Accueil/Nutrition sportive/Complément alimentaire
Complément alimentaire

Complément alimentaire

Le rayon des compléments alimentaires est particulièrement étonnant, à en croire les étiquettes, c’est le paradis de la santé ! Certains ciblent un organe en particulier, d’autres nous donnent de l’énergie, stimulent notre système immunitaire, nous évitent d’attraper froid, réduisent notre appétit, nous promettent des parties de jambes en l’air olé olé, aident à maigrir, à bronze, à devenir beau, riche et avoir une baraque à miami bitch…

S’ils sont tous si bons pour nous, pourquoi s’inquiéter de manger sainement alors ?

Tous les sportifs souhaitent atteindre leurs objectifs. Pour cela, ils mettent en place un programme d’entrainement et un régime alimentaire adaptés à leurs besoins nutritifs. Certains sportifs (ou non) décident d’accompagner leur alimentation par des compléments alimentaires.

Mais que faut-il vraiment penser de ces produits ? Aident-ils vraiment le sportif ou ne sont-ils que poudre de perlinpimpim ? Qui en consomme ? Qui devrait en consommer ? Que nous cachent-ils ? C’est ce que nous allons voir.

En France, 15% des hommes et 28% des femmes prennent des compléments alimentaires au moins trois jours par semaine, c’est devenu plus qu’une mode, c’est un véritable « lifestyle ». Des vitamines au réveil, du fish oil au repas avec un peu de créa, tranquillou, un préworkout avant l’entrainement, des BCAAS pendant, une petite whey des familles après, bref, vous voyez le tableau…

Ce qu’on aimerait nous faire croire, c’est qu’on ne mange pas assez de substances nutritives, que l’on n’adopte pas l’alimentation appropriée, que nos produits issus de l’agriculture ont bien moins de valeurs nutritives que jadis (bon ça, c’est vrai) mais que bien heureusement : on va pouvoir « se rattraper » en prenant ces compléments alimentaires.

Si bien que c’est devenu une industrie qui pesait en France près de 1,62 Md€ de chiffre d’affaires en 2016 (30 milliards de dollars de moins qu’aux États-Unis) avec à la tête des suppléments les plus vendus, la catégorie « vitalité ». Le message publicitaire est bien passé, les consommateurs suivent et se procurent ces compléments. Mais en réalité, la plupart des gens trouvent toutes les substances nutritives nécessaires dans leur nourriture.

Que dit la législation en France ?

S’ils sont vendus en pharmacie sans ordonnance (on en trouve également en supermarchés), les compléments ne peuvent revendiquer d’effet thérapeutique contrairement aux médicaments (certaines allégations sont toutefois permises sur le bien-être). Cela signifie aussi qu’il n’y a aucune obligation à faire une étude clinique sur un supplément avant de le mettre sur le marché à partir du moment ou aucun nouvel ingrédient non autorisé n’y figure. En effet, la loi liste les composants autorisés en France et/ou en Europe.

Les compléments alimentaires sont dépendants du code de la DGCCRF, qui reçoit des déclarations de mise sur le marché et effectue des contrôles. À ce titre, les emballages se doivent de mentionner certaines choses comme le nom des nutriments, la posologie journalière et des avertissements de sécurité comme quoi cela ne doit pas se substituer à une alimentation équilibrée

Qui prend des compléments en France ?

Le secteur des suppléments en France est plébiscité par une certaine classe, les CSP+ représentent actuellent la majeure partie des acheteurs de petites pilules en tout genre. La moitié de ces consommateurs achètent des CA sans même en avoir parlé à leur médecin, comme ça, en mode « automédication » pépère !

Ce qui pourrait faire sourire, c’est que ceux qui en achètent majoritairement sont ceux qui disposent des apports nutritionnels les plus complets. C’est par exemple Jean Charles qui va au marché deux fois par semaine choisir des produits bio, qui se fait livrer son petit panier de légumes et qui prête une attention toute particulière à équilibrer ses assiettes, ce qui est très bien !

Mais Jean Charles, tu n’as pas besoin de compléments alimentaires et ironiquement, tu fais partie de cette classe qui en consomme le plus !

Quel mal à cela me direz-vous ?

Eh bien il y a tout de même des risques liés, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a mis en place un dispositif de nutrivigilance pour identifier les éventuels effets indésirables des produits. Sur 1500 signalements en 2014, 76% étaient liés à la consommation de compléments alimentaires.

On pointe du doigt le risque de surdosage ou de « cannibalisation », trop de ce minéral peut empiéter sur l’absorption d’un autre. Il y a très souvent aussi de mauvaises interactions avec certains médicaments.

Quand prendre des compléments alors ?

Quand on extrait une substance, la purifie et en fait une pilule, on accable son système avec quelque chose qu’il n’a encore jamais vu et pour lequel il n’est pas forcément adapté. Il est bien meilleur d’en manger en petite quantité, dans la nourriture solide.

Mais encore une fois, il y a des exceptions.

Selon la définition légale :

« les compléments sont des denrées alimentaires dont le but est de compléter le régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique, seuls ou combinés ».

En raison de leur teneur en vitamines, en nutriments et en minéraux, les compléments peuvent être recommandés dans les cas de carences alimentaires passagères ou dans le cas de certains régimes alimentaires particuliers comme le végétarisme ou le végétalisme qui ne permettent pas d’honorer intégralement les besoins en acides aminées et en protéines.

Les compléments alimentaires ne sont en rien une solution à part entière, encore moins une réponse miraculeuse, mais lorsqu’ils sont associés à une hygiène de vie saine et à une alimentation équilibrée, ils peuvent éventuellement apporter une plus-value.

Pour savoir si vous avez des carences, vous pouvez faire un bilan alimentaire et une prise de sang. S’il n’est pas possible de régler vos déficiences par un rééquilibrage alimentaire, alors oui, là, le CA peut être une solution.

Quels sont ceux ayant des bénéfices scientifiquement prouvés ?

  • Les femmes enceintes, qui ont souvent besoin de vitamine B9 ou d’acide folique durant la grossesse pour éviter les malformations
  • Les femmes qui souffrent de règles abondantes et à qui la supplémentation en fer est bénéfique
  • Les personnes âgés qui sont plus susceptibles d’avoir des carences et peuvent prendre par exemple de la vitamine D pour prévenir un peu les risques d’ostéoporose
  • Les vegans qui peuvent être carencés par leur régime restrictif

Les compléments alimentaires « naturels » à base de plantes

spiruline

La spiruline

Qu’est ce que c’est ?
La spiruline est une microalgue bleu-vert. C’est une espèce de bactéries Arthrospira facile à cultiver et non toxique. La spiruline est souvent utilisée comme source végétalienne de protéines et de vitamine B12, mais les études suggèrent que ce n’est pas une bonne source de B12, car la vitamine n’est pas bien absorbé après ingestion. Elle contient par ailleurs entre 55-70% de protéines.

La spiruline a quelques composants actifs. L’ingrédient principal est la phycocyanobiline, qui constitue environ 1 % de la spiruline. Ce composé imite le composé de bilirubine du corps, afin d’inhiber un complexe enzymatique appelé Nicotinamide Adénine Dinucléotide Phosphate d’Adénine Dinucléotide (NADPH) oxydase. En inhibant la NADPH oxydase, la spiruline a des effets antioxydants et anti-inflammatoires puissants.

Quels sont les bienfaits ?
Les preuves humaines suggèrent que la spiruline peut améliorer le métabolisme des lipides et du glucose, tout en réduisant la graisse hépatique et en protégeant le cœur. Les études sur les animaux sont également très prometteuses, car la spiruline est aussi puissante que les médicaments de référence couramment utilisés dans le traitement des troubles neurologiques. Ces effets s’étendent également à l’arthrite et à l’immunologie.

Dangers/ contre indications 
La spiruline ne présente pas réellement de danger, vous pourrez toutefois souffrir de constipation ou de diarrhée passagère si vous en consommez trop ou que votre organisme n’y est pas habitué. La consommation de spiruline est par ailleurs contre indiquée pour les personnes souffrant d’insuffisance rénale.

Le conseil
Si vous êtes tenté par une cure temporaire, vous pouvez y aller, faites juste attention de sélectionner une spiruline de qualité et d’y aller progressivement avec la posologie si vous n’êtes pas habitué.

La spiruline

Les compléments pour la musculation

Avant de passer en revue quelques-uns des compléments les plus populaires en musculation, retenez bien une chose, il n’y a strictement aucun complément alimentaire essentiel en musculation. Aucun d’entre eux ne vous fera progresser. Si vous devez miser sur quelque chose, misez sur votre régularité à l’entrainement, votre récupération et votre « alimentation solide ». Quitte à investir votre argent quelque part, placez vos billes dans des aliments bio et de bons fruits et légumes du producteur du coin. À quoi bon sert de vous procurer de quoi supplémenter votre apport protéique si vous achetez des œufs catégorie C et du filet de poulet élevé en batterie…

spiruline

BCAAs

Qu’est ce que c’est
Les BCAAs sont en fait trois acides aminés ayant des structures similaires qui exercent une influence bénéfique sur les muscles. On peut les trouver dans n’importe quel aliment contenant des protéines, comme les œufs ou la viande. Une supplémentation n’est pas nécessaire, mais les BCAA peuvent être bénéfiques pour l’organisme si ils sont pris dans des cas précis.

Quels sont les bienfaits ?
Pour les personnes ayant un faible apport en protéines alimentaires, la supplémentation en BCAA peut favoriser la synthèse des protéines musculaires et augmenter la croissance musculaire au fil du temps. La supplémentation peut également être utilisée pour prévenir la fatigue chez les athlètes novices.

Le conseil
Les BCAA sont importantes à ingérer quotidiennement, mais de nombreuses sources de protéines, comme la viande et les œufs en fournissent déjà. Une supplémentation n’est pas nécessaire pour les personnes ayant un apport suffisant en protéines.
Oui, les bcaas sont cruciaux pour construire du muscle, et notre corps ne peut produire. Mais le fait est que ces suppléments doivent rester…des suppléments. C’est-à-dire qu’ils ne doivent être pris qu’en cas de déficience, ce qui est rarement le cas ici. Imaginez que quelqu’un vous file des pilules remplies d’eau et vous dise, tiens, c’est bon pour l’hydratation. Ce n’est pas faux, en soi, mais simplement pas nécessaire sous cette forme.

Il en va de même avec les BCAAs, et les recherches tendant à montrer que ces compléments ne sont pas nécessaires, à moins que ne présentiez une carence en protéines, ce dont je pense que vous êtes loin, même si l’on considère le ratio le plus faible de 0,8g de protéine par kilo corporel.
Un simple filet de poulet de 250g vous offre 9g de BCAAs, l’équivalent de deux scoops de suppléments. Quand bien même vous devriez vous supplémenter en protéines, la whey serait une meilleure alternative puisqu’elle contient déjà ¼ de BCAAS et que d’autre part, elle contient aussi tous les autres acides aminés essentiels en plus de coûter moins cher.

Vous ne devriez donc pas porter votre attention sur votre apport en BCAAS, mais à votre apport protéique total.

huile de poisson

Fish Oil

Qu’est ce que c’est
L’huile de poisson est communément utilisée pour désigner deux types d’acides gras oméga-3: l’EPA et le DHA. Le corps ne sait pas les produire, la seule façon d’en avoir est donc d’en manger. On en retrouver habituellement dans les poissons, les produits d’origine animale et le phytoplancton. L’huile de poisson est aussi une source recommandée, car il est peu cher.

Quels sont les bienfaits
Beaucoup d’études vantent les bienfaits du fish oil, notamment pour sa capacité à :

  • réduire l’inflammation et la tension artérielle
  • améliorer la mémoire (DHA particulièrement)
  • prévenir l’angiogenèse rétinienne (santé des yeux)
  • améliorer la santé des os et réduir le diabète

Dangers/ contre-indications
Il est à noter que si l’huile de poisson est également connu pour réduire les triglycérides chez les personnes ayant des niveaux élevés, il peut toutefois augmenter le cholestérol, il faut donc faire attention avant de prendre du fish oil dans cet objectif.

Le conseil :

Il existe une autre manière de regarder les choses : peut être que ce n’est pas tant la hausse de l’apport en Oméga 3 qui compte…en effet, beaucoup clament que ce qui compte en fait, c’est le ratio oméga 3 VS oméga 6, ce qui semble finalement assez logique

Idéalement, on sait que ce ratio doit être de 1:1. Sauf que dans notre vie d’occidentale, avec nos régimes alimentaires standard (viande rouge, oeufs, etc.), notre ratio ressemble plus souvent à du 15:1 en faveur des oméga 6 ! Oui, 15:1 !!!

Vous avez donc deux solutions pour équilibrer ce ratio :

  • augmenter votre apport en oméga 3, avec une complémentation ou une alimentation qui incorpore davantage de poissons (plutôt ceux en bout de chaîne alimentaire, moins contaminés par les métaux lourds) comme les maquereaux, les morues ou encore les sardines. Note : vous pouvez aussi trouver de bonnes sources d’oméga 3 dans les noix et les graines de lin, pas besoin de dépeupler la mer !
  • baisser votre apport en oméga 6, en levant le pied sur votre consommation carnée

Enfin, si vous vous demandez si l’huile de poisson peut aider avec vos objectifs de croissance musculaire, la réponse est non. Il n’existe à ce jour pas d’étude qui va dans ce sens. Certaines recherches suggèrent timidement que le fish oil pourrait aider avec la récupération musculaire, mais seulement en cas de haute consommation (plus que ce qui est habituellement recommandé). Rien ne prouve non plus qu’il aide à la perde de poids ou à l’amélioration des perfs’ sportives.

spiruline

La caféine

Qu’est ce que c’est
Probablement le stimulant le plus répandu dans le monde entier et le plus consommer pour un boost énergétique.

Quels sont les bienfaits
Certaines études montrent une amélioration des performances sur certaines mesures comme le nombre total de répétitions qui peuvent être en partie expliquées par le fait que la caféine améliore la mobilisation du calcium dans les cellules musculaires, permettant ainsi une meilleure contraction musculaire. La caféine peut également augmenter le taux métabolique en brûlant 14 calories de plus par heure (peut aller jusque 30 calories si vous êtes actif)

Dangers/ contre-indications
Mais, parce qu’il y a toujours un mais, si vous avez pour habitude de boire du café, vous allez développer une tolérance, qui va donc réduire à quasi-néant tous ces potentiels bénéfices. Ce qui signifie que si vous voulez profiter de ces bénéfices, vous allez devoir rentrer dans un cycle sans caféine durant quelques semaines/mois.

Aussi, il n’y a pas d’effets garantis, certaines personnes seront plus réceptives à la caféine que d’autres, à vous de tester la dose qui vous va bien, mais restez cependant en dessous des 500mg par jour (5 tasses de café en moyenne).

Le conseil
Prenez plutôt un espresso avant votre séance et gardez votre argent pour un capucino en terrasse !

La caféine

glutamine

Glutamine

Qu’est ce que c’est
La glutamine est l’un des 20 acides aminés naturellement présents dans les protéines alimentaires, elle est vendue sous forme d’acides aminés isolés et se retrouve en grande quantité dans les viandes alimentaires et les œufs. On le trouve en très haute concentration dans les protéines de lactosérum et de caséine.

Quels sont les bienfaits
La glutamine est un composé très efficace pour la santé intestinale et le système immunitaire, car ces cellules l’utilisent source d’énergie préférée plutôt que le glucose.

Elle est généralement présenté comme essentielle à la synthèse musculaire, mais il n’ a pas été prouvé qu’elle améliore la formation musculaire chez les individus en bonne santé; seulement ceux qui souffrent de traumatismes physiques tels que des blessures ou des pertes musculaires.

Le conseil
Tout comme les BCAAs, la glutamine est indéniablement importante pour l’organisme, notamment pour la santé intestinale.

Cependant, encore une fois ici, le maître mot est « complémentation ». Oui, la glutamine est importante pour la croissance musculaire, mais n’avons simplement pas besoin de nous supplémenter en glutamines. D’ailleurs plusieurs recherches ont montré que les bienfaits d’une supplémentation étaient nuls (du moins aussi bons que pour les placebos..) tant sur le catabolisme que la force musculaire.

On en trouve énormément dans nos sources de protéines donc inutile, gardez votre argent !

Les vitamines/ multivitamines

multivitamines

Dans une grosse méta analyse de 2012, portant sur 21 études sur un nombre total de 91 074 sujets, les scientifiques ont conclu que la prise de multivitamines n’avait absolument aucun impact (ni positif ni négatif) sur le risque de mortalité !

Coup de tonnerre sur cette industrie qui pèse 486 millions d’euros en France !

Dans d’autres études, il a même été montré que la supplémentation spécifique en vitamines E et en bêta-carotène pouvait être associé à une hausse du risque de mortalité.

Bon, mais la santé, ce n’est pas qu’une question de vivre plus longtemps après tout, mais aussi de vivre mieux, sans maladies. Malheureusement, ici encore, les multi vitamines font choux blancs ! Une revue systématique d’une vingtaine d’études en 2006 en est venue à la conclusion qu’il n’y a simplement pas assez de preuves scientifiques pour avancer que les multi vitamines mettent à l’abri des maladies chroniques, en dehors des populations qui souffrent de malnutrition.

Plus tard en 2013, une autre revue en est arrivée à la même conclusion, statuant que les multi vitamines ne montraient que peu de preuve quant à leurs bienfaits contre le cancer et les maladies cardio-vasculaires.

Les recherches ont aussi prouvé que les vitamines n’aident pas plus à l’amélioration des fonctions cognitives ou respiratoires.
Les macros nutriments sont essentiels pour notre organisme, mais la complémentation n’est efficace que si vous souffrez de carences. La plupart du temps, on pense avoir des déficiences, mais il n’en est rien si l’on a une bonne alimentation.

On entend par exemple beaucoup parler de carence en vitamine B12, surtout chez les végétariens, mais le fait est qu’on estime à 1% la population concernée par les carences en B12 en France. La B12 se trouve facilement dans la viande pour ceux qui en mangent, et pour nos amis vegan, il est assez aisé de trouver son compte dans les graines. Notez que les grands singes la trouvent dans les microbes de leurs déjections, pensez-y à l’occasion…

Il y a d’autres carences plus communes, comme la vitamine D, vitamine K, le fer, le magnésium ou encore le zinc. Mais le fait est que la plupart des suppléments en multivitamines ne vous en fourniront pas assez de toute manière.

Prenons le cas de la vitamine D par exemple, dont on préconise 1000 à 2000 UI (unité internationale), les compléments multivitaminés en apportent en moyenne 400 UI. D’autant plus que la plupart du temps, les fabricants mettent les versions les plus « cheap » des nutriments, qui sont aussi moins absorbables par le corps (on retrouve souvent le cas avec de l’oxyde de magnésium par exemple). Pour ce qui est de la vitamine C, l’apport journalier devrait être de 110mg, soit un ou deux fruits crus, qui vous apporteront les fibres en plus !

Si vous souffre de carences en certains nutriments précis, mieux vaut donc tenter de rectifier votre alimentation d’une part, et prendre des compléments plus spécifiques. Par exemple si vous souffrez de carence en Zinc et en Magnésium, vous pourriez éventuellement envisager de prendre du ZMA.

« les adultes qui se supplémentent en minéraux ou en vitamines n’en tirent, au mieux, aucun bienfait la plupart du temps, et au pire, ils mettent leur santé en péril. Ces vitamines ne devraient pas être utilisées pour la prévention des maladies chroniques. Assez, c’est assez. » – Source

Prendre des suppléments de multivitamines peut être une idée si et seulement si :

  • Vous êtes à risque de présenter plusieurs carences en nutriments et votre régime alimentaire ne peut être modifié autrement (d’autant plus si vous êtes âgé)
  • La multivitamine fournit des doses adéquates pour couvrir le risque de carence
  • La multivitamine est une meilleure option d’achat que les éléments nutritifs par eux-mêmes
  • Si vous êtes enceinte et avez un besoin accru en acide folique (important pour le développement du fœtus)

Théoriquement, les multivitamines seraient plus avantageuses pour les personnes à faible revenu, qui sont financièrement incapables d’acheter une grande variété d’aliments. Ironiquement, ce groupe est le moins susceptible de consommer des multivitamines.

Les compléments brûleurs de graisse

fat burner

L’objectif de tout les composé brûlant des graisses est d’augmenter le taux de perte de ces graisses. On peut y parvenir, soit en augmentant le taux métabolique global, soit en augmentant les limites imposées aux cellules adipeuses en ce qui concerne la libération des acides gras.

Les brûleurs de graisses agissent généralement directement sur les cellules graisseuses, comme c’est le cas avec la yohimbine, ou par procuration à travers certaines hormones comme l’adrénaline (comme c’est le cas avec la caféine).

Il y a tellement de suppléments de perte de graisse frauduleux qu’il est bien difficile d’en faire le suivi ! A croire qu’on trouve une nouvelle pillule miracle tous les jours c’est fou !

De l’extrait de grain de café vert à la cétone de framboise en passant par le très à la mode garcinia cambogia, la saveur du mois change en fonction des gourous qui essaient de les vendre. Un seul dénominateur commun : le manque d’évidences scientifiques !

Que se passe t’il en général ?

Les résultats d’une étude sont publiés avancant que les sujets ont perdu 500g en un mois. Un docteur Guru prend le relai en faisant alors l’apologie de la pillule miracle. S’en suit une vente incroyable et un phénomène de bouche à oreille. L’étude originale est retirée car l’allégation de perte de poids n’était pas fondée !

Prenons le cas de la cétone de framboise (raspberry ketone), l’un des composés que l’on retrouve le plus souvent. Lorsqu’elle est présente à fortes doses, la cétone de framboise peut avoir des effets brûle graisses sur diverses zones de la cellule adipeuse.

Formidable !

Sauf que voilà, petit détail, il convient de noter que toutes les preuves de ses effets n’ont été observées qu’in vitro….oupsie ! Bien que les chercheurs soient capables d’augmenter les concentrations de cétones dans une seule cellule au cours des études, ces mêmes concentrations ne peuvent pas être reproduites dans le corps humain, en particulier par voie orale !

Passons en revue les suppléments les plus populaires que vous devriez utiliser, disons…jamais.

Les compléments qui prônent la perte de poids ou l’amélioration les performance sont à bannir. On s’en fout de combien de poids votre pote a réussi à perdre avec du KETONE, du PHENQ ou de L’ANACA 3, soit disant « idéal pour aider à perdre du poids ». Ces brûleurs de graisse ne présentent pas de résultats permanents et peuvent parfois être dangereux.

Les compléments bruleurs de graisse sont à la mode, mais il ne faut pas oublier que leur efficacité n’a pas été prouvée, qu’ils sont onéreux, et qu’ils peuvent avoir des effets néfastes sur notre organisme… Il semblerait préférable de s’orienter vers les aliments naturels « brûle graisse » même si cette dénomination est un peu forte… Alors on privilégie une alimentation pauvre en sucre et en graisse, riche en protéines et en fibres, et bien entendu on fait du sport !

Au mieux, ces suppléments peuvent fournir une perte de poids à court terme. Cependant, il est plus probable qu’elles soient inefficaces ou qu’elles causent encore plus de problèmes. Il n’ y a pas de raccourcis dans la santé et la forme physique si vous voulez que les résultats durent.

Les brûleurs de graisse

Ce qu’il faut retenir

Quels suppléments sont nécessaires à une vie saine ? Quels suppléments m’aideront à me muscler ? Quels suppléments vont m’aider à perdre du poids plus vite ? Voilà souvent les questions que l’on peut se poser.

Vous voulez savoir LA chose la plus importante au sujet des compléments alimentaires ? À moins que vous n’ayez une maladie particulière, un problème nutritionnel ou héréditaire ou que vous ne soyez contraint par un médecin de prendre un supplément, AUCUN d’entre eux n’est requis pour quoi que ce soit.

Vous n’avez pas besoin de compléments, rien ne vaut un régime alimentaire solide sur le long terme et une activité physique régulière.

D’ailleurs, il n’y a qu’à s’intéresser à la définition de : « compléments ». Ces produits sont destinés à « compléter » un régime alimentaire sain, et non à le « substituer ». Concentrez donc d’abord votre énergie et votre budget sur les fondements qu’est une alimentation saine et équilibrée. Il n’existe aucune pilule, poudre ou compléments qui vous donneront les résultats escomptés !

Imagineriez-vous de remplir votre réservoir de lait au chocolat et de vous dire que sous prétexte que vous avez aussi mis une goutte d’essence, tout ira bien…

Il n’ y a pas de remède miracle pour guérir tous vos problèmes.

Toute publicité qui vous dit qu’un tel supplément vous aidera à perdre du poids ou prendre du muscle rapidement sans faire d’autres changements est tout simplement Bullshit !

Malheureusement, beaucoup de personnes au bord du gouffre tombent dans le panneau (publicitaire) et continuent de manger de la m****, de négliger le sommeil, de manquer l’exercice pour ensuite prendre un tas de pilules conçues pour effacer les problèmes associés à ce mode de vie… au lieu de prendre des mesures pour corriger le mode de vie !

Ils recherchent la solution rapide avec un minimum d’effort.

Ce qui est évidemment un désastre.

Mangez bien, dormez suffisamment et ensuite peut-être, vous pourrez vous préoccuper de l’augmentation de vos performances avec des suppléments, et encore.

Voilà ce que vous pouvez retenir au sujet des compléments alimentaires :

  • Ils ne devraient être utilisés qu’une fois avoir adopter une alimentation riche et variée
  • Ils ne présentent rien de miraculeux, ils ne vont pas vous muscler à votre place. Si vous tenez tout de même à en prendre, tenez-vous en aux basiques, fuyez les cocktails.
  • Vous devriez toujours en parler avec votre médecin avant d’en acheter et lire les études menées sur le sujet (une très bonne source sur le site examine), pas d’automédication !
  • Ils sont majoritairement chers, souvent sous dosés, parfois trompeurs (le marketeux sait très bien comment jouer sur les mots) et peuvent même s’avérer dangereux pour certains
  • Les compléments alimentaires sont avant tout un business très juteux, souvenez-vous qu’acheter en pharmacie n’est pas obligatoirement gage de qualité

Avis sur les produits bio Foodspring pour sportifs
5 (100%) 5 votes

Navigation "Complément alimentaire"

Charger les articles suivants

Thème(s) connexes :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer