Accueil/Santé/Sport et calvitie : une corrélation tirée par les cheveux ?

Sport et calvitie : une corrélation tirée par les cheveux ?

  • sport et calvitie

Nous le savons tous, faire du sport est bénéfique pour notre petite santé. S’entraîner régulièrement est excellent pour contrôler son poids, combattre les maladies chroniques, améliorer l’humeur, booster l’énergie, avoir un meilleur sommeil, diminuer les niveaux de stress et j’en passe.

Mais (parce qu’il y a toujours un mais), la tournure « trop de … tue-le… » s’applique aussi au sport, nous en avions déjà parlé dans un article intitulé « faire trop de sport, est-ce mauvais pour la santé« . Ainsi, trop de sport peut causer des troubles du sommeil, une fatigue extrême, voir dégrader l’efficacité de tous vos entraînements (contre-productif donc).

Si vous vous entraînez en permanence, il y a de fortes chances pour que vous preniez soin de votre apparence de bel étalon ! Oui, mais voilà, un bel étalon musclé sans crinière perdra de sa superbe, vous en conviendrez !

Et oui, bien que rien ne le prouve encore réellement, le surentraînement pourrait jouer dans la balance de la perte des précieux cheveux. Rassurez-vous (en notant tout d’abord l'emploi du conditionnel), tout ceci n’est possible que dans des cas de figures très spécifiques que nous allons voir par la suite.

Nous allons tenter de passer en revue les potentiels facteurs de la perte de cheveux, plus ou moins liés au sport. Mais d’abord, intéressons-nous au mécanisme de la perte des cheveux.

Les causes de la perte de cheveux

La perte de cheveux peut se catégoriser de deux manières : permanente ou temporaire. Que l’on soit clair, l’alopécie (terme médical pour désigner la chute des cheveux) demeure un mystère entier pour les scientifiques.

Beaucoup pensent cependant que la principale cause serait une prédisposition génétique. Pour vous dire, on a longtemps cru que la calvitie venait de la branche maternelle, avant de remettre ceci en cause et que certaines études plus récentes penchent en fait vers la lignée paternelle.

Ce n’est pas parce que la perte de cheveux est temporaire qu’il ne faut pas s’en soucier, au contraire. Celle-ci peut être causée par des facteurs environnementaux sur lesquels vous avez généralement la main. Ce sont des choix que vous faites au quotidien et qui mettent en danger votre cycle.

cycle du cheveu

Petite parenthèse sur le cycle de vie d’un cheveu qui est composé de trois phases :

  • Anagène, période de croissance active du cheveu : durée de trois à six ans
  • Catagène, période de régression qui dure trois semaines (l’activité su follicule s’interrompt durant cette phase)
  • Télogène: durée de trois mois, le cheveu mort est délogé par un nouveau cheveu anagène puis tombe

Chacune de ces phases correspond à un aspect particulier du cheveu, les cheveux anagènes correspondent à environ 85% de la chevelure (on estime qu’une chevelure humaine possède en moyenne 100 000 à 150 000 cheveux). Entre 50 et 100 cheveux tombent normalement chaque jour et environ 25 cycles capillaires se succèdent au cours de toute une vie.

Environ 25 % des hommes ayant passé la trentaine ont un certain degré de calvitie. Parmi les hommes qui ont atteint 60 ans, plus de 70 % sont devenus chauves ou ont commencé à perdre leurs cheveux.

Voyons maintenant les trois grands facteurs qui peuvent provoquer une perte de cheveux temporaire.

1) Vos choix en nutrition sont primordiaux

Voilà votre ennemi numéro 1 en matière de perte de cheveux temporaire, une mauvaise alimentation ! C’est particulièrement le cas lorsque vous faites beaucoup de sport sans prendre en compte vos besoins nutritifs, c’est d’autant plus vrai si c’est dans le cadre d’une perte de poids.

Si vous essayez de perdre du poids, vous allez sans doute diminuer votre apport calorique journalier sans pour autant prendre en compte que vos apports en nutriments et vitamines doivent être quant à eux revus à la hausse (car votre corps va les utiliser plus rapidement en réponse de votre activité physique).

Votre corps priorise naturellement la distribution des nutriments, il privilégie en premier les organes vitaux. Le reste est ensuite dispatché entre les cheveux, la peau et les ongles (entre autres).

Par voie de conséquence, il est important de manger beaucoup d’aliments riches en nutriments pour lutter contre la chute des cheveux. Vos cheveux se développent grâce au folate, à la bêta-carotène, au fer, à la biotine, au le zinc, aux vitamines B et C, aux acides gras oméga-3 et surtout, aux protéines.

2) Plus de stress, moins de cheveux

Le stress peut littéralement pourrir une vie et affecter presque tous les aspects de votre santé, vos cheveux ne font pas exception. Vous n’avez probablement jamais pensé à cela, mais l’exercice peut être un facteur de stress important pour votre corps. Si vous en faites de manière excessive, vous soumettez votre corps à un état de stress chronique.

OK, mais c’est quoi excessif ?

C’est vrai à la fin, qu’est-ce que ça veut dire faire du sport de manière excessive ?

En règle générale, on dit que de faire de l’exercice pendant plus d’une heure sur une base quotidienne, c’est s’exercez trop. Peu importe le type d’entraînement que vous effectuez, vous devriez vous limiter à 5 jours/semaine. En outre, les séances d’entraînement ne devraient durer que 45 minutes.

Il y a bien sûr des exceptions à cette règle, comme pour les athlètes professionnels, etc.

S’il vous est primordial de conserver votre nombre d’entrainements/semaine, vous allez devoir trouver des moyens de vous détendre et de réduire le stress dans d’autres domaines de votre vie.

Chacun a différentes techniques de gestion du stress, le tout est d’en trouver une qui fonctionne. Pourquoi ne pas remplacer une de vos séances de sport par un cours de yoga hebdomadaire ? Sinon je vous invite à consulter notre liste de techniques pour gérer le stress.

3) Un manque d’attention capillaire peut jouer sur la balance

Il est certain que de prendre soin de ses cheveux ne peut leur faire de mal. On lit souvent que cela commence par bien laver la sueur présente sur le crâne après une séance de sport éreintante.

Vous le savez, la sueur peut être très salée, vous en avez sûrement déjà fait l’amère expérience en vous retrouvant avec de la sueur dans les yeux…si bien que certains avancent que cette accumulation salée sur le cuir chevelu peut causer la perte des cheveux ou rendre ces derniers cassants, ternes et secs…

Mais il semble que cela relève plus du mythe qu’autre chose car jamais rien n’a été prouvé en ce sens.

« There was no significant relationship between the degree of sweat-gland dysfunction and extent of hair loss »

– extrait d’une étude menée en 1991 (2)

Toutefois, rien ne vous empêche de contrôler l’accumulation de sel et l’humidité en faisant un shampooing doux au pH équilibré au moins une fois par semaine. Vous pouvez aussi appliquer un « conditionneur » composé d’agents de protection hydratants.

De même, évitez de torturer vos cheveux après la douche avec des fer à lisser ou autres sèche-cheveux dont l’action chauffante endommage le cuir chevelu.

Les autres causes de l’alopécie plus ou moins liées au sport

Voici donc les 3 grands facteurs sur lesquels vous avez la main au quotidien et qui peuvent entraîner une alopécie temporaire. Mais est-il possible qu’il y en ait un 4e ? Est-il possible qu’en plus de votre stress, de votre manière de vous nourrir et de prendre soin de vos cheveux, votre manière de vous entraîner influe sur votre perte capillaire ?

1) Faire trop de sport, mauvais pour les cheveux ?

Faire du sport, très bien, mais trop, à la longue peut mettre le corps dans un état de stress chronique. Ce stress chronique est l’une des deux principales causes « tetelogen effluvium » (TE), c’est une maladie dans laquelle les follicules capillaires se mettent en phase de repos prématurément.

Conséquence, on perd des cheveux plutôt que d’en fabriquer. En résulte que la densité capillaire va diminuer, les cheveux vont devenir très fins, certaines zones vont présenter plus de trous que d’autres, etc.

2) Un risque d’anémie plus élevé chez les sportifs ?

Vous n’êtes sûrement pas sans savoir que le fer joue un rôle crucial chez le sportif en termes de performance. C’est un des majeurs acteurs dans l’apport en oxygène dans les muscles. Si le taux de fer est insuffisant, on parle d’anémie et cela peut conduire à une fatigue intense ou une baisse de motivation.

Les athlètes ont des besoins plus élevés en fer, notamment pour la production accrue de globules rouges (ces derniers sont en partie constitués de fer).

D’autre part, la sueur élimine du fer, plus de sport égale plus de dissipation de chaleur, égale plus de perte de fer. La course à pied peut augmenter le taux d’hémolyse, ce qui mène éventuellement à une perte de fer si le phénomène est trop important.

Or on sait que le fer est vital pour la nutrition et l’oxygénation des cellules de reproduction du cheveu, une carence peut donc entraîner un cheveu plus fin, cassant et une chute des cheveux diffuse et continue.

Vous trouverez plus d’informations sur le sujet dans cet excellent article.

3) Gare au sur entrainement

L’exercice régulier est une très bonne chose pour la santé, aucun doute n’est permis là-dessus. Cela permet de maintenir une bonne circulation sanguine, ce qui est entre autres excellent pour apporter les nutriments aux follicules pileux.

Oui, mais voilà, si vous avez remarqué une subite perte de cheveux depuis que vous vous exercez (très) régulièrement (vous n’êtes pas stressé par ailleurs, vous mangez sainement et dormez bien en plus de prendre soin de vos cheveux), il est possible qu’il faille changer votre format d’entrainement.

J’entends par là que si vous vous entraînez à base de charges lourdes à raison de 5 fois par semaine dans le cadre d’une prise de masse il est possible que votre alopécie vienne de là (une fois de plus, c’est à mettre au conditionnel, rien n’a jamais été prouvé en ce sens).

En effet, la principale perte de cheveux chez l’homme est l’alopécie androgène qui est causée par l’action des hormones mâles (androgènes) sur les follicules capillaires génétiquement prédisposés. Au sein de ces follicules, la testostérone est convertie en androgène DHT (dihydrotestostérone) par une enzyme appelée 5-alpha réductase.

La DHT inhibe la croissance de nouvelles cellules capillaires, ce qui fait que les follicules se rétrécissent avec chaque cycle de croissance jusqu’à ce qu’elles deviennent finalement dysfonctionnelles et qu’aucun cheveu ne puisse repousser.

Or, on sait que les formats d’entraînement courts et intenses peuvent augmenter les niveaux de testostérones, ce qui permet de prendre en volume. Malheureusement, la testostérone peut être convertie en DHT, ce qui accélère la perte de cheveux chez des individus génétiquement programmés.

perte de cheveux sport

Mieux vaut être bodybuildé chauve ou crevette chevelue ? Vous avez 2h…

À l’inverse, l’exercice aérobique peut abaisser les niveaux de DHT. Vous pouvez donc faire le test et abaisser l’intensité de vos séances d’entraînement ou encore la fréquence, et en remplacer quelques-unes par des séances cardio.

Mais tout ceci reste dans le cadre de la supposition, bien qu’il soit reconnu que l’entraînement de force augmente le taux de testostérone, il n’existe actuellement pas d’études démontrant qu’il peut par conséquent accélérer la chute des cheveux chez les hommes y étant prédisposés.

4) La prise de Stéroïdes : l’ennemi des cheveux en bonne santé ?

Les athlètes et d’autres personnes qui utilisent des stéroïdes anabolisants pour stimuler l’intensité ou l’efficacité de leurs exercices peuvent perdre leurs cheveux plus rapidement. Ces stéroïdes sont semblables à la testostérone, un facteur important dans la perte de cheveux comme nous venons de le voir.

Notez que dans certains cas extrêmement rares, faire beaucoup d’exercice sans prendre de stéroïdes peut aussi augmenter les niveaux de testostérone et amener à la perte de cheveux.

5) Les séances de natations pleines de chlore

Si vous êtes adepte e natation, il se peut que vos cheveux soient en danger, chauve qui peut comme ont dit. Les piscines sont entretenues avec des niveaux élevés de produits chimiques tels que le chlore. La natation dans les piscines chlorées peut provoquer le séchage des cheveux et la rupture.

On le sait, le chlore est un produit nocif pour tout follicule pileux, une expérience avait été menée sur des rats (3), qui durant douze semaines, subissaient un entrainement de natation (je ne sais pas à quoi ressemble un programme de natation pour rat…).

Résultat : on notait une perte du pelage (il ne fait pas bon d’être un rat de laboratoire tout de même…)

« The bloody noses, bloody eyes, lackluster fur and hair removal reflected the direct irritation of the DBPs to the respiratory tract… »

Une des meilleures façons de protéger les cheveux est de les mouiller avec de l’eau non chlorée au préalable, de sorte qu’ils absorbent l’eau « normale » avant d’entrer dans la piscine. Si vous le pouvez, rincer à l’eau non chlorée toutes les 30 minutes. Le fait de porter un bonnet de bain et de se laver cheveux après la nage aidera aussi.

Voilà l’heure de la conclusion et malheureusement, je n’ai pas d’avis tranché à vous offrir sur la relation sport/perte de cheveux (quel escroc je fais) ! Faisons alors le point sur ce qu’on sait et ce qu’on ignore à l’heure actuelle et voyons comment mettre toutes les chances de son côté pour devenir chauve (ça va devenir super tendance je vous le dis).

On sait que le sport est très bénéfique pour notre santé, dans la mesure où ce n’est pas excessif, il est aussi bénéfique dans une moindre mesure pour les cheveux, puisque l’exercice améliore la qualité de la circulation sanguine. On ne peut en revanche pas affirmer que le sport favorise la repousse du cheveu ou encore empêche ce dernier de tomber, non, rien n’a été prouvé en ce sens.

On sait également que les facteurs extérieurs et environnementaux que sont le stress et le mode d’alimentation vont directement influencer la santé de la chevelure, et qu’ils peuvent provoquer une alopécie temporaire (alors que le principal facteur suspecté reste le caractère génétique de la pathologie).

Depuis le temps, on a appris que rien n’est bon en excès, et même le sport ne déroge pas à cette règle !

Comment augmenter mes chances de finir chauve alors ?

Si une fois de plus, rien n’a réellement été démontré, on peut tout de même dire que si vous voulez impérativement perdre vos cheveux (chacun son choix), vous devez définitivement adopter le combo suivant : séance de force à raison de 7*1H30 par semaine + prise de stéroïdes

Si ce n’est pas suffisant pour dégarnir votre crâne, optez pour des séances de natation (sans bonnet de bain bien entendu) dans des bassins bien remplis de chlore, et n’oubliez pas de ne jamais vous supplémenter en fer, oubliez aussi les fibres et tous ces aliments pleins de bons nutriments, passez à la nourriture industrielle ! Négligez votre sommeil, 3 heures par nuit suffiront pour augmenter vos niveaux de stress, emménagez à New York et prenez un petit job de trader !

Si malgré tout vous ne parvenez pas à devenir chauve, je ne sais quoi vous dire, pas de bol, la génétique a voulu que vous soyez chevelu !

Quelques sources pour aller plus loin :
(1) Importance des nutriments et d’une bonne alimentation : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12190640
(2) Une étude menée sur la (non) corrélation sueur/calvitie : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1911295
(3) Une étude menée sur des rats montrent les dégâts du chlore sur le poil de ces derniers : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4351252/

Sport et calvitie : une corrélation tirée par les cheveux ?
5 (100%) 1 vote

vendredi 7 juillet 2017|

Laisser un commentaire

1 Partages
Partagez1
Tweetez
Enregistrer
WhatsApp

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer