Thé vert

Thé vert

Le thé est une boisson très appréciée depuis de nombreuses années. Après l’eau, c’est le breuvage le plus consommé dans le monde grâce notamment à son faible taux en calories et ses propriétés et ses propriétés en hydratation.

Par ailleurs, il contient plusieurs principes actifs très intéressants selon les scientifiques, dont des antioxydants. Il existe un grand nombre de variétés de thé issues des divers modes de transformations : thés fumés, thés semi-fermentés et thés fermentés. À travers cet article, vous en saurez plus sur le thé vert qui est non fermenté et qui est l’un des thés les plus consommés.

Étymologie du thé vert

À l’origine, le mot « thé » provient d’une langue régionale chinoise (l’amoy) : t’e et du malais têh. C’est en 1589 qu’il est apparu sous sa forme actuelle dans la langue française. Tous les divers noms qu’a porté cette plante viennent de ce mot ou du mot mandarin « cha ». C’est ce qui a servi d’origine aux mots japonais sincha, matche, sencha, bancha qui sont les différents noms donnés aux diverses sortes de thé vert.

D’où provient ce délicieux et très répandu breuvage ? Le théier est un arbuste ou un arbre à feuille persistante qui vient d’Extrême-Orient. À l’état sauvage, il peut atteindre une hauteur de 30 mètres. Mais en culture contrôlée, il est maintenu à une hauteur de 1,5 mètre environ afin de faciliter la récolte.

La récolte du thé s’effectue à une ou deux semaines en fonction du climat et de la région. Le théier appartient au même genre botanique que le Camélia, un arbuste qui produit des fleurs somptueuses et très parfumées. Il est originaire des régions les plus montagneuses de l’Extrême-Orient, notamment l’Inde et la Chine.

Cet arbuste pousse dans les climats tropicaux et subtropicaux. L’espèce est divisée en deux groupes qui se distinguent aisément. Le Camellia sinensis sinensis se retrouve à l’état sauvage au sud de la Chine et le Camellia sinensis assamica provient de la région d’Assam en Inde jusqu’au sud de l’Asie et au Vietnam.

Origine et histoire du thé

Le thé vert est connu depuis des millénaires par les peuples chinois. Il est utilisé à la fois comme une boisson et comme un remède, car la médecine traditionnelle chinoise lui prête de nombreuses vertus. De récentes recherches scientifiques mettent en évidence les propriétés thérapeutiques de ce breuvage, dont une forte teneur en caféine et en polyphénols et une action antioxydante.

Comment a-t-il donc été découvert ?

De nombreuses légendes entourent la découverte du thé. Selon la plus répandue, le théier serait né des paupières d’un moine. En effet, ce dernier les aurait coupées afin de ne pas dormir durant ses séances de méditation et les aurait jetées au sol. C’est donc de ces paupières qu’est né l’arbuste (franchement moi j’y crois).

Une autre légende raconte que le thé fut découvert de façon fortuite par l’empereur Shen Nong. Ce dernier aurait vécu il y a plus de 5000 années. Alors qu’il se reposait sous un arbre en buvant de l’eau chaude, une feuille de théier sauvage se serait détachée de l’arbre et serait tombée dans sa tasse. La délicieuse et rafraîchissante saveur de cette boisson lui aurait plu et c’est comme cela que le thé a été découvert.

Cependant, le thé est resté méconnu pendant de longues années. C’est aux environs du IIIe siècle du premier millénaire que les écrits chinois l’ont rendu public en le présentant comme une alternative au vin. Il sera peu à peu adopté par les Chinois et occupera une grande place à la table chinoise. Il devient ainsi la boisson chinoise quotidienne. Autour du VIIIe ou du IXe siècle, il fait son apparition au Japon où son usage est recommandé pour aider à la méditation.

Le thé fut introduit en Europe autour de l’année 1560 par un jésuite portugais. Il s’est répandu petit à petit et représente aujourd’hui la boisson non alcoolisée la plus présente dans le monde après l’eau.

À une période où il était très lucratif, de nombreuses guerres furent menées afin de s’approprier ou de briser le monopole du commerce du thé. Des rituels très compliqués ont été pratiqués et continuent d’être pratiqués dans certaines régions du globe pendant sa préparation et sa consommation.

En Angleterre par exemple, toutes les activités ralentissent au quotidien pour l’inévitable four o’ clock tea. Il n’est donc pas surprenant qu’il soit aussi symbolique et utilisé dans tous les domaines de la vie. Le thé vert est également utilisé en phytothérapie pour ses vertus stimulantes et aussi pour son efficacité contre les infections digestives. Il est aussi utilisé pour son action diurétique. Il est cependant déconseillé en cas d’allaitement, de grossesse, de problèmes urinaires ou d’insomnies.

Composition du thé et principes actifs

Les jeunes feuilles ainsi que les bourgeons du thé vert sont les parties qui sont utilisées en phytothérapie, car ils ont une concentration très élevée en substances actives. On obtient le thé noir en procédant à la fermentation de ces parties. Le thé contient de nombreux principes actifs très bénéfiques pour le corps et la santé.

Les antioxydants

Les antioxydants protègent les cellules du corps humain des effets néfastes causés par les radicaux libres. Ces radicaux libres sont des molécules hyper réactives qui participent au développement des maladies liées au vieillissement, des affections cardiovasculaires et de certaines tumeurs cancéreuses.

Les polyphénols

Le thé vert contient plusieurs variétés de polyphénols qui sont une grande famille d’antioxydants. Les trois principaux composés sont les théaflavines, les catéchines et les théarubigines.

Le taux de polyphénols contenu dans le thé varie en fonction de plusieurs facteurs tels que la région, le climat, le type de thé, le temps d’infusion et la fraîcheur de la boisson. De façon générale, le thé vert contient plus de principes actifs antioxydants que le thé noir. Selon une étude, une consommation de 300 ml de thé vert entraîne chez l’humain dans les heures qui suivent une augmentation considérable du taux d’antioxydants du sang.

Les catéchines sont les antioxydants contenus dans le thé qui sont les plus étudiés. Le thé vert en contient plus que les autres variétés de thé. Le thé noir en contient aussi, mais les transformations qu’il subit changent une partie de cette molécule en théarubigines et en théaflavines. Par ailleurs, mettre du lait dans le thé noir diminuerait un peu son taux de catéchines sans pour autant nuire à l’activité antioxydante de cette boisson dans le corps humain.

Autres polyphénols

Le thé, qu’il soit noir ou vert, contient d’autres sortes de polyphénols comme le Kaempferol et la quercétine. Ils appartiennent à la famille de flavonols et seraient capables de prévenir l’apparition des cancers et des maladies cardiovasculaires.

Les différentes variétés du thé

Il existe quatre grandes variétés de thé qui sont classées en fonction de leur couleur : le blanc, le noir, le vert et le oolong qui s’écrit aussi Wu long. Les thés sont différenciés grâce aux diverses transformations que subissent leurs feuilles.

Pour obtenir le thé blanc, les feuilles sont flétries puis séchées. En ce qui concerne le thé vert, elles sont torréfiées, roulées et ensuite séchées. Les feuilles de thé sont flétries, roulées, fermentées et torréfiées afin d’obtenir le oolong.

Quant au thé noir, pour l’obtenir, les feuilles subissent les mêmes transformations que celles du oolong sauf que leur oxydation est complète cette fois-ci. En plus, les feuilles du thé noir sont triées. Les entières sont mises d’un coté et les brisées de l’autre.

Le thé blanc est le thé le plus rare et aussi le plus cher. Il est apprécié pour son goût délicat. Mais, pour les personnes qui sont habituées aux saveurs corsées des oolongs ou des thés verts, le goût de thé blanc peut paraître terne.

Cependant, ces dernières années, il y a eu une augmentation de la demande, car des études ont été réalisées et de nombreuses vertus potentielles lui sont reconnues. Mais, pour le moment, il n’y a aucune étude qui prouve que les vertus du thé blanc sont supérieures à celles du thé vert.

thé oolong

Le processus d’oxydation des feuilles du thé n’a été découvert qu’entre le XIVe et le XVIIe siècle pendant l’époque Ming. Si les thés verts et les oolongs sont plus consommés en occident grâce à leurs saveurs corsées, le thé vert qui existe en plusieurs variétés reste le thé privilégié en Asie. Les thés verts et blancs ne sont pas fermentés, ce qui fait qu’ils sont plus riches en polyphénols que les oolongs qui à leur tour le sont plus que les thés noirs.

Le plus grand producteur mondial de thé est l’Inde, ensuite viennent la Chine, le Sri Lanka, l’Indonésie, le Kenya et la Turquie. La production mondiale était de 3,2 millions de tonnes en 2004. Ce chiffre a beaucoup évolué ces dernières années, compte tenu de la hausse de la demande.

Les vertus et les bienfaits du thé vert

Les principes actifs et les divers composés du thé vert en font un allié intéressant pour le corps humain. Il pourrait servir à prévenir de nombreuses affections et maladies telles que :

Les maladies cardiovasculaires

Selon des données d’études provenant de la revue scientifique « chez l’humain », certains composés du thé comme les antioxydants (catéchines, flavonols, etc.) seraient des grands alliés pour la santé cardiovasculaire de l’homme. Des études réalisées sur les animaux révèlent aussi que le thé pourrait servir à réduire le taux de lipides sanguins. Toutefois, les études réalisées sur l’être humain en ce qui concerne ce point ne sont pas unanimes.

Le cancer

Selon des études réalisées sur les animaux et certaines observations chez les êtres humains, le thé vert aurait des propriétés intéressantes en ce qui concerne la prévention du cancer. L’épigallocatéchine gallate (EGCG) serait la molécule du thé vert qui prévient cette maladie. Cependant, d’autres études doivent être réalisées pour confirmer cette hypothèse.

Les maladies dentaires

Le thé, qu’il soit noir ou vert, pourrait lutter contre l’apparition des caries dentaires selon certaines revues scientifiques. Pour le thé vert, ce sont les polyphénols qui participeraient à la réduction des bactéries associées à la carie dentaire. De plus, des molécules contenues dans ces thés seraient capables de réduire la sécrétion de l’amylase salivaire, cette enzyme qui dégrade l’amidon contenu dans les aliments en sucres. Cela participerait aussi à l’activité anticarie.

L’obésité

Les catéchines contenues dans le thé pourraient engendrer une réduction du taux de matières grasses ainsi qu’une diminution du poids corporel.

Les affections cognitives

Lors d’une étude d’observation chez l’être humain (menée sur 957 Chinois âgés de 55 ans ou plus), il aurait été découvert que le thé diminuerait les risques de détérioration des fonctions cognitives chez l’humain. Cela est dû à EGCG.

Les maladies osseuses

bienfaits du thé vert

Vous prendrez bien une tasse de thé ?

En observant des femmes âgées, des études ont démontré qu’une consommation régulière de thé augmente la santé des os lors de la vieillesse, grâce notamment aux contenus en fluor et en flavonoïdes du thé.

Mais ce n’est pas tout pour les bienfaits du thé, car un bon thé : ça réchauffe toujours le cœur quand il fait froid !

Précautions d’usage et contre-indications

Très appréciée pour son effet stimulant, la caféine est une substance qui entraîne des effets indésirables pour l’organisme tels que l’insomnie, l’irritabilité, la nervosité, l’altération du rythme cardiaque, etc. Il est donc conseillé de ne pas ingérer plus de 500 mg de caféine par jour, surtout pour les femmes en âge de procréer.

Le thé vert est aussi contre indiqué pendant les traitements de cancer par chimiothérapie. Une étude publiée en 2009 indique que le thé vert réduit l’effet du Velcade, un médicament contenu dans le traitement du myélome multiple.

Santé Canada affirme que le thé vert est l’un des aliments qui peuvent modifier le taux d’anticoagulants dans le sang. Les personnes sous anticoagulants doivent donc éviter d’en consommer en trop grande quantité.

Les personnes souffrant de reflux gastro-œsophagien devraient éviter de consommer du thé en grande quantité, car ce dernier contient des méthylxanthines qui augmenteraient le risque de reflux.

Conseils liés à la consommation du thé

Le thé à infuser est présenté de diverses façons. En fonction de la spécificité du thé, le temps d’infusion est différent. Il est souvent marqué sur les emballages.

En ce qui concerne la température de l’eau, elle doit être bouillante (95 °C) pour le thé noir ou le oolong. Pour les thés verts et blancs, maintenez l’eau à une température allant de 70° à 80 °C.

Il faut environ 2,5 grammes de thé par tasse, mais il est conseillé de suivre les indications du fabricant. Pour un régime amaigrissant, les infusions doivent être prises quotidiennement. Elles sont prises à environ trente minutes avant les repas pour optimiser leur action coupe-faim.

Thé vert et environnement

Après une infusion de thé vert, les feuilles peuvent servir à plusieurs usages. Premièrement, elles peuvent être mises sur la terre des plantes intérieures où elles serviront de compost. Elles peuvent également servir à nettoyer les planches à découper ou encore être brûlées sous forme d’encens. Vous pouvez aussi en faire une deuxième infusion qui servira à faire briller les miroirs et à enlever la rouille sur les casseroles.

Thé vert sencha : un trésor de bienfaits
Cet article vous a t-il été utile ?

Charger les articles suivants

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer