Accueil/Entrainement sportif/Sport d'été/Sports nautiques/J’ai essayé le Stand Up Paddle (SUP)

J’ai essayé le Stand Up Paddle (SUP)

  • SUP

J’habite dans une de ces stations balnéaires de la Côte d’Azur où vous venez passer vos vacances… Oui, je suis consciente de la chance que j’ai 😉 Lorsque la mer est calme, on peut distinguer des personnes debout sur une planche avec une pagaie à la main… Ils font du paddle. Cela fait un an que je me dis : il faut absolument que j’essaye ce sport nautique ! Et ça y est, c’est chose faite !

Qu’est ce que le Stand Up Paddle ?

Le SUP « Stand Up Paddle » qui signifie littéralement « pagayer debout », est la nouvelle activité nautique à la mode. Sur une planche, plus large et plus longue qu’un surf, on se tient debout en avançant grâce à une pagaie. Le SUP peut se pratiquer en mer, sur un lac ou une rivière. Cette pratique vient d’Hawaï. C’est un peu le cousin du kayak et du surf, mais en plus accessible.

Pour arriver à garder l’équilibre, il faut être bien gainé. Le dos, les bras et bien évidemment les muscles profonds des abdominaux travaillent en permanence.

stand up paddle
On se dépense, on bronze et on se muscle, le tout au contact avec l’eau. Ca ne peut que me plaire, non ?

J’ai parié que je ne tomberai pas à l’eau…

Dimanche en fin d’après-midi, je retrouve mon ami Chris avec deux SUP. Première fois que je vois des paddles d’aussi près, je ne m’attendais pas à ce qu’ils soient aussi épais. Ils sont également sacrément beaux : aspect bois avec des motifs hawaïens rouges et noirs, wahou ! Le milieu du paddle est habillé d’un revêtement blanc antidérapant.

Chris m’explique que ses paddles sont moins larges, plus petits, et donc moins stables que ceux proposés par les écoles de SUP. Ceux là sont également conçus pour faire du surf. Ah bon, on peut surfer avec un paddle ?! Génial !

Une mer calme est préférable pour faire du Stand Up Paddle, surtout pour une première fois. Aujourd’hui, les conditions ne sont pas idéales. Il y a un peu de vent et de légères vagues, mais ce n’est pas grave : même pas peur !

Je traverse la plage, planche sous le bras, j’ai l’impression d’être une vraie surfeuse venue tout droit d’Australie… mais ca ne va pas durer 😉

On croise Fabien, qui propose de la location de SUP et des cours d’initiation. Je l’entends dire qu’on peut commencer dès 5 ans à faire du paddle. Mais autre chose retient mon attention : il organise des balades en paddle de 3 heures avec apéro sur la plage… Je dis oui !

Chris lui explique que c’est ma première session SUP, et je suis amenée à parier avec Fabien que je n’allais pas tomber à l’eau…

Une technique très simple

Avant la session, Chris règle la pagaie à ma taille et accroche le leash à ma cheville. Excitée comme un enfant de huit ans devant un nouveau jouet, je pose plein de questions. J’ai hâte de monter dessus mais Chris me dit de patienter : il faut que ce soit assez profond pour éviter que l’aileron se plante dans le sable.

Mon ami m’explique la position à adopter et le maniement de la pagaie. Il faut se tenir debout au milieu de la planche, placer une main à l’extrémité de la pagaie, et l’autre au milieu. Penché légèrement vers l’avant, les pieds doivent être un peu plus écartés que la largeur du bassin, les genoux souples, et le dos bien droit. Il faut enfoncer la rame dans l’eau avant de pousser jusqu’à tendre le bras qui se trouve à l’extrémité de la pagaie. Après avoir poussé la pagaie, il ne faut pas oublier de ramener le bassin légèrement vers l’avant en contractant les abdominaux. Cela aide à se propulser.

Pour aller à droite, on plante la pagaie à gauche, et pour aller à gauche, on la plante à droite. Facile. Et pour aller tout droit ? On la plante une fois de chaque côté, mais quand la mer n’est pas plate, on ne fait pas vraiment du tout droit. Moins facile.

Pari perdu : je suis tombée !

On s’éloigne un peu de la côte, je commence par me mettre à genou sur le paddle et je tente de me lever. Oula ce n’est vraiment pas stable. J’essaie d’appliquer les consignes que Chris me donne. Il me dit de regarder loin devant, mais je n’arrive pas à lever la tête, trop concentrée à regarder ma planche pour ne pas tomber !

Au bout de quelques minutes, je me décrispe. J’ai compris la technique : planter la pagaie, tendre le bras, ramener le bassin, changer de main. Cette dernière action n’est pas très pratique. Je me dis que je devrais penser à lancer le concept du SUP avec pagaie double.

Concentrée, j’essaie de ne pas rire aux blagues de Chris. Je ne veux pas tomber ! Mais je ne peux pas m’en empêcher, et je sens que je penche vers la gauche… « La pagaie t’entraîne vers le fond, sors-la de l’eau pour te rééquilibrer » tente de me dire Chris. Mais c’est trop tard, je suis déjà à l’eau !

La question qui se pose maintenant : comment je fais pour remonter sur la planche quand je n’ai pas pied ? En fait c’est facile, la planche est stable. Je me hisse sur la planche (par l’arrière c’est une mauvaise idée !), je me mets à genoux, puis debout : easy !

Ah oui, il y a un sens sur le paddle…

Les quelques baigneurs sont amusés de me voir galérer, ce qui me fait également rire, et qui me fait perdre l’équilibre… Et me voilà à nouveau dans l’eau !

Je remonte sur la planche, Chris me demande si je n’ai pas un petit problème. Je regarde le sens de ma rame, la position de mes pieds, si j’ai toujours mon maillot… Ah si, je suis à l’envers sur le paddle !
Je me lance un défi : me remettre dans le bon sens, sans tomber ! Yes, j’ai réussi !
Au bout d’une demi-heure, je me retourne pour regarder le chemin parcouru… on n’a pas avancé ! On fait du surplace… Mais qu’est ce qu’on rigole ! Mon ami m’explique que c’est normal : nous sommes face au vent et la mer n’est pas plate.
Le vent se calme, on avance mieux. Je me sens beaucoup plus à l’aise, et j’ai plus de facilité à changer la rame de main. Le retour, avec le vent de dos, a été beaucoup plus rapide.

Et si j’essayais le SUP Yoga ?

Arrivés à notre point de départ, je lui parle d’un article que j’ai lu sur le SUP Yoga. Le principe : faire du yoga sur un paddle. Il me dit que Fabien, le loueur de paddles, en a déjà organisé ! Super, je me renseignerai.

Un peu casse-cou sur les bords, je dis à Chris : on tente de tenir en équilibre sur un pied ? Bon le résultat laisse à désirer : on n’a pas tenu 2 secondes… Et si j’essayais de faire un équilibre sur les mains… Oui il m’arrive parfois (ok souvent) d’avoir des idées bizarres. Je me suis étalée de tout mon long sur le paddle ! Mais ce qu’on a rit…

En résumé, super session de 1h30 où je n’ai pas vu le temps passer. On y retourne bientôt avec le coucher du soleil pour une plus longue balade quand la mer sera plus calme. Et je vais me renseigner pour le yoga-paddle !
paddle

A votre tour d’essayer le Stand Up Paddle

Vous pouvez louer un SUP à l’heure, pour la journée ou la demi-journée, faire un stage ou un cours d’initiation. Les prix varient selon les lieux, mais il faut compter en moyenne 10€ de l’heure pour la location d’un SUP, et 25€ pour 1 heure d’initiation. Le cours d’initiation n’est pas forcément utile car la technique est simple. Fabien, que nous avons rencontré, propose des balades en paddle à 50€ pour la journée et 30€ la demi-journée.

Vous pouvez aussi acheter votre propre paddle. Il existe plusieurs types de planche : balade, surf, polyvalent, de race ou encore gonflable, et à tous les prix. Avant d’investir dans un SUP, pensez aux aspects pratiques comme le lieu de stockage ou le transport.

vendredi 26 juin 2015|

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer