-être plus pratiques pour des voyages en famille. Elles augmentent par ailleurs la visibilité de l’ensemble.

Les sacoches semblent tout de même plus pratiques, moins encombrantes, en plus d’offrir la possibilité de mieux répartir le poids total sur l’ensemble du vélo.

  • Sac d’hydratation
  • Sacoche de selle et/ou sacoche de guidon
  • Porte bagage et sacoche porte bagage
  • Sacoches imperméables
  • (Remorque)

Accessoires de vélo

accessoire vélo

  • Phare avant et/ou lampe frontale (très utile pour lire le soir)
  • Feu arrière (avec mode clignotant)
  • Antivol
  • Compteur de vélo/GPS/téléphone portable avec application dédiée
  • Rétroviseur pour guidon et/ou casque
  • Garde boue
  • Gourde et porte gourde
  • Sangles élastiques
  • Poignées ergonomiques
  • Porte carte
  • Indispensable : ce superbe avertisseur lumineux (ci-contre) pour vous faire voir et avoir complètement la classe

Boîte à outils

  • Chambre à air
  • Pompe
  • Démonte-pneus
  • Outil multi-usage polyvalent (clé Allen, tournevis, dérive chaîne etc)
  • Rustines, colle
  • Manomètre
  • Vis et écrous
  • Graisse
  • Câble de frein
  • Duck Tape

Matériel de camping

  • Sac de couchage
  • Oreiller gonflable
  • Tente et/ou bâche
  • Opinel
  • Réchaud
  • Popote

Vêtements de base

  • Tshirt en matière respirante, si possible réfléchissant
  • Collant de compression, shorts
  • Gants de cyclisme
  • Chaussures adaptées aux pédales de vélo
  • Chaussettes qui sèchent vite
  • De quoi protéger votre crâne contre le soleil
  • K-way et/ou coupe vent
  • Couche isolante pour l’air frais
  • Gilet de visibilité

Articles personnels

  • Lunettes de soleil
  • Trousse de premiers soins
  • Papier hygiénique
  • Écran solaire
  • Baume à lèvres
  • Répulsif pour insectes
  • Petite serviette à séchage rapide pour le nettoyage
  • Aliments/gels/boissons de performance (ne pas prévoir plus de 24h de nourriture)
  • Guide ou carte pour l’itinéraire
  • Altimètre/boussole
  • Petite trousse de toilette
  • Caméra + harnais
  • Téléphone portable
  • Espèces/carte de crédit/Carte identité
  • Chargeur solaire et/ou chargeur de secours
  • Liseuse électronique pour les moments de solitude
  • MP3 + écouteurs

Les apps très utiles

  • Maps.me et google map, pour gérer votre itinéraire lorsque vous êtes connecté mais aussi hors ligne
  • Warmshowers & couchsurfing, les meilleures solutions pour trouver des hébergements peu couteux
  • WhatsApp & Viber, pour signaler à vos proches que tout va bien (ou pas)
  • Ridewithgps.com : pour trouver des itinéraires, enregistrer vos trajets, organiser vos photos de voyage et créer un carnet de route à partager avec vos amis
  • Gpsies : une base de plus de 5 millions d’itinéraires vélo, le votre devrait y figurer !

4. Ne pas tout miser « sur votre talent »

entrainement vélo longue distance

« L’entrainement ? Et pour quoi faire ?! »

Vous n’avez pas besoin de rouler l’équivalent du tour de France pour faire un tour de France.

Ce que je veux dire par là, c’est qu’il est inutile de faire 100km tous les jours, il faut simplement prévoir des séances d’entraînement régulières pendant la semaine, et des sessions plus importantes le week-end.

En d’autres termes, essayez de vous mettre en selle quasi quotidiennement, même si ce n’est que 20 minutes à chaque fois.

Voici un exemple de plan d’entraînement sur 15 semaines, avec des temps à répartir comme bon vous semble entre les différents jours de la semaine. Pour les semaines pluvieuses, il peut être bon d’investir dans un home-trainer ou un bon vélo d’appartement.

  • Semaine 1 & 2 : 7 à 8 heures de vélo
  • Semaine 3 : 8 à 9 heures de vélo
  • Semaine 4 : 5 à 6 heures de vélo (semaine de repos)
  • Semaine 5 & 6 : 8 à 9 heures de vélo
  • Semaine 7 : 10 à 11 heures de vélo
  • Semaine 8 : 5 à 6 heures de vélo (semaine de repos)
  • Semaine 9 & 10 : 11 à 12 heures de vélo
  • Semaine 11 : 12 à 13 heures de vélo
  • Semaine 12 : 5 à 6 heures de vélo (semaine de repos)
  • Semaine 13 : 14 à 15 heures de vélo
  • Semaine 14 : 7 à 9 heures de vélo
  • Semaine 15 : 5 à 6 heures de vélo
  • Semaine 16 : Départ !

Au cours des semaines 14 et 15, assurez-vous de rouler de façon constante. La plus grosse erreur est de prendre quelques « jours off » avant le départ, ce n’est pas une bonne idée, car on perd vite le rythme.

N’oubliez pas de :

  • Simuler les collines : des entraînements intensifs avec côtes qui mettent le rythme cardiaque à dure épreuve devraient toujours être effectués, même si votre planification ne laisse entrevoir aucun col. Placez ces séances plus courtes avec pentes dans la semaine, pour vous laisser les séances longues et plates le week-end.
  • Ne négligez pas la nutrition, la plupart des cyclistes qui se préparent pour un voyage à vélo ne mangent pas suffisamment. Les athlètes poursuivent généralement des objectifs de perte de poids en plus de l’entraînement, et bien que ce soit tentant, cela a pour conséquence de sacrifier la performance. Assurez-vous donc d’avoir suffisamment de calories par rapport au déficit crée par l’entrainement.
  • Que vous vous prépariez pour un vélo trek de longue distance ou simplement pour améliorer votre condition physique et votre endurance, ne négligez pas l’entrainement de résistance. Essayez de travailler à côté de vos séances de vélos vos abdominaux, votre dos ainsi que vos jambes.
  • Enfin, le meilleur des entraînements restera toujours celui qui simule au mieux les conditions dans lesquelles vous allez vous retrouver le jour J. Partez régulièrement pour des tests grandeur réelle, chargez votre matériel, lestez-vous pour vous préparer au pire et partez sur un week-end ou plus si vous le pouvez, afin de vous tester et voir quelle est votre cadence en « conditions réelles ».

5. Mais avant de partir…

Vous ne pensiez tout de même pas prendre la route sans avoir pris le soin de faire les vérifications nécessaires ?

Avant de partir en voyage à vélo et après chaque escale, vous feriez bien de prendre le temps de vous pencher sur votre monture et vous poser les quelques questions de sécurité suivantes :

  • Mon vélo est il légalement équipé ?
  • La pression des pneus est elle correcte ?
  • Les vitesses sont elles toutes fonctionnelles ?
  • Les roues ne sont elles pas voilées ?
  • Comment est l’état de mes freins ?
  • Comment est votre blanquette ? (question piège)
  • Toutes les fixations sont elles bien en place ?
  • La selle est elle à ma hauteur ?
  • Mes feux avant et arrière fonctionnent-ils bien ?
  • Suis-je assez visible si je dois faire du vélo de nuit ?

Si vous n’avez absolument aucune idée quant à ces questions, je vous conseille fortement d’aller faire un tour chez un spécialiste de la réparation de vélo, non seulement pour qu’il vérifie votre bicyclette, mais aussi qu’il vous apprenne les rudiments de la mécanique vélo.

Maîtrisez quelques bases de la mécanique vélo sera forcément une bonne idée, surtout si vous partez pour longtemps. Nul besoin d’être un pro pour partir en voyage à vélo, mais c’est plus safe de savoir faire face aux soucis les plus courants comme une crevaison.

Derniers conseils avant de prendre la route

voyager à vélo

A vous les beaux paysages ! Vous avez vu ces beaux paysages ?

Pensez toujours à protéger votre corps contre les dommages causés par le soleil et les rayons UV nocifs qui peuvent vous exposer à un risque de cancer de la peau. Utilisez un écran solaire à indice de protection élevé et appliquez-en régulièrement.

N’oubliez pas les zones telles que l’arrière de votre cou, vos oreilles et même l’arrière de vos jambes. Investissez dans des vêtements de cyclisme à facteur de protection contre les ultraviolets (UPF). Portez des lunettes de soleil pour protéger vos yeux.

Des maux et des douleurs peuvent apparaître lors de longs voyages à vélo. Pour les minimiser, bougez fréquemment. Changez périodiquement la position des mains. Pour soulager votre cou et vos épaules, hausser les épaules durant 5 à 10 secondes. Quand la route est dégagée, tendez une main vers le haut pendant quelques secondes, puis l’autre. Tenez-vous debout en danseuse pour que votre jambe soit droite, laissez votre talon s’affaisser sous la pédale durant 20 secondes, puis changez de jambe.

N’oubliez jamais de rester hydraté de façon optimale. Même les jours où vous ne faites pas de vélo, buvez quelques litres d’eau.

Tout devrait bien se passer, bonne route, soyez prudent et surtout : profitez !

Trek en vélo : 5 conseils pour le planifier et le réussir !
5 (100%) 1 vote

mardi 12 juin 2018|

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer