Accueil/Santé/Douleurs articulaires
Douleurs articulaires

Douleurs articulaires

Nos articulations sont les connexions entre nos différents os du corps. Ce dernier en compte près de 400 et elles nous fournissent le support nécessaire et nous aident à nous mouvoir. Si bien que tout dommage sur une articulation peut interférer nos mouvements d’une part, et causer de fortes douleurs d’autres part.

Nous allons voir que bien des causes peuvent entraîner des douleurs articulaires ! Eh oui, vous vous en doutez bien, si vous allez voir votre doc’ et lui dites que vous avez mal aux articulations il va lui falloir dresser un diagnostic avant de vous fournir un traitement adapté.

Si vous souffrez des articulations, sachez, si cela peut vous réconforter (j’en doute), que vous n’êtes pas un cas isolé, loin de là. Eh non, vous n’avez rien d’original je suis désolé de vous l’apprendre (je ne veux pas vous enfoncer hein), mais les chiffres sont éloquents : d’après un sondage IFOP, 93% des Français déclarent avoir déjà eu affaire à des douleurs articulaires !

En fait, c’est plus de 25% de la population française qui souffre de rhumatisme fréquent (on désigne par rhumatisme le nom collectif de plus de 100 affections qui surviennent autour et dans les articulations sans être héréditaires)

Fragiles les frenchies ? Pas tant, le problème semble mondial puisqu’il est en partie lié au vieillissement, et que jusqu’à preuve du contraire, tout le monde y est contraint.

Je dis bien en partie, car comme nous l’avons dit, le problème peut avoir de multiples causes avec tout autant d’appellations médicales. Mais voilà, c’est un fait, plus on prend de l’âge, plus notre vieille carcasse doit se traîner son lot de complications dont les douleurs articulaires.

La plupart du temps, ces dernières surviennent au niveau des genoux, des hanches et des épaules. Mais ne pensez pas que les autres parties de votre corps en soient dispensées ! Vous pouvez tout aussi bien souffrir des articulations des chevilles, des pieds ou encore des poignets, des coudes ou des mains.

Ces douleurs peuvent aller de la petite irritation au handicap, elles peuvent durer une semaine, plusieurs semaines ou plusieurs mois (on dit alors qu’elles sont chroniques).

Mais même aiguës, elles sont particulièrement pénibles et méritent d’être traitées. Pour cela, direction ce bon vieux doc’ pour un petit diagnostique des familles, qui permettra de réduire douleurs et inflammations et si possible, de préserver vos précieuses articulations le plus longtemps possible.

Avant de vous rendre chez le médecin, analysez bien vos douleurs et posez-vous ces questions : sont-elles liées à un effort particulier ? Sont-elles apparues suite à une blessure, un choc ? Sont-elles d’avantages vigoureuses le matin au levé, est-ce que le fait de vous reposer vous soulage ? Y’a il de l’enflure (articulation rouge et enflée) ? Quels sont les symptômes ? La douleur vous réveille elle la nuit ? Depuis combien de temps souffrez-vous ? La douleur est-elle localisée ou s’étend-elle sur plusieurs articulations ?

À partir de là, pif paf pouf, le doc’ a vu clair dans votre douleur !

Quelles sont les différentes causes d’une douleur articulaire ?

On l’a dit, les causes peuvent être très variées, si bien que les symptômes ne seront pas les mêmes d’un individu à l’autre.

Cependant, on peut tout de même dresser une liste de symptômes fréquents :

  • Enflure notable au niveau de l’articulation accompagnée de rougeur et de chaleur avec un possible état de fatigue générale
  • Articulation difficile à mouvoir et gênes/douleurs lors du déplacement
  • Raideur suite à une inactivité prolongée, souvent le matin

Il y a plusieurs grandes catégories de douleurs :

  • Les douleurs de type traumatique, résultantes d’un choc ou d’une blessure sportive. Le meilleur exemple est la classique entorse de la cheville, qui peut même endommager, au-delà des articulations, muscles et tendons si elle est sérieuse
  • Les douleurs de type mécanique qui caractérisent l’incontournable usure des tissus et peut mener à des malformations. L’exemple le plus connu est l’arthrose (aussi appelé arthrite d’usure) qui entraîne en l’occurrence l’usage des cartilages
  • Les douleurs de type inflammatoire, qui font leurs apparitions lorsqu’une articulation devient le siège d’inflammations. Le cas le plus fréquent est l’arthrite rhumatoïde, une maladie auto-immune qui, au contraire de l’arthrose, a tendance à se déclencher en premier lieu dans les plus petites articulations
  • Les douleurs de type infectieux, assez rare, mais certains virus ou bactéries peuvent attaquer les articulations et causer de vives douleurs

Les douleurs traumatiques

Ce qui entretient le mieux une articulation c’est le fait de s’en servir ! Si vous ne vous en servez pas assez, vous allez « rouiller », mais si vous vous en servez trop, vous pouvez être sujet aux blessures !

Les sportifs sont généralement plus susceptibles de souffrir de ce type de douleurs articulaires (surtout s’ils s’entraînent avec quelques kilos superflus) : élongations, luxations, entorses ne sont que trop fréquentes dans le monde du sport mateur ou professionnel. Ces blessures font très mal, mais elles ne sont pas nécessairement les plus graves, à moins qu’elles soient accompagnées de sensations de déboîtements/craquements, de déformations, de gonflements importants ou de couleurs anormales.

Généralement, il faudra suivre le protocole « RICE » pour : Rest (repos), Ice (glaçage), Compression, Élévation. Ce protocole fera normalement l’affaire, mais si la douleur est trop intense et se prolonge, courrez chez votre médecin.

La quasi inévitable arthrose

arthrose genou

On confond souvent arthrose et arthrite. Ce qu’il faut retenir de l’arthrose, c’est qu’il s’agit d’une maladie dégénérative (évolue lentement mais sûrement avec le temps) qui s’attaque aux cartilages et touche 7 millions de personnes en France. Retenez bien : arthrose = la vie n’est pas rose, on en aura tous ! C’est donc une maladie qui s’attaque particulièrement à nos cartilages, qui commence à s’altérer aux alentours de la cinquantaine. Cette maladie touche donc principalement les personnes âgées, mais les sportifs de haut niveau qui sont sujets aux surentraînements ne sont pas en reste !

Quand le cartilage n’est plus, vous vous doutez bien que les articulations souffrent et se déforment, gênant ainsi les mouvements

Concrètement qu’est ce qu’il se passe ?

Le cartilage joue le rôle d’amortisseur, il doit être rigide et déformable pour pouvoir encaisser tous les chocs et faciliter le mouvement des os. Il est constitué de 70% d’eau, de collagène et de chondrocytes (cellules qui permettent de régénérer le cartilage). Il est soutenu par la membrane synoviale qui entoure l’articulation et sécrète le fameux liquide synovial (sorte de lubrifiant) qui aide les surfaces osseuses à glisser les unes sur les autres en évitant les frottements. Avec l’âge, le cartilage s’abîme. Sans cartilage, l’os peut se reconstruire de manière anormale et créer ce qu’on appelle des becs-de-perroquet (ostéophytes)

La stat : 85% des personnes de plus de 70 ans en souffrent. Vous pouvez d’ores et déjà prier pour faire parti des 15% de chanceux.

Principaux symptômes :

  • douleurs au niveau de l’articulation
  • une raideur caractéristique, surtout le matin au réveil avant de s’estomper progressivement au cours de la journée : on appelle ça le « dérouillage matinal« 

Les principaux facteurs de risques :

  • Troubles métaboliques comme l’obésité
  • Traumatismes répétés liés à un sport ou une activité professionnelle
  • Terrain génétique favorable
  • Tabagisme

Même si l’arthrose est considérée comme une arthrite non inflammatoire, on constate tout de même une très légère inflammation

Les principales articulations touchées :

  • hanches
  • genoux
  • colonne vertébrale
  • articulations des doigts

Comment on la traite ?

  • On peut commencer par calmer la douleur avec des antidouleurs ou des anti-inflammatoires
  • On peut tenter la physiothérapie (kinésithérapie)
  • On peut avoir recours à des injections de corticoïdes
  • On évite à tout prix la sédentarité, l’exercice physique augmentant la production de liquide synoviale

L’arthrite = maladie inflammatoire

L’arthrite est une inflammation qui touche les articulations, elle peut être aiguë ou chronique si elle s’étend au-delà de trois mois. Dans l’arthrite, le phénomène inflammatoire peut être multiple : bactérien, maladie type spondylarthrite ankylosante, lupus, etc..

L’arthrite touche 15 % de la population et tout le monde est susceptible d’en souffrir (bien que soient particulièrement concernés les adultes et les personnes âgées de plus de 65 ans), c’est à ce jour la cause de handicap la plus fréquente. On estime que 20 millions de personnes atteintes d’arthrites ont une mobilité gravement réduite. On en voit davantage chez les femmes que chez les hommes.

Elle peut être de trois grands types :

  • arthrite aseptique : signifie que l’on ne connait pas l’origine, particulièrement fréquente au niveau du genou
  • arthrite septique : due à un germe
  • arthrite monocristalline : due à la présence de micro cristaux dans l’articulation (exemple avec la goutte)

Principaux symptômes :

  • présence de rougeur/chaleur/oedème
  • présence de douleurs qui augmentent en fin de nuit
  • raideurs matinales avec amélioration à l’activité

Pour être certain que vous souffrez d’arthrite, c’est un rhumatologue qui mènera le diagnostique en se basant sur :

  • vos antécédents : le diagnostic repose notamment sur la durée et la fréquence des douleurs, qui permettent souvent de trouver la cause inhérente
  • un examen physique
  • les résultats de l’imagerie (IRM, échographie, radiographie)

Voici les principales maladies inflammatoires connues :

  • spondylarthrite ankylosante : arthrite chronique qui touche particulièrement bassin et la colonne vertébrale
  • polyarthrite rhumatoïde : le plus fréquent des rhumatismes inflammatoire
  • maladie de Horton : plutôt chez les personnes âgées contrairement au deux précédentes, frappe les épaules et les jambes, vient d’une artérite temporale qui peut se compliquer et rendre aveugle. Urgent à traiter donc
  • la goutte : due à une accumulation d’acide urique
  • maladie de lyme : due à une morsure de tique

Comment on la traite ?

Il existe plusieurs solutions selon le type d’arthrite dont vous souffrez, les principales étant :

  • les médicaments pour lutter contre les douleurs et les gonflements
  • l’homéopathie pour traiter le patient dans sa globalité
  • la phytothérapie qui repose sur l’utilisation de plantes comme le cassis ou l’arnica
  • les cures à base d’eaux thermales

Que faire contre les douleurs articulaires ?

soigner les douleurs articulaires

la perte de seulement 500g entraîne l’élimination de près de 2kg de pression sur les genoux !

1) Perdre du poids

Porter des kilos en trop sollicite inutilement vos articulations et vos os au quotidien, le poids stresse vos articulations et peut provoquer une inflammation. Si vous souffrez de douleurs articulaires et de troubles osseux, comme l’ostéoporose, le surpoids peut accélérer la dégénérescence osseuse. Une « simple » perte de 4 à 7 kg pourrait réduire de moitié le risque d’arthrose. Selon une étude sur l’arthrite et les rhumatismes, la perte de seulement 500g entraîne l’élimination de près de 2kg de pression sur les genoux !

Dans la plupart des cas, lorsque le surpoids ou l’obésité contribue à un problème de santé, les experts recommandent de cibler une perte d’environ 5 à 10 % de votre poids corporel total afin de voir si les symptômes s’améliorent.

2) Changer son alimentation

alimentation arthroseVoici la méthode la plus facile pour prévenir la douleur à long terme : ajuster son alimentation.

L’inflammation chronique dans le corps cause une faiblesse et peut mener à la dégénérescence des tissus. En adoptant un régime anti-inflammatoire, les douleurs articulaires et osseuses causées par l’inflammation seront potentiellement amenées à diminuer.

Les acides gras oméga-3 que l’on trouve dans les aliments comme le poisson, les graines de chia et les noix sont excellents pour aider à réduire l’inflammation dans le corps. Un autre acide gras qui peut aider est l’acide gamma-linolénique, ou GLA. On le trouve dans les graines de certaines plantes comme l’onagre, la bourrache, le chanvre et le cassis. Essayez de limiter (sinon d’éliminer complètement) les aliments transformés, les gras trans et les sucres ajoutés, car ils peuvent causer de sérieuses inflammations dans le corps.

Enfin, mettez l’accent sur les fruits et légumes frais.

Voici quelques règles à appliquer sur votre régime alimentaire au quotidien :

  • équilibrer les acides gras oméga 3
  • viser un régime plus alcalin, en mangeant beaucoup de végétaux bio (surtout les alliacées : ail,oignons, poireaux, etc.) et d’antioxydants (une diète acidifiante et carnée favorisera des états inflammatoires de bas grade)
  • éviter laitage et viande rouge (dans les pays de l’orient ou les laitages sont inconnus les personnes âgées souffrent beaucoup moins de rhumatismes qu’en occident)
  • bien s’hydrater, en veillant à boire de l’eau la moins minéralisée possible en grande quantité

3) Quid des compléments alimentaires ?

complements alimentaires douleurs articulaires

Méfiance, méfiance en ce qui concerne les compléments alimentaires « miracles ». Il en existe plusieurs populaires que les personnes prennent parce qu’ils sont censés être bons pour les douleurs articulations. Ils ne sont pas considérés comme des analgésiques, mais les gens les prennent pour lutter contre la douleur. Ce ne sont pas non plus des anti-inflammatoires en soi, mais les gens pensent qu’ils réduiront l’inflammation. Ce ne sont que des compléments alimentaires, pas des aliments, mais comestibles et soi-disant bons pour le corps d’une manière ou d’une autre.

Au fil des années, la supplémentation nutritionnelle est passée au peigne fin par la science, bien souvent, les résultats sont décourageants, en particulier pour la personne moyenne n’ayant pas de problème particulier à résoudre. De nouvelles données scientifiques montrent que même les suppléments de base comme le calcium peuvent présenter plus de risques que d’avantages. Des études montrent même que si les personnes qui prennent des compléments sont en meilleure santé, c’est simplement parce que ce sont les personnes qui ont un mode de vie plus sain qui ont tendance à prendre des compléments alimentaires !

Certains peuvent avoir un impact bénéfique, mais il vaut mieux être sceptique à propos de tout ce qui semble trop beau pour être vrai, même vis-à-vis de simples suppléments en vitamines et minéraux.

Voici un rapide coup d’œil sur les compléments les plus populaires contre les douleurs articulaires :

  • Sulfate de chondroïtine : connu comme étant « bon pour le cartilage » parce qu’il en est un composant majeur et qu’il a beaucoup en commun avec la glucosamine (ils sont souvent vendus ensemble). Beaucoup d’études menées sur le sujet pour peu de résultats probants.
  • Glucosamine : tout comme le sulfate de chondroïtine, elle est réputée comme étant « bonne pour le cartilage ». Elle est fabriquée en l’extrayant d’exosquelettes de crustacés pour en faire des suppléments utilisés pour traiter l’arthrose (en particulier des hanches et des genoux) par le biais d’effets anti-inflammatoires sur le cartilage. Idem, peu d’effets probants selon les études menées.
  • Protéines whey : largement utilisée chez les bodybuildeurs comme source de protéines pour aider à la construction musculaire, certains spéculent sur ses éventuelles propriétés anti-inflammatoires. Aucune donnée sur le sujet néanmoins !
  • Glutamine et arginine : acides aminés abondants, mais non essentiels (blocs de construction de protéines), principalement stockés dans les muscles. Appauvrie chez les personnes gravement malades, la glutamine est utilisée médicalement pour aider à la réparation des tissus. Les athlètes et les culturistes s’imaginent manquer de ces substances après des entraînements intenses et espèrent que le fait de remplir les stocks les aidera à réparer/développer leurs muscles. Ces deux acides aminés ont des propriétés à peine comprises qui pourraient être pertinentes côté anti-inflammatoire. Manque d’études sur le sujet.
  • Collagène : protéine très présente dans toutes les structures du corps (peau, cartilages, tendons, ligaments et tissus conjonctifs) et très populaire comme traitement de l’arthrite. Peu d’évidence néanmoins sur le sujet, des données in vitro laissent penser qu’il pourrait stimuler la fabrication de collagène par l’organisme.
  • Curcuma/curcumine : la curcumine est la partie biologiquement active du curcuma. De nombreux bienfaits pour la santé revendiqués, y compris certains effets anti-inflammatoires. Même si il existe peu de preuves, il ne vous coûte pas grand-chose de relever vos plats avec cette épice.
  • Bromélaïne : enzyme contenu dans l’ananas, pourrait avoir des propriétés anti-inflammatoires prometteuses.
  • Fish Oil : huile de poisson, habituellement sous forme de comprimés. Ils auraient des propriétés anti-inflammatoires. Cependant, une dose quotidienne d’au moins 2,7 grammes est jugée nécessaire pour obtenir l’effet anti-inflammatoire, ce qui signifie qu’il faut prendre beaucoup de capsules d’huile de poisson (généralement sous dosées) au quotidien. Il existe des preuves raisonnablement bonnes (bien que les études soient assez anciennes) que l’huile de poisson procure un soulagement efficace de la douleur chez certaines personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde, réduisant leurs symptômes et leur besoin de prendre des anti douleurs. Cependant, ces avantages peuvent ne pas apparaître avant trois mois, donc la persévérance est vitale. Il existe très peu de preuves suggérant que les suppléments d’huile de poisson sont bénéfiques pour les personnes atteintes d’arthrose.

Il existe aussi de nombreux types de suppléments à base de plantes sur le marché qui prétendent pouvoir réduire les douleurs articulaires. Certaines des herbes vantées pour les douleurs arthritiques incluent :

  • le boswellia serrata
  • la bromélaïne
  • l’harpagophytum ou griffe du diable
  • le ginkgo
  • l’ortie
  • la vigne du tonnerre divin
  • la reine-des-prés
  • les feuilles de cassis
  • le bouleau et sève de bouleau
  • le frêne
  • l’arnica

4) Bouger davantage (mais pas trop quand même)

Les muscles raides dus à l’inactivité peuvent causer des douleurs articulaires dans le corps ou aggraver l’arthrite. Par exemple, la tension dans les muscles des jambes peut être responsable d’un stress supplémentaire sur les genoux et les hanches, car la faiblesse des muscles contribue à l’instabilité et augmente le risque de blessures ou de compensations. L’exercice régulier peut aider à renforcer et à étirer les articulations et les muscles affectés, améliorant ainsi la circulation sanguine et réduisant souvent la douleur.

Plus vos muscles et vos articulations deviennent forts, plus vous avez de chances de rester actif sans douleur : ceci est utile pour prévenir une prise de poids qui ne fera qu’ajouter de la pression inutile sur les articulations douloureuses.

Voici certains des meilleurs exercices à faible impact pour les personnes souffrant de douleurs articulaires :

  • la natation
  • le cyclisme ou le vélo elliptique
  • la marche
  • le yoga et d’autres formes d’étirements doux qui travaillent votre amplitude de mouvement, conservent vos articulations souples et flexibles, et renforcent les muscles
  • le Qui Gong ou encore le Tai Chi qui s’est avéré très efficace pour réduire l’inconfort et les raideurs articulaires en cas d’arthrose du genou selon une étude de l’Université Tufts

5) Réduire le stress

Le lien entre le stress et l’inflammation est clair. Le stress libère des substances chimiques qui agissent sur le système immunitaire, ce qui provoque l’inflammation. Par conséquent, l’arthrite réapparaît. Les changements de vie tels qu’un déménagement, un nouveau travail, la perte d’un être cher, des préoccupations financières nous obligent à nous adapter, à changer de routine et à nous inquiéter. Il est important de savoir quand vous vous sentez stressé et inquiet. Le fait d’être conscient de la réaction de votre corps vous rappellera de vous détendre. N’hésitez pas à consulter notre guide pour apprendre comment gérer son stress.

L’acupuncture

La recherche montre que l’acupuncture (l’utilisation de fines aiguilles à des endroits précis du corps pour modifier les changements positifs) peut soulager les symptômes articulaires. Dans une étude allemande menée sur les personnes souffrant d’arthrose du genou, 15 séances d’acupuncture combinées aux soins médicaux habituels ont entraîné moins de douleur et de raideur que les soins standard seuls.

La méditation

Les techniques de méditation et de relaxation peuvent vous aider à réduire la douleur causée par l’arthrite en réduisant le stress et en vous permettant de mieux y faire face. Selon les National Institutes of Health (NIH), des études ont montré que la pratique de la méditation de pleine conscience est utile pour certaines personnes ayant des articulations douloureuses. Les chercheurs ont également constaté que les personnes souffrant de dépression et d’arthrite étaient celles à qui la méditation bénéficiait le plus. Lorsque le stress est réduit, l’inflammation et donc l’enflure et la douleur diminuent.

Le massage

Selon la Fondation de l’arthrite, le massage régulier des articulations arthritiques peut aider à réduire la douleur et la raideur et à améliorer l’amplitude de vos mouvements. Travaillez avec un physiothérapeute pour apprendre l’automassage, ou prenez rendez-vous régulièrement avec un massothérapeute.

Compléments alimentaires et douleurs articulaires vont-ils de pairs ?
4 (80%) 4 votes

Charger les articles suivants

Thème(s) connexes :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer