Accueil/Nutrition sportive/Complément alimentaire/Spiruline/Spiruline bienfaits/Spiruline et blue conomy : une chaîne de valeur en cascade parfaite

Spiruline et blue conomy : une chaîne de valeur en cascade parfaite

  • spiruline Hawaii

Au delà de ses nombreux bienfaits pour la santé, on sait que la spiruline préserve les sols dans lesquels elle pousse, utilisant moins d’eau et d’énergie par Kg de protéine que n’importe quel autre aliment sur Terre !

Mais c’est loin d’être tout !

Savez-vous que la spiruline est un énorme consommateur de CO2, en plus d’être un grand producteur d’O2 ?

A titre d’exemple, les arbres fixent 1 à 4 tonnes par hectare et par an tandis que la spiruline fixe quant à elle 23 tonnes de CO2 par hectare et par an (elle produit en parallèle dans la même durée 16,8 tonnes d’O2).

On a toujours dit que le CO2 était mauvais.

Un jour, un homme, Gunter Pauli, légende vivante de ce qui s’appelle la blue economy a déclaré que : « ce n’était pas le CO2 qui était mauvais, mais plutôt nous, parce qu’on ne savait pas quoi en faire. »

Cyanobactérie et blue economy

Prenons l’exemple des centrales à charbon qui polluent énormément. Ce type de central émet des déchets de soufre et de CO2, dioxyde de carbone.

Une des premières choses que l’on peut faire de ce CO2, comme on l’a vu, c’est de le fixer avec des algues vertes, sur le principe de la photosynthèse. Mais ce n’est pas réellement intéressant en soi de le faire avec n’importe quelle algue, il faut lui trouver une utilité derrière.

Le principe de la blue economy c’est de prendre quelque chose dont personne ne veut pour en faire quelque chose dont tout le monde veut, ce que fait la nature tous les jours.

Quelle est selon vous l’algue la plus chère du monde ?

chaine de production de spirulineIl s’agit bien de notre algue bleue, bien entendu. Au lieu de se dire, je vais fixer le CO2 avec une algue verte quelconque dont personne ne veut, les spécialistes se sont dit pourquoi ne pas le fixer dès lors avec l’algue la plus marchante au monde ?

On parle tout de même du seul aliment dont l’homme peut se nourrir exclusivement durant un an avec de l’eau, il y a tout dans la spiruline, on peut ne manger que de cela durant 365 jours.

La marge est excellente quand la micro algue verte est vendue sous forme de compléments alimentaires dans le cadre d’un régime (environ 1$ la pilule).

Mais la microalgue est aussi une des farines alimentaires les plus chères au monde ! Allez donc constater le prix d’un paquet de spaghettis à la spiruline dans un magasin bio…quelque chose comme 15€ le kilo…c’est une farine extrêmement demandée

là où le principe relève du génie, c’est que lorsqu’un producteur de spiruline met son pot de comprimés sur le marché, il est dit « GAP » , comprenez Gratuit à Produire, et ce parce que tout l’outil industriel à été amorti par les crédits carbone.

On vous paie pour absorber le carbone, donc au moment où votre pot de spiruline arrive sur le marché, c’est 100% de marge assurée !

Cela requiert néanmoins d’être dans les bonnes conditions, à savoir d’avoir ses cultures de spiruline à côté d’une centrale à charbon.

Si tel est le cas, Jackpot, vous serez bien plus compétitif en termes de production, pourquoi ?

production de spirulineDans ces conditions, la micro algue peut pousser jusque 3 fois plus vite, vous rendant ainsi plus compétitif que des gens qui en font professionnellement, en en plus de ça, il y a le côté artificiel des crédits carbone qui fait que vous avez tout remboursé avant même d’avoir vendu le produit… parce qu’on vous paie pour prendre les déchets en charge.

Mais pour Gunter Pauli, la blue economy ce n’est pas ça, lui il n’y croit pas trop au crédit carbone. Lui il dit, faisons cela sans aucune subvention, le but étant que cela soit plus rentable tout court.

La parfaite chaîne de valeur en cascade de la super algue

Intervient alors un second facteur typique quand on parle de blue economy, appelé chaîne de valeur en cascade. Pour l’image, imaginez une fontaine de champagne, on remplit la première coupe qui va remplir tous les autres.

Ici, notre première coupe c’est de prendre du CO2 et d’en faire de la spiruline, OK.

Mais pour aller plus loin, avec les déchets de l’algue non industrielle on va faire autre chose, pourquoi pas des phosphoester de qualité cosmétique.

Pourquoi un pot de crème Clarins coûte-t-il si cher ? 1, le marketing, 2, les phosphoester de qualité cosmétiques.

En prenant les déchets de la spiruline Bio, on peut faire encore plus de marge qu’en vendant le produit brut !

Comment ?

En vendant ces phosphoester de qualité cosmétique à des professionnels de la cosmétique comme Clarins. Et voilà pourquoi on retrouve de plus en plus cette algue alimentaire dans le milieu cosméto !

Mais ce n’est pas encore terminé, avec les phosphoester qui ne sont pas de qualité cosmétique, on peut faire du bio diesel !

Comment ça marche ?

Très simple, il suffit de se rendre en mer pour faire le plein de micro algues invisibles à l’œil nu et riches en lipides que l’on appelle algues oléagineuses (devinez qui fait partie de cette famille prestigieuse ?)…

De ces algues on peut en extraire de l’huile en grande quantité, et c’est la clé de voûte pour la fabrication d’alguocarburant. Ne reste plus qu’à les placer dans un photo-bioréacteur pour qu’elles continuent de croître et fournissent un maximum de lipides.

La dernière étape est de mélanger avec du solvant pour récupérer les lipides, puis on évapore ce solvant…ne reste plus que la précieuse huile que l’on transforme en biocarburant ,plus respectueux de l’environnement.

Au même titre que le cochon, tout est bon dans la spiruline !

Spiruline et blue conomy : une chaîne de valeur en cascade parfaite
4.5 (90%) 4 votes

lundi 22 mai 2017|

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer