Accueil/Santé/Douleur musculaire/[Test] : Hypervolt d’hyperice : que vaut ce pistolet de massage ?

[Test] : Hypervolt d’hyperice : que vaut ce pistolet de massage ?

  • test hypervolt

Je suis certain que vous les avez vu passer au détour d’une publicité Facebook ou d’un post Instagram de votre runner préféré…

C’est LE nouveau truck à la mode dans le domaine de la récupération sportive…

Après la cryothérapie, l’électostimulation ou encore les rouleaux de massage, voici venir…les pistolets de massage !

Je me suis décidé d’en tester un, juste histoire de voir si cette « hype » est justifiée, si c’est un moyen de « récup’ du turf » ou juste un grand pataquès pour pas grand-chose.

Après avoir zieuté le marché, j’ai jeté mon dévolu sur l’hypervolt de la marque hyperice, assez spécialisée en produits de récupération high-tech et bien pensés, à l’instar de leur roller foam à vibration (Vyper) ou encore leurs poches de glaces améliorées.

Bref j’aime assez cette marque et ses produits que je trouve toujours bien construits et assez novateurs. Il y a cependant bien d’autres modèles sur le marché ,comme le célébrissime theragun G3 Pro ou encore le Tim Tam (qui ressemble davantage à une scie sauteuse/foireuse).

Alors que vaut cet hypervolt, à quoi sert t-il et comment s’en servir ? Je vous en parle juste vous en avoir dis plus sur les pistolets de massage en général et la thérapie de percussion.

C’est quoi au juste, les pistolets de massage ?

Hyperice Hypervolt

C’est quoi cet objet de fou sorti de derrière les fagots ?! Si je vous dis que c’est un « appareil de massage perso vibrant« , je vois d’emblée ou vos pensées vont aller : on se calme direct !

Point de vue techno, il s’agit simplement d’un moteur qui transfère un mouvement progressif d’avant en arrière, à la manière d’une scie sauteuse munie d’embouts adaptés.

Mais alors Jammy quel intérêt ? Braquer un kiné ? Non !

Le pistolet de massage est un peu l’évolution du bon vieux foam roller (ou rouleau de massage, vous savez ce truck en mousse avec des bosses en reliefs, qui vous rentre bien dans les tissus mous pour vous faire souffrir et accessoirement dénouer vos triggers points), on peut s’en servir pour l’activation ou la récupération.

On est cependant capable de mieux localiser la pression avec un pistolet de massage, car la surface de contact est moins grande que sur un rouleau.

Sur le papier, comme toujours, c’est la liste de Noël au niveau des promesses des pistolets du genre qui aiderait à :

  • lutter contre des muscles un peu trop raides
  • améliorer les douleurs musculaires
  • récupérer en amplitude de mouvement après un gros training
  • rétablir la circulation sanguine et éliminer les toxines blabla…
  • aider avec le relâchement myofascial
  • activer les muscles avant d’aller au training pour favoriser l’échauffement et la potentialisation
  • prévenir les crampes
  • accélérer le processus de rééducation
  • se relaxer, tout simplement, comme n’importe quel massage
  • attendrir la viande avant de la passer sur le barbeuk, accessoirement
  • etc.

kyrie irving theragunCes potentiels bienfaits semblent avoir conquis le grand public ainsi que les athlètes pro (à la différence qu’eux touchent sans doute un petit chèque pour en faire usage). On ne cesse de voir des stars passer sous ces pistolets, comme certains basketteurs.

Petit remember pour les fans de NBA et des Cavaliers de l’explosif duo James/Irving : nous sommes en Playoff 2017 et on peut apercevoir le meneur se faire masser durant un quart temps par un membre du staff équipé du Theragun pro, et ce lors des temps morts (en plein match donc).

La raison : prévenir les crampes et augmenter la réactivité et la performance globale en théorie (ce qui n’empêchera pas les Warriors de coller une rouste aux Cavs, blessure profonde sur les fesses que Kyrie ne pourra soulager avec son pistolet).

Bref, pour que l’un des meilleurs meneurs de la ligue en vienne à recourir à ce dispositif en plein cœur de ce qui est peut-être l’un des matchs le plus importants de sa carrière…c’est que le pistolet de massage doit être efficace.

Mais les athlètes ne sont pas les seules à l’avoir adopté, puisque de nombreux kinés en vantent maintenant les mérites et les ont intégrés à leurs protocoles (ils sont surtout pratiques pour les déplacements).

La thérapie qui se cache sous ces appareils est dite de « percussion », voyons celle-ci plus en détail avant de passer au test de l’hypervolt.

C’est quoi la thérapie de percussion ?

Les pistolets de massage n’ont pas tous la même ergonomie, mais ils reposent tous sur le même concept : la thérapie de percussion qui serait, à l’origine, une des cinq techniques de massage suédois (effleurage, pétrissage, friction, vibration et percussion).

Cette thérapie veut que les impulsions de pression créées par le pistolet secouent les zones cibles du corps, ce qui aurait pour but d’assouplir les tissus musculaires dans les zones où les raideurs se sont accumulées.

En « pulsant » rapidement ces fibres musculaires avec une légère pression, on serait en mesure de soulager la douleur et d’améliorer la circulation sanguine.

La différence avec un massage traditionnel résiderait dans la désensibilisation de la zone environnante du muscle endolori, en choquant progressivement la fibre musculaire jusqu’à ce que la zone cible soit atteinte. En clair, à l’aide d’un appareil de massage à percussion, on serait en mesure de cibler des douleurs musculaires spécifiquement sans pour autant les ressentir.

En théorie toujours, vous ne ressentez pas la douleur (que vous bloquez en trompant le système nerveux), mais seulement le soulagement (c’est la fameuse Gate control theory que l’on retrouve à chaque coup dans les nouveaux protocoles de gestion de DOMS).

Les bienfaits de la thérapie de percussion prouvés par la science ?

Sur le papier c’est magnifique, mais dans la vraie vie et en dépit de tant de bienfaits potentiels, la science peine à prouver les effets des pistolets de massage.

En fait, les études sur la thérapie de percussion ne sont pas légion et sur les pistolets de massage encore moins (je n’en ai trouvé aucune, si vous en voyez passer n’hésitez pas).

Même Hyperice qui affiche en grosses lettres sur la boite du produit « Percussion Massage Device » s’en remet aux bienfaits de la « Vibration Therapy » (et non de la percussion therapy) pour expliquer les bénéfices de son produit sur la page de vente (voir vidéo ci-dessus).

La percussion vient marteler la surface du corps en envoyant des impulsions profondes dans les tissus musculaires alors que la vibration est plus superficielle. Une recherche sur les études menées à propos de la thérapie de percussion ne renvoie à ce jour pas grand-chose, si ce n’est des études sur la thérapie de vibration.

Partant du principe « qui peut le plus peut le moins« , nous allons en survoler quelques-unes.

Vibration VS massage contre les DOMS

La première étude notable [1] s’est intéressée à la comparaison de la thérapie de vibration et du massage traditionnel sur 45 sujets contre les DOMS, des douleurs musculaires à apparition tardive (dues à des déchirures microscopiques des fibres musculaires) qui sont susceptibles de survenir chez Mr tout le monde (suite à un exercice inhabituel ou peu familier) et peuvent durer de 24 à 72 heures après l’entrainement.

Les 45 sujets de l’étude étaient des femmes en bonne santé, mais non sportives.

Elles ont été réparties en 3 groupes de 15 aléatoirement et ont reçu soit une thérapie par vibrations (vibrations de 50 Hz pendant cinq minutes), soit une massothérapie (15 minutes) juste avant de faire de l’exercice excentrique. Notez que le 3e groupe (témoin) n’a rien reçu.

Des mesures furent prises immédiatement après le traitement, puis juste après, puis 24h après, 48h et enfin 72h, notamment :

  • douleur musculaire (perception de la douleur)
  • amplitude de mouvement
  • force isométrique maximale
  • répétition maximale (RM)
  • niveau de lactate déshydrogénase (LDH)
  • niveau de créatine kinase (CK)

Les femmes qui avaient reçu un traitement (vibration ou massage) ont signalé un niveau de douleur moindre que dans le groupe témoin à 24, 48 et 72 heures après l’exercice.

Aucun des groupes n’a montré de différence significative dans la force isométrique maximale, et ce à aucun moment que ce soit.

La massothérapie a semble il améliorer la RM de manière significative par rapport au groupe témoin et la thérapie par vibration a montré un niveau de LDH significativement moins élevé 48 heures après l’exercice (toujours comparé au groupe témoin).

Les niveaux de CK à +48H dans le groupe de vibration et le groupe de massage ont montré une différence significative par rapport au groupe témoin.

Les chercheurs ont conclu que « la thérapie par vibration et le massage semblent aussi efficaces l’un que l’autre dans la prévention des DOMS (courbatures). Le massage est efficace pour restaurer la force concentrique (RM). La thérapie par vibration montre une réduction cliniquement précoce de la douleur et est efficace pour diminuer le niveau de LDH dans les 48 heures suivant l’exercice. »

Si ces résultats de 2014 semblent prometteurs, il reste encore beaucoup de questions à ce jour : quel est le meilleur protocole : quelle fréquence, quelle intensité ? Peut-on développer une tolérance à la thérapie de percussion qui la rendrait inefficace dans le temps (à l’instar de l’électrostimulation) ? Peut-il y avoir des effets secondaires ? Est-ce que la percussion est totalement safe ? Etc.

Ici une revue de 81 études scientifiques [2] sur la thérapie de vibration indique que : « La thérapie par vibration fournit des signaux mécaniques anabolisants aux os et au système musculo-tendineux. Ils imitent le mouvement et exercent une influence positive sur la fonction musculaire et la coordination. L’influence sur le métabolisme osseux est obtenue par la régulation mécanique des cellules souches mésenchymateuses, qui fournissent les progénitures de la croissance osseuse. Bien qu’il n’existe pas de consensus universel sur le protocole idéal à adopter, la transmission de signaux mécaniques de faible amplitude et de haute intensité imite les stimuli physiologiques auxquels le corps humain est confronté dans la vie quotidienne. Cela garantirait des effets sécuritaires comparables à ceux des programmes d’exercices légers. »

Cette autre analyse de 42 références scientifiques [3] sur la thérapie de vibration avait conclut en 2014 que « le mouvement oscillatoire mécanique fourni par la thérapie de vibration pouvait représenter une intervention efficace pour améliorer la performance neuromusculaire des athlètes ainsi que les réponses hormonales potentielles, ce qui entraîne une réduction de la douleur et potentiellement un drainage lymphatique. Toutefois, très peu de recherches ont été menées à cet égard et nous espérons donc que le présent document ouvrira la voie à d’autres recherches à venir. »

En bref, il y a peut être du bon dans la thérapie de percussion et les pistolets de massage, mais le moins que l’on peut dire à l’heure actuelle, c’est que la recherche manque cruellement pour affirmer quoi que ce soit. Il faut dès lors faire preuve d’une extrême prudence quant à l’utilisation de ses nouveaux appareils grand public et placer correctement ses attentes.

Contre indications

Si nous ne sommes toujours pas sûrs des effets bénéfiques des pistolets de massage, nous savons en revanche qu’il existe de réelles contre-indications.

Vous ne devriez pas vous offrir ce genre de thérapie si :

  • vous souffrez de douleurs lombaires ou dorsales (maux de dos chroniques, blessures, hernie discale, spondylolyse, etc.)
  • vous êtes atteint de maladies cardiovasculaires
  • vous êtes enceinte (il y a peu de chance que bébé apprécie le massage)
  • vous avez un niveau avancé de diabète
  • vous êtes sous la prise de médicaments anticoagulants
  • vous avez récemment fait de la chirurgie

Ceci étant dit, nous pouvons (enfin) passer à la présentation et au test de l’hypervolt !

Présentation et test de l’hypervolt

test de l'hypervolt

Maintenant qu’on en sait plus sur ce qu’est un pistolet de massage, à savoir un outil onéreux dénué de preuves scientifiques une sorte de « foam roller » sous stéroïdes, nous pouvons passer aux présentations.

L’hypervolt est considéré comme un des tout meilleurs modèles de ce marché, notamment grâce à ses multiples vitesses et sa technologie silencieuse (QuietGlide).

Packaging

avis hypervolt

Dans un packaging pour le moins sobre, je découvre la bête, un manuel d’utilisation sommaire, une recharge ainsi que 5 différentes têtes de massage.

Sans vraiment d’indication sur ces dernières, je dois me rendre sur le site pour en avoir les spécificités.

On a donc :

  • la boule (paix à son âme) : grande surface de contact, bonne tête pour commencer
  • la fourchette : idéale pour travailler autour d’un groupe musculaire spécifique (sympa pour les trapèzes)
  • la tête plate : plus petite surface (effet sourd plutôt, mieux pour les larges portions muscles)
  • la « bullet » : parfaite pour localiser les zones (parfait pour les triggers points ou les zones spécifiques)
  • le coussin : je n’ai pas trouvé sa spécificité, mais il est là

Le pistolet présente 3 vitesses de fonctionnement allant de 2000 à 3200 percussions/minutes, la vitesse la moins rapide étant dédiée aux zones les plus sensibles (ou aux personnes douillettes). Les vitesses plus hautes sont davantage réservées aux personnes que vous souhaitez torturer.

Le manche se compose d’une grande batterie escamotable que vous n’avez aucune raison d’enlever (sérieusement, ne le faites, pas, j’ai lutté à la remettre).

Autonomie

Autonomie 90%

L’hypervolt se manipule donc sans fil qui pendouille, ce qui le rend assez pratique, bien qu’un peu lourd en main (1,2kg tout de même).

L’autonomie est de 3 heures, ce qui est très confortable (avant de vous torturer 3heures…) ! Si vous l’utilisez comme moi à raison de 5-10 minutes par jour (en mode on/off un peu tout le temps), une charge complète vous fera tranquillement la semaine.

Niveau sonore

Silencieux 90%

J’avais lu que c’était le gros point fort et effectivement, la technologie QuietGlide fait plutôt bien le travail, on s’entend parler quand on se masse, ce qui est plutôt une bonne chose quand on sait que d’autres pistolets de massage sur le marché font le bruit d’une tondeuse (coucou TimTam).

Quand on parle d’un outil de relaxation, c’est un peu paradoxal d’être gêné par le bruit, pas de souci à ce niveau avec l’hypervolt.

Ergonomie

Ergonomie 85%

La prise en main est excellente, le moteur s’élance rapidement et le passage d’une vitesse à l’autre est fluide.

On apprécie les indicateurs LED qui donnent un aperçu de la vitesse en cours et du niveau de charge.

avis hypervoltBeaucoup disent que le modèle concurrent, le theragun, est plus ergonomique, notamment parce qu’il possède un bras de massage qui est ajustable. Je ne peux pas contredire ce point, il est vrai que cette fonctionnalité serait un plus, car il est un peu dur de venir se masser soi-même le haut du dos avec l’Hypervolt.

Quant au massage lui-même, il se veut très agréable, précis et la percussion est fluide (vous pouvez admirer mon superbe slow motion ci-contre).

En clair, le produit est bien fini, qualitatif, l’ergonomie est bonne et le massage est agréable.

On regrette le manque d’une petite housse de transport, ce qui a été (je crois) corrigé sur le modèle Hypervolt+.

Prix

Rapport Qualité/Prix 90%

L’hypervolt est actuellement aux alentours de 350$ sur le site US du constructeur. Si vous le vous procurez comme moi sur un e-commerce français comme sport orthèse, vous l’aurais plutôt dans les 400€.

Le prix élevé peut néanmoins être perçu comme un investissement, du moins pour quelqu’un de très actif qui s’entraine (quasi) quotidiennement.

Le tarif peut également être justifié si vous êtes un coach perso, un chiropraticien, un kiné (globalement tout physiothérapeute qui est amené à se déplacer chez le client) ou éventuellement un patron de salle soucieux du bien-être de ses abonnés.

Le tout vient avec une garantie d’un an. A ce prix, l’hypervolt est sans conteste le meilleur rapport qualité/prix du marché qui est encore assez jeune (les prix devraient diminuer à l’avenir).

Premier constat (personnel) : on est sur un produit bien fini dont les lignes font très pro. L’objet est agréable à utiliser, silencieux et possède une bonne autonomie. Les différentes têtes fournissent un massage précis et la percussion est fluide, quelle que soit la vitesse. Le massage se veut agréable, bien que difficilement supportable sur les zones courbaturées (à 30h post training par exemple). Quand je passe une minute à plein régime sur une zone, une sensation de légère démangeaison me prend. Il manque une tête ajustable pour bien travailler le dos seul. Le prix est certes onéreux, mais si les promesses sont tenues, je dis pourquoi pas.

Comment et quand l’utiliser ?

Il y a globalement deux grands cas de figure :

  1. Pour l’activation des muscles en vue d’un effort pour réduire le risque de crampes et augmenter les performances
  2. Pour la récupération post training afin de réduire les DOMS

Pour ce qui est de l’augmentation des performances, ne vous attendez pas au miracle, la science a déjà montré que le massage avant l’effort n’était pas efficace et pouvait même se montrer contre-productif [4,5,6].

Pour ce qui est de la réduction des courbatures et des crampes, la science ne permet actuellement pas de confirmer ces effets.

Si toutefois vous voulez vous en servir pour amorcer une séance d’entraînement, ciblez le groupe musculaire que vous allez entraîner. Donc, si vous allez faire du développé couché, vous devriez masser vos pectoraux.

Le fait est que j’ai finalement trouvé peu de consignes d’utilisation sur le site d’hyperice, si ce n’est la vidéo ci-dessus qui explique les spécificités des têtes de massage. J’ai trouvé le concurrent TheraGun bien plus fourni sur le sujet, avec toute une page dédiée aux différents groupes musculaires, avec une vidéo d’utilisation pour chaque.

Voici toutefois les consignes globales de sécurité qui s’appliquent pour tous les pistolets de massage :

  • utiliser de préférence par dessus les vêtements
  • déplacer le pistolet de percussion à raison de quelques centimètres toutes les secondes sur la zone musculaire cible (jamais plus de 60 à 90s sur un même groupe musculaire)
  • ne pas utiliser sur la tête, sur les os ni sur les parties génitales (ce n’est pas un sex-toy on vous a dit) ou les plaies ouvertes
  • ne pas s’attarder non plus sur les articulations
  • restez sur la partie la plus charnue du muscle et faites des mouvements de va-et-vient le long de chaque muscle.

Pour ce qui est des différentes vitesses d’utilisation :

  • Niveau un (environ 2000 percussions par minute) : idéal pour vos membres supérieurs (comme les trapèzes)
  • Niveau deux (environ 2 600 percussions par minute) : bon pour une zone légèrement plus dense, comme les mollets
  • Niveau trois (environ3 200 percussions par minute) : bien pour les grands groupes musculaires comme les quadriceps et les fessiers

Voici comment moi je m’en suis servis :

  • juste après un entrainement de musculation (principalement pectoraux et leg day), puis à H+24 et H+48
  • au quotidien sur mes mollets pour réduire mes fasciculations permanentes (que j’ai depuis toujours)
  • dans le cadre de ma rééducation du genou (classique tendinite rotulienne) et pour masser mes quadriceps après une séance de kiné

Alors, efficace ?

Mon avis (perso) sur l’hyperice d’hypervolt

avis hypervolt

Voilà maintenant deux mois que je teste le dispositif de chez Hypercice. Évidemment, ces « tests » sont tout sauf objectifs, il faudrait pouvoir prendre de vraies mesures comme les niveaux de créatine kinase.

Dans mon cas, je ne peux me fier qu’à mes ressentis de la douleur et mon amplitude de mouvement post-training.

J’ai profité de l’été pour faire le test à de multiples reprises. Après 2 coupures de quelques semaines sans musculation, je savais que la reprise serait synonyme de courbatures. Ça n’a pas manqué.

À la première reprise (mi-juillet) j’ai donc massé le pectoral droit après une séance pecs et le côté droit de ma chaine postérieure (quadriceps, ischios et fessiers) après mon leg day. Après la seconde reprise (fin aout), j’ai fait de même, avec le côté gauche cette fois-ci.

Je n’ai personnellement pas ressenti de réelles différences : après chaque reprise les muscles des côtés massés et non massés me firent souffrir à un niveau (quasi) identique de douleur. Il n’y a que la seconde fois que le quadriceps gauche (massé avec l’hypervolt) semblait me faire moins souffrir à H+24 que le droit (le massage avec le pistolet me semblait moins pénible).

Pour ce qui est des fasciculations de mes mollets, je n’ai pas noté pas de baisse d’activité après deux mois de traitement quotidien.

On est OK, ce protocole de test n’a absolument rien de rigoureux, et ce qui est vrai chez moi ne le sera peut-être pas chez vous ! Je vous encourage donc à tester par vous même, certains utilisateurs affirment obtenir de très bons résultats.

C’est maintenant à vous de voir si vous êtes prêt à investir dans un pistolet de massage alors que l’on peut sans doute bénéficier des mêmes « effets » avec un rouleau pour moins d’investissement.

Je dois toutefois reconnaitre que cette nouvelle technologie possède ce côté « pratique et agréable » que le rouleau n’a pas.  Alors qu’il me fallait avant me « rouler dans tous les sens » après une séance d’entrainement, je n’ai là plus qu’à me poser dans le canap’ et guider l’hypervolt le long de mes futures courbatures.

Le bilan de mon côté est donc le suivant, le massage se veut agréable et l’outil très sympa, ce qui lui vaut sans doute ses excellents avis utilisateurs (certains ne jurent plus que par leur pistolet de massage). Parmi tous les modèles du marché des pistolets de massage, l’hypervolt est sans aucun doute celui qui possède le meilleur rapport qualité/prix.

Quant aux effets, ils sont au mieux discrets, ce qui n’a rien d’étonnant, car depuis toujours, la science peine à montrer que le massage est réellement efficace contre les courbatures (DOMS), certaines études montrent tout au mieux une diminution temporaire de 30%.

Je pense que le pistolet de massage Hypervolt (et globalement tous ses petits camarades) va en ce sens. Oui, c’est agréable sur le coup, après un entrainement de se passer le « vibro » sur les zones qui ont travaillé, à l’instar d’une séance classique de massage.

Le lendemain quand les courbatures apparaissent, c’est en revanche un peu moins agréable et à la limite du supportable quand les douleurs sont bel et bien là. Dire que ça apporte un soulagement immédiat de la douleur me parait compliqué (toujours sur la base de mon expérience avec l’outil).

Encore finalement, je pense que l’on est encore une fois face à un outil qui ne peut pas déjouer les DOMS. Oui, c’est désagréable et c’est l’une des douleurs les plus triviales, mais elle a au moins la garanti de se résoudre en trois jours maximum, pistolet sur la tempe ou non.

Références :

[1] To Compare the Effect of Vibration Therapy and Massage in Prevention of Delayed Onset Muscle Soreness (DOMS)

[2] Clinical applications of vibration therapy in orthopaedic practice

[3] Vibration Therapy in Management of Delayed Onset Muscle Soreness (DOMS)

[4] The effect of massage on acceleration and sprint performance in track & field athletes

[5] Effect of pre-performance lower-limb massage on thirty-meter sprint running.

[6] The effects of precompetition massage on the kinematic parameters of 20-m sprint performance.

[7] Evidence of the physiotherapeutic interventions used currently after exercise-induced muscle damage: systematic review and meta-analysis.

Safety and Effectiveness of Vibration Massage by Deep Oscillations: A Prospective Observational Study

mercredi 2 octobre 2019|

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer