Accueil/Nutrition sportive/Complément alimentaire/L’huile de krill : l’or rose menacé ?

L’huile de krill : l’or rose menacé ?

  • huile de krill

Depuis des siècles, l’homme puise dans les océanes protéines et acides gras nécessaires à la vie. Si bien que maintenant, on est un peu face à une pénurie de cette ressource ! Qu’à cela ne tienne, l’homme a ensuite jeté son dévolu sur les algues (et les microalgues type spiruline), comme un nouveau pari sur l’avenir.

Puis, en allant toujours plus loin, toujours plus profond, l’homme a découvert un nouveau « superaliment » aux confins de l’antarctique, un superaliment qui pourrait résoudre bien des problèmes pour notre futur d’humain ! Ce superaliment, c’est le Krill, une crevette de quelques centimètres de long et qui vaut de l’or ! Cette fascinante petite crevette rose est très riche en protéines, certains prédisent donc qu’elle permettra de nourrir l’humanité de demain : rien que ça !

Ce crustacé a tendance à se déplacer pénard dans des essaims de plusieurs centaines de km de long (cela peut aller jusque 450km2 pour un poids de près de 2 tonnes !) pour tenter d’échapper aux oiseaux de mer, aux phoques et aux baleines qui s’en régalent. Présent dans tous les océans et capable de vivre à plus de 3000m de profondeur, le krill peut aussi s’abstenir de se nourrir pendant des mois (et vous ?) et de pondre jusque 10 000 œufs chaque année (et vous?) : le krill est en fait une super crevette taillée pour résister aux milieux les plus hostiles !

Le nom « krill » est d’origine norvégienne, il désigne de petites crevettes d’eaux froides appartenant à l’ordre des Euphausiacea, le plus connu d’entre eux étant sans doute le « krill antarctique », nommé « Euphosia superba« . C’est un véritable pilier de l’écosystème puisqu’en tant que bon crustacé de bout de chaîne alimentaire, il représente une ressource de nourriture vitale pour de nombreux animaux marins (baleines, rorquals, calmars, manchots, phoques, etc..)

Le krill constituerait la plus grande biomasse du monde, pesant à elle seule entre 500 et 750 millions de tonnes (environ équivalent à celle de la population humaine).

Donc, puisque ce petit crustacé se la coule tranquillou dans les eaux australes et qu’il est un élément essentiel de la survie de la faune locale, pourquoi ne pas aller le pêcher en masse se dit l’homme qui ne connait pas la mesure ? En effet, le krill est très à la mode depuis quelques années et il attise bien des convoitises, notamment sur le marché du complément alimentaire où la demande serait supérieure à l’offre.

Il faut d’abord comprendre pourquoi le krill est si intéressant.

Bien, pour commencer, il a une utilisation toute trouvée pour l’aquaculture, domaine dans lequel on utilise la farine de krill pour les élevages de poisson. En effet, le gain en protéine est important et on peut nourrir plus de poisson d’élevage avec moins d’aliments.

Un petit exemple pour se mettre en jambes : pour produire 1kg de saumon d’élevage, il faut pêcher 1.5kg d’anchois et de sardines, là où suffit 1 kg de krill… La purée protéinée de krill est donc perçue comme une solution d’avenir pour une aquaculture mondiale de plus en plus confrontée à la pénurie des océans…m’voyez un peu l’ironie ?

chaine alimentaire du krill

Donc, techniquement qu’est-ce qu’il se passe, on envoie de gros bateaux pêcheurs en Antarctique pour pêcher quelques 100 000 tonnes de Krill chaque année. Les crevettes pêchées par millier sont broyées finement à l’intérieur du bateau directement pour être transformées en farine de krill à la couleur rougeâtre qui servira à nourrir des saumons d’élevage qui serviront à nourrir des humains qui s’étonneront que demain les ressources de la planète seront pillées. Notez que la farine de krill est aussi très utilisée pour fabriquer des bouillettes pour les pécheurs.

Bon si à la rigueur on s’en était tenu là, mais pensez bien qu’y’a toujours un billet supplémentaire à se faire ! On s’est rendu compte que derrière la carapace de ces petits crustacés se cachait une huile aux propriétés miraculeuses, bien plus que celles de l’huile de poisson classique ! Les oméga 3 et antioxydants contenus dans l’huile de Krill seraient le nouveau remède miracle contre la pression artérielle, le cholestérol ou l’arthrose…

Voyons donc les bienfaits de l’huile de Krill. Pour tout renseignement d’achat, consultez le site http://www.huiledekrill.fr/.

Bienfaits de l’huile de Krill

huile de poisson

Vous avez peut être déjà aperçu « Bill le Krill » dans le dessin animé « Happy Feet 2 »

1) Une bonne source d’oméga 3

L’huile de krill et l’huile de poisson contiennent toutes deux des acides gras oméga-3 EPA et DHA. Cependant, certaines preuves scientifiques suggèrent que les graisses trouvées dans l’huile de krill peuvent être plus faciles à utiliser pour l’organisme que celles provenant de l’huile de poisson, puisque la plupart des graisses oméga-3 dans l’huile de poisson sont stockées sous forme de triglycérides.

D’autre part, une grande partie des acides gras oméga-3 de l’huile de krill se trouve sous forme de molécules appelées phospholipides, qui peuvent être plus faciles à absorber dans le sang. Quelques études ont également révélé que l’huile de krill était plus efficace que l’huile de poisson pour augmenter les niveaux d’oméga-3.

Une autre étude a quant à elle soigneusement comparé les quantités d’EPA et de DHA dans l’huile de krill et l’huile de poisson, et a constaté que les deux huiles étaient tout aussi efficaces pour augmenter les niveaux d’oméga-3 dans le sang.

Quoi qu’il en soit, davantage de recherches sont nécessaires pour déterminer si l’huile de krill est en fait une source de gras oméga-3 plus efficace et biodisponible que l’huile de poisson.

Les oméga 3 contenus dans l’huile de Krill sont actuellement considérés comme les plus pures de la planète, et il est indéniable que le krill présente une excellente source de graisses saines. Et s’il se peut effectivement que les oméga-3 contenus dans l’huile de krill soient plus facilement absorbables par le corps que ceux contenus dans l’huile de poisson, il faut néanmoins plus d’études pour en être certain.

2) Un allié pour lutter contre l’inflammation

On sait que les acides gras oméga-3 (présents dans l’huile de krill) possèdent d’importantes fonctions anti-inflammatoires dans l’organisme. Il se pourrait même que l’huile de krill puisse être encore plus efficace pour combattre l’inflammation que d’autres sources marines d’oméga-3, du fait que ces derniers soient plus facilement absorbables. De plus, l’huile de krill contient un pigment rose-orange appelé astaxanthine, qui a des effets anti-inflammatoires et antioxydants.

Quelques études ont commencé à explorer les effets spécifiques de l’huile de krill sur l’inflammation.

Une étude in vitro a révélé que notre huile réduisait la production de molécules responsables de l’inflammation lorsque des bactéries nocives étaient introduites dans les cellules intestinales humaines.

Une autre étude, cette fois menée auprès de 25 personnes dont le taux de lipides dans le sang était légèrement plus élevé que la « normale » a révélé que la prise quotidienne de 1 000 mg de suppléments d’huile de krill améliorait un marqueur d’inflammation (le marqueur en question était la protéine C ou CRP, une protéine dont le taux s’élève dans le sang en cas d’inflammation) encore plus efficacement qu’un supplément quotidien de 2 000 mg d’oméga-3 purifiés.

Enfin, une étude menée auprès de 90 personnes souffrant d’inflammation chronique a révélé que la prise quotidienne de 300 mg d’huile de krill était suffisante pour réduire un marqueur (CRP toujours) de l’inflammation jusqu’à 30 % après un mois.

Note : il n’existe encore qu’une poignée d’études sur l’huile de krill et ses effets sur l’inflammation, mais cela semble prometteur, car toutes ont montré des résultats potentiellement bénéfiques.

3) Pourrait s’avérer utile dans le cas de douleurs articulaires

Ce bienfait découle du précédent, mais puisque l’huile de krill semble promouvoir la réduction de phénomène inflammatoire, elle pourrait s’avérer efficace pour lutter contre les symptômes de l’arthrite et les douleurs articulaires.

En fait, l’étude menée sur 90 personnes qui a révélé que l’huile de krill réduisait significativement le marqueur CRP propre à l’état inflammatoire l’inflammation a également révélé que l’huile de krill réduisait la raideur, la déficience fonctionnelle et la douleur chez les patients atteints de symptômes arthritiques.

Une deuxième étude, petite, mais bien conçue, portant sur 50 adultes souffrant de douleurs légères au genou, a révélé que la prise d’huile de krill pendant 30 jours réduisait considérablement la douleur des participants pendant qu’ils dormaient et se tenaient debout. Ces personnes ont aussi pu noter une amélioration de leur amplitude de mouvement. Ceci étant dit, le groupe placebo a également déclaré avoir constaté des améliorations lors du questionnaire.

Les chercheurs ont aussi étudié les effets de l’huile de krill chez les souris atteintes d’arthrite. Lorsque les souris prenaient de l’huile de krill, elles avaient des scores d’arthrite améliorés, présentaient moins d’enflures et moins de cellules inflammatoires dans leurs articulations.

Encore une fois donc, l’huile de krill présente un bon potentiel comme traitement complémentaire pour les douleurs articulaires, mais davantage d’études restent nécessaires avant de clamer quoi que ce soit.

4. Peut aider à gérer les symptômes du SPM

En règle général, la consommation d’acides gras oméga-3 peut aider à diminuer la douleur et l’inflammation. Plusieurs études ont montré que la prise de compléments « fish oil » peut aider à diminuer les douleurs menstruelles et les symptômes du syndrome prémenstruel (SPM), dans certains cas suffisamment pour diminuer l’utilisation d’analgésiques.

Logiquement donc, l’huile de krill, qui contient les mêmes types d’acides gras oméga-3, pourrait être tout aussi efficace. Une étude a comparé les effets de l’huile de krill et de l’huile de poisson chez 70 femmes ayant reçu un diagnostic de syndrome prémenstruel. L’étude a révélé que, même si les deux suppléments ont entraîné une amélioration statistiquement significative des symptômes, les femmes prenant de l’huile de krill eurent besoin de prendre beaucoup moins d’analgésiques que les femmes prenant de l’huile de poisson.

Cette étude suggère que l’huile de krill pourrait être au moins aussi efficace que d’autres sources d’acides gras oméga-3 pour améliorer les symptômes du syndrome prémenstruel.

5. Peut soutenir la santé cardiaque

Les oméga 3, et plus particulièrement le DHA et l’EPA, sont considérés comme étant sains pour le cœur, souvent associés à une réduction de l’inflammation, une diminution du risque de maladies cardiaques et une amélioration de la fonction cardiovasculaire. La recherche a montré que l’huile de poisson peut améliorer les taux de lipides dans le sang, et l’huile de krill semble également être efficace.

Un examen récent de sept études a conclu que l’huile de krill est efficace pour abaisser le « mauvais » cholestérol LDL et les triglycérides, tout en étant capable d’augmenter le « bon » cholestérol HDL.

Une autre étude a comparé l’huile de krill à l’huile d’olive et a constaté que l’huile de krill améliorait significativement les scores de résistance à l’insuline, ainsi que la fonction de la paroi des vaisseaux sanguins.

Une étude réalisée en 2015 à l’Hôpital Danbury s’est concentrée sur la mesure des bienfaits de l’huile de krill sur la santé cardiaque chez les personnes atteintes de diabète. Les chercheurs ont constaté que la prise de 1 000 milligrammes d’huile de krill réduisait plusieurs facteurs de risque de maladies cardiaques et même augmentait le taux de cholestérol HDL bénéfique.

Il est clair que la teneur en oméga-3 joue un rôle énorme dans les bienfaits de l’huile de krill pour le cœur, mais d’autres études à long terme sont nécessaires pour déterminer comment l’huile de krill affecte le risque de maladie cardiaque. Mais, d’après les données disponibles jusqu’à présent, il semble efficace pour améliorer certains facteurs de risque connus.

6) Askip’ c’est compagnon de régime efficace !

Bon, ça n’a rien de nouveau, la recherche a déjà montré par le passé que les acides gras oméga 3 pourraient aider à réduire l’appétit, à stimuler le métabolisme et à stimuler la combustion des graisses, pas étonnant donc que l’argument copain de régime ressorte pour l’huile de krill.

Une étude publiée dans Appetite avait révélé que la consommation quotidienne d’au moins 1,3 gramme d’acides gras oméga-3 augmentait les sensations de satiété jusqu’à deux heures après un repas. D’autres études ont montré que les acides gras oméga-3 peuvent augmenter le métabolisme de 4 à 14 % et augmenter de 27 % la quantité de graisses brûlées pendant l’exercice.

Note : vous ne devriez vraiment pas prendre d’huile de poisson ou d’huile de krill dans le seul objectif de perdre de la graisse, certes il existe quelques études qui vont en ce sens, mais il est certain que la supplémentation ne vous apportera pas de perte de graisse drastique. Gardez votre argent. N’en prenez pas non plus si vous êtes à la recherche d’un gain musculaire, vous seriez très déçu…

Huile de krill VS huile de poisson

L’huile de krill et l’huile de poisson sont toutes deux riches en acides gras oméga-3, y compris en EPA et en DHA. Nous avons vu que par conséquent, les bienfaits de l’huile de krill concernant le cholestérol, les douleurs articulaires et autres sont assez comparables à ceux de l’huile de poisson traditionnelle.

Le principal avantage de l’huile de krill par rapport à l’huile de poisson est sa capacité d’absorption. En fait, une multitude d’études ont comparé la biodisponibilité de l’huile de poisson par rapport à celle de l’huile de krill au fil des ans. Un grand examen effectué en Norvège, par exemple, a compilé les résultats de 14 études et a montré que le DHA et l’EPA trouvés dans l’huile de krill étaient plus biodisponibles que dans l’huile de poisson.

La raison pour laquelle l’huile de krill est mieux absorbée que l’huile de poisson est due aux phospholipides qu’elle contient. En effet, dans l’huile de krill, les oméga 3 sont liés à l’intérieur des phospholipides. Cette structure signifie que les acides gras essentiels sont livrés directement aux mitochondries et sont incorporés dans les membranes cellulaires sans causer de dommages potentiels. Les graisses dans nos propres cellules sont sous forme de phospholipides, pas sous forme de triglycérides.

La preuve de cette meilleure absorption est que vous entendez rarement parler des fameux « rots de poisson » ou des maux d’estomac liés à la consommation d’huile de krill, même à fortes doses (alors que c’est monnaie courante avec l’huile de poisson).

L’huile de krill contient par ailleurs de l’astaxanthine, un caroténoïde que l’on trouve dans une variété d’aliments aux puissantes propriétés antioxydantes. Aussi connu sous le nom de « roi des caroténoïdes », la capacité de l’astaxanthine à combattre les radicaux libres est estimée à 6 000 fois supérieures à celle de la vitamine C, 550 fois supérieures à celle de la vitamine E et 40 fois supérieures à celle du bêta-carotène.

On pense aussi que l’huile de krill est plus pure, avec des niveaux plus bas de mercures et de métaux lourds que l’huile de poisson, ce qui est logique quand on garde à l’esprit que ce petit crustacé est tout en bout de chaîne alimentaire. Le krill consomme du phytoplancton (qui ne contient à priori pas de mercure), il est de fait beaucoup moins susceptible d’accumuler des quantités élevées de ces contaminants comparé à d’autres types de poissons.

On résume :

  • l’huile de krill est plus coûteux que l’huile de poisson
  • vous aurez besoin d’ingérer moins d’huile de krill que d’huile de poisson pour avoir des effets au moins tout aussi efficaces (vous aurez aussi besoin d’avaler moins de capsules)
  • l’huile de krill a moins de chance d’être contaminée par des métaux lourds
  • l’huile de krill contient de puissants anti oxydants
  • l’huile de krill contient des omégas 3 qui sont plus facilement absorbables par le corps
  • avec l’huile de krill, vous êtes à priori à l’abri du phénomène de « rot de poisson » qui pue

Bon ben alors c’est parfait tout ça non, « en avant Guingamp » je sors la Gold et je contribue moi aussi à buter quelques crevettes pour le bien de ma santé ?

Un avenir menacé ?

krill bill

Voilà tout le fond du problème, comme à chaque fois que l’homme fait une découverte, l’homme n’a pas de demi-mesure ! Depuis plusieurs années, les scientifiques pointent du doigt les effets du réchauffement climatique sur les zones polaires et leur écosystème, a commencer par le début de la chaîne alimentaire : le krill. Certains parlent même d’une diminution de 50 à 90% de leur population depuis les années 70 !

L’inquiétude persiste donc sur une ressource de plus en plus convoitée.

Comprenez, comme l’homme est responsable du réchauffement climatique qui crée la diminution de la population du krill, l’homme n’a rien trouvé de mieux à faire que d’envoyer de gros chalutier en Antarctique pour aller accentuer le phénomène et prélever gentiment quelques centaines de milliers de tonnes de krill par an. Tout cela sous prétexte que d’une part, les krills sont une des biomasses les plus importantes de la planète donc on peut se servir allègrement, que d’autre part tout cela est bien réglementé (la pêche au krill en antarctique est soumise à des quotas très stricte, revus chaque année par un comité scientifique, la pêche est autorisée exclusivement sur 4 zones au nord de la péninsule et pour s’assurer des quotas, des observateurs indépendants sont présents sur les navires de pêche), et qu’enfin, c’est bon pour notre santé et économiquement rentable pour l’aquaculture.

Et alors, qu’est-ce que ça peut bien faire que de minuscules crevettes disparaissent à jamais ?

L’enjeu est de taille, car il faut bien comprendre que le krill fait partit de tout un écosystème, il est par exemple la source de nourriture principale des baleines et des phoques, que fera la faune locale sans cette ressource…Ensuite, le krill se nourrit de micro algues et contribue ainsi à piéger une part importante de CO2, le principal responsable du réchauffement climatique, principale responsable de la disparition du krill…voyez le genre de cercle vicieux !

Le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ? Aussi prometteuses que semblent être les propriétés de la coûteuse huile de Krill, si la demande augmente au fil des années (ce qui est bien partit pour), on assistera indéniablement à la fin d’une nouvelle espèce et des conséquences potentiellement plus dramatiques. Peut-être vaut-il mieux garder votre argent et investir vos efforts ailleurs. Commencez par adopter une alimentation saine et équilibrée, et comme pour l’huile de poisson, tâchez de voir autrement les choses.

Peut-être que ce n’est pas tant la hausse de l’apport en Oméga 3 qui compte…beaucoup prônent depuis longtemps que seul compte le ratio oméga 3 VS oméga 6. Idéalement, on sait que ce ratio doit être de 1:1. Sauf que par chez nous, avec nos régimes alimentaires occidentaux (viande rouge, œufs, etc.), notre ratio ressemble plus souvent à du 15:1 en faveur des oméga 6 ! Vous pouvez donc commencer par augmenter votre apport en oméga 3 tout en baissant votre apport en oméga 6, en levant le pied sur votre consommation carnée par exemple.

Enfin, si vraiment vous souhaitez faire une cure d’huile de krill, parlez-en au préalable à votre médecin, car l’huile de krill n’est pas pour tout le monde, il peut ralentir la coagulation du sang et interférer avec certains médicaments. Vous ne devriez jamais en prendre si vous êtes allergique aux fruits de mer ou aux crustacés !

N’hésitez pas à nous dire en commentaires ce que vous pensez de l’huile de krill, et si vous en prenez.

L’huile de krill : l’or rose menacé ?
5 (100%) 1 vote

jeudi 29 mars 2018|

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer