Accueil/Santé/Douleurs articulaires/Syndrome fémoro-patellaire : quand les thérapies manuelles viennent au secours des douleurs de genou

Syndrome fémoro-patellaire : quand les thérapies manuelles viennent au secours des douleurs de genou

  • douleurs genoux

Aujourd’hui, j’ai l’immense plaisir d’accueillir Mathieu Lafontaine, ostéopathe de métier, qui va nous parler du syndrome fémoro-patellaire et des actions à mener pour le diagnostic et le traitement. Je vous rappelle que si vous êtes vous aussi un professionnel de la santé, vous pouvez nous abreuver de votre savoir (rdv en section contact) !

Le syndrome fémoro-patellaire est le premier diagnostic à évoquer en cas de douleur de genou d’apparition spontanée.

Le symptôme le plus répandu est une douleur sur l’avant du genou, notamment lors de flexions répétées à la suite de squats ou à une station assisse prolongée (« signe du cinéma »).

En cas d’instabilité de la rotule, vous pouvez percevoir des sensations de dérobements imprévisibles et de ne pas sentir votre genou très « secure ».

Voici les différents types de troubles qui peuvent induire des douleurs de rotule.

1. Déséquilibre de la rotule sans déplacement

anatomie du genou

Dysplasie de la trochlée fémorale

Dysplasie signifie malformation osseuse, ici de la partie basse du fémur, qui induit une malposition de la rotule sur le fémur.

Les douleurs sont, comme vues ci-dessus, présentent sur la partie antérieure du genou, lors de flexions prolongées, à la montée ou descente des marches d’escalier ou après une assise prolongée.

L’examen de choix à effectuer est une radiographie, validant l’insuffisance de creusement de la trochlée fémorale (angle inférieur à 140°).

Dysplasie de la rotule

C’est donc une malformation osseuse, mais cette fois-ci de la rotule.

Les signes douloureux sont identiques et l’examen de choix est également la radiographie.

La rotule peut avoir une « position trop haute » en rapport avec une malformation de la partie interne de la rotule.

Syndrome d’hyperpression externe

Ce syndrome est à l’origine de douleurs souvent bilatérales et liées une fois de plus à la position assise prolongée ou à des flexions répétées.

Mais aucune sensation d’instabilité n’est à remarquer.

Il n’y a pas de malformation osseuse, mais à la radiographie on constate une condensation sur la partie externe de la rotule qui est liée au frottement répété de la partie externe de la rotule sur le fémur.

Au long terme, ce syndrome est à l’origine d’arthrose fémoro-patellaire.

Chondromalacie de la rotule

La chondromalacie correspond à une atteinte localisée du cartilage de la partie postérieure de la rotule.

Les signes douloureux sont relativement similaires à ceux vus ci-dessus, mais ce diagnostic est souvent évoqué suite à une chute genou fléchi ou suite à un traumatisme direct sur le genou.

Les douleurs apparaissent surtout après 40 ans, sans instabilité et avec l’ensemble des examens radiologiques normaux.

L’examen de choix est l’arthroscopie exploratrice qui valide la lésion du cartilage.

Cela fait partie des pathologies ou la chirurgie est souvent indiquée.

2. Déséquilibre de la rotule avec déplacement latéral (plan frontal)

douleur genou

Instabilité rotulienne avec Luxation externe

C’est une situation extrêmement rare et diagnostiquée pendant l’enfance, car elle correspond à une position latérale de la rotule avec perte de contact sur le condyle externe du fémur.

Instabilité rotulienne avec subluxation

Cette instabilité rotulienne est très fréquente.

Elle correspond à une position latérale de la rotule, mais tout en gardant le contact avec le condyle externe du fémur.

Elle induit des douleurs de la partie antérieure du genou, mais sans instabilité.

Cette pathologie apparaît vers l’âge de 30 ans et est fréquemment liée à la pratique de sports sollicitant la rotule tels que le cyclisme, l’aviron, la musculation (mouvement de squats chargés) ou karaté.

Le diagnostic est une nouvelle fois posé par une radiographie avec une position latéralisée de la rotule sur la trochlée du fémur.

C’est une des pathologies les plus pourvoyeuses d’arthrose fémoro-patellaire.

Luxations récidivantes

Elles se produisent généralement chez les jeunes sportifs, avec une sensation de dérobement suivi d’une chute.

La marche peut-être reprise, mais persiste un épanchement important du genou, qui est gonflé et douloureux notamment lors de la palpation de la partie interne de la rotule.

La radiographie est imposée en urgence à la recherche d’une éventuelle fracture.

3. Déséquilibre de la rotule avec déplacement de haut en bas (plan sagittal)

syndrome fémoro patellaire

Syndrome de l’engagement (Patella-Alta)

Il s’agit d’un conflit entre la partie inférieure de la rotule et le pôle supérieur de la trochlée fémorale. Cela se manifeste par une douleur à la marche et une sensation d’instabilité du genou.

Les caractéristiques spécifiques de se syndrome sont :

  • sensation d’instabilité et douleur à la marche.
  • une douleur dans les premiers degrés de flexion ou en fin d’extension. (0 ; 15 degrés de flexion)
  • les genoux sont souvent en position de récurvatum (extension) avec le bassin antéversé et les jambes qui tournent vers l’intérieur.
  • la partie inférieure de la rotule est douloureuse à la palpation.
  • une augmentation de la distance talon-fesse liée à la rétraction des quadriceps.
  • la position haute de la rotule est validée à la radiographie

Trochlée convexe

Elle résulte d’un conflit entre la partie moyenne de la rotule et le sommet de la trochlée fémorale.

Les signes cliniques sont identiques à la différence que la douleur est ressentie entre 30 et 60 degrés de flexion.

La solution des thérapies manuelles contre les douleurs rotuliennes

Comme vous avez pu le constater, l’examen de choix devant une douleur rotulienne est la radiographie, c’est donc par là que vous devez commencer votre traitement.

Une fois le diagnostic posé, plusieurs thérapies sont possibles et complémentaires.

1. L’ostéopathie

L’ostéopathie est fortement indiquée en cas de douleurs au genou.

Comme nous l’avons vu, les douleurs de genou sont liées à plusieurs paramètres mécaniques ou évènements traumatiques, mais elles résultent toutes d’une problématique liée aux chaines musculaires.

En effet un ostéopathe du genou va étudier la biomécanique musculaire et articulaire de l’ensemble des membres inférieurs, mais aussi du bassin afin de comprendre l’origine de la défaillance musculaire.

Cette étude passe par un examen approfondi du bassin, de la hanche, du genou, mais aussi du pied.

La prise en charge ostéopathique en cas de douleurs rotuliennes est de deux séances complétées et associées à des soins de rééducations musculaires et proprioceptifs par un kinésithérapeute et un podologue.

Vous pouvez joindre un ostéopathe spécialiste du genou au 01.88.32.06.75.

2. La kinésithérapie

La kinésithérapie est également indiquée en cas de douleurs rotuliennes afin d’effectuer un travail indispensable de rééducations musculaires du membre lésé.

Les exercices effectués sont :

  • des contractions statiques et intermittentes
  • plusieurs séries de flexion-extension sur une machine isocinétique
  • de l’électro-Myo-Stimulation
  • du renforcement des chaînes musculaires d’extension
  • des étirements effectués en contracter-relâcher
  • et enfin, une rééducation proprioceptive

3. La podologie

La prise en charge peut être complétée par un podologue afin de valoriser les corrections de l’ostéopathe et du kinésithérapeute.

La mise en place de semelles thermoformées permettra d’aider à diminuer le récurvatum (extension) du genou, l’antéversion du bassin ou encore les rotations internes ou externes des membres inférieurs.

Elles peuvent également aider à recentrer la rotule en limitant le valgus ou varus du genou.

En cas de questions, n’hésitez pas à joindre notre équipe un ostéopathe du sport sera ravi de vous répondre au 01.88.32.06.75.

Cet article vous a t-il été utile ?

jeudi 16 mai 2019|

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer