Accueil/Entrainement sportif/Sport Original/Le guide du parfait débutant en slackline

Le guide du parfait débutant en slackline

  • slackline

Vous avez sans doute déjà croisé le sport original dont nous allons parler aujourd’hui au détour d’une promenade dans un parc.

Entre deux arbres, vos yeux observateurs n’ont pu s’empêcher de voir des « baba cool » s’agiter : « mince, ces mecs marchent vraiment dans le vide ? » vous êtes-vous demandé, trompé par votre mauvaise vision de taupe.

Non, ces jeunes hippies pratiquent « simplement » (c’est vite dit) leurs prouesses sur une slackline, une sorte de corde tendue entre deux arbres.

C’est quoi une slackline ?

La slackline signifie littéralement « ligne lâche » (paradoxalement, car il faut du courage pour monter dessus).

C’est un hobbie, mais je pense même que l’on peut aller plus loin et parler de sport, surtout quand on voit les prouesses de certains !

Si vous aimez les arts du cirque, l’escalade, les sensations et les acrobaties, il y a fort à parier que ce dont nous allons parler aujourd’hui va vous brancher !

Matériellement, la slackline est une sangle élastique en polyester parfaitement plate que l’on suspend entre deux points d’ancrage, habituellement des troncs d’arbre.

Quel est le projet ?

Marcher dessus, et prendre un maximum de kiff, comme dirait l’autre « ça fait zizir« .

« OK, c’est typiquement du funambulisme quoi ! »

Alors déjà tu arrêtes avec tes mots à la mord moi le nœud et ensuite, non, ce sont deux choses différentes !

Le funambule nécessite un câble métallique ou d’acier qui se plie un peu en raison de votre poids pendant que vous marchez. Une slackline est dynamique et s’étirera pendant que vous marchez, de plus, vous n’aurez recours à aucun accessoire de type balancier (si ce n’est vos bras).

Quand on décide d’apprendre le slacklining, on devient de facto un « slackliner ».

Histoire du « Slacklining »

highline

Le « highline » est une discipline de slacklining qui consiste à traverser le vide à des hauteurs considérables…mieux vaut ne pas avoir le vertige

 

Les débuts de ce sport/loisir furent finalement assez discrets.

L’histoire raconte que le slacklining a été imaginé par un groupe de campeurs ayant eu l’idée de se promener sur des cordes tendues entre des arbres du parc National de Yosemite, aux US (bien que certains attribuent son origine à un jeune grimpeur du sud de l’Illinois, Adam Grosowsky, en 1979, tel que mentionné dans le nytimes).

C’est ensuite devenu un passe-temps relativement populaire, loin d’être le sport tendance qu’il est aujourd’hui quand vient l’été.

On peut expliquer l’engouement progressif envers le slacklining à la manière dont il a su évoluer avec le temps.

Au début, voyez-vous, il était « simplement » question de maintenir son équilibre en marchant sur la sangle.

Mais au fil des années, les différentes casse-cous qui s’y sont frottées ont redoublé d’ingéniosité pour apporter une dimension supplémentaire en ajoutant des « tricks » à la pratique (sauter, faire des demi-tours, s’asseoir sur la slackline, rebondir dessus avec son derrière, faire des saltos et j’en passe).

Différentes disciplines ont donc pris forme au sein du slacklining, notamment le trickline, le jumpline (variante de la trickline axée sur des sauts acrobatiques), la palangrière, le rodeo line (on marche sur une slackline très détendue rendant l’exercice encore plus difficile), la longline (traversée de longues distances) ou encore le highline (pareil mais très haut). Certains font aussi du yoga sur la slack… »ouaille notte » !

Le record du monde de longline est détenu par les Français Nathan Paulin et Théo Sanson, qui, le 14 novembre 2014, ont traversé 601 mètres à Toussieux dans l’Ain…

Quels sont les bienfaits de la Slackline ?

figures de slacklineLe Slacklining n’est pas seulement une activité de plein air pour hippies aux cheveux longs !

Non, c’est aussi un sport très amusant, un exercice physique et une forme de méditation qui a de nombreux bienfaits :

  • améliore l’équilibre : vous vous en doutiez un peu, tenir debout sur une sangle de 5cm de large implique un certain équilibre. Ce dernier est l’une des composantes les plus importantes de la condition physique (d’autant plus quand on prend de l’âge). La capacité de se redresser après un déséquilibre peut réduire le risque de chutes (et donc de blessures). La slackline est également excellente pour améliorer sa proprioception, c’est-à-dire sa compréhension inhérente de l’endroit où se trouve son corps dans l’espace.
  • active les quadriceps : une étude publiée en 2015 dans le Journal of Science and Medicine in Sport a révélé que l’utilisation du slacklining en rééducation permettait une augmentation significative de l’activation et du recrutement des quadriceps, avec un faible niveau d’effort perçu de surcroit. Un gros plus pour les personnes en rééducation qui luttent avec des programmes classiques qui leur sont douloureux.
  • excellent cross training : comprenez que la slackline est un bon outil pour les autres sports que vous faites ! Une étude publiée en 2015 dans le Journal of Strength and Conditioning Research a révélé que les joueuses de basket-ball qui se sont entraînées sur une slackline ont pu noter une amélioration dans leur test contre-mouvement (un test de saut vertical pour mesurer la puissance et le temps passé dans l’air). Cette étude porte à croire que le slacklining est bon pour les sports où la puissance et l’agilité sont requises.
  • améliore la coordination œil-pied et la concentration : le slacklining exige une attention particulière aux détails, ce qui ne manquera pas d’améliorer votre capacité de concentration. Une fois que vous avez acquis la coordination, vous êtes sûr d’exceller dans d’autres activités, en particulier celles qui exigent une pleine concentration mentale. Une étude publiée en 2011 dans le Scandinavian Journal of Medicine and Science in Sport a révélé que lorsque les participants effectuaient des séances d’entraînement sur une slackline, ils étaient en mesure de réduire considérablement le balancement latéral incontrôlable de la sangle souvent observé chez les débutants. L’étude a révélé que le slacklining réduit considérablement les réflexes H des circuits réflexes spinaux. En d’autres termes, le cerveau apprend à prévenir les réflexes dans les chevilles, les genoux et les hanches qui contribuent à l’agitation incontrôlable de la sangle.
  • forte interaction sociale : avez-vous déjà vu comme la slack line attire les gens curieux dans les parcs ? Le slacklining crée le rassemblement, ce qui est en partie dû à son caractère novateur, mais aussi à l’accessibilité de l’activité pour les personnes de tous âges et de tous niveaux. Tout le monde veut essayer et les premiers pas sont souvent catastrophiques, créant souvent des situations de rires et d’amusement. Par ailleurs, le slacklining, c’est avant tout une énorme communauté de passionnés.

En bref, le slacklining est une activité très fun, dont les bienfaits vous seront utiles dans votre vie de tous les jours (réduction des risques de chutes et des niveaux de stress en améliorant l’humeur à l’instar de toute bonne activité physique effectuée en plein air) et dans vos autres sports (amélioration de la posture, de la proprioception, de la coordination, de la sangle abdominale, activation des quads, etc..).

Comment installer sa Slackline ?

Tout d’abord, repérez deux points d’ancrage, typiquement, 2 arbres espacés de bons mètres, idéalement au-dessus d’un bout de pelouse soft (en cas de chute).

Important : respectez nos amis les arbres, et assurez-vous toujours d’utiliser un rembourrage (comme un vieux tapis de sol ou une serviette) pour protéger les troncs.

Une image vaut mille mots, je vous laisse avec Julien ci-dessus qui vous explique ici comment installer votre slackline avec 6 mousquetons.

Note : si vous êtes une feignasse comme moi, je vous conseille d’opter pour un kit slackline qui inclut des cliquets, l’installation n’en sera que plus simple comme vous pouvez le voir si ces vidéos tutos.

Et quand il n’y a pas d’arbres autour de vous ?

Faire de la slackline sans arbre est bien plus compliqué, mais présente tout de même quelques avantages :

  • on n’endommage pas les arbres
  • on peut laisser la slackline installée dans son jardin tout le temps
  • on peut choisir la distance soi-même (plutôt que de laisser dame Nature choisir pour nous)

Certaines circonstances vous obligent à improviser au niveau des points d’ancrage.

S’il n’y a pas d’arbre, cherchez des poteaux de buts de foot, de solides panneaux bien ancrés au sol, bref, tout ce qui vous semble suffisamment solide pour supporter la tension d’une slackline.

Sinon, il vous faudra creuser le sol pour sceller un tube de métal, quitte à couler du béton pour rendre l’ensemble bien robuste.

Sachez qu’il existe aussi des kits d’ancrage muraux.

Ressource vidéo : comment installer une slackline sans arbre avec pieux et chevalets ?

Faire ses premiers pas sur la slackline

débuter en slackline

Si elle parait on ne peut plus simple quand on regarde les chevronnés en faire, l’apprentissage de la slackline est en réalité très demandeur en pratique et en patience.

Voici les étapes pour dompter la slackline la première fois :

  1. se placer de part et d’autre de la sangle puis mettre le pied droit bien aligné sur la sangle
  2. les bras sont en l’air (biceps parallèles au sol, coudes pliés à 90°) et les yeux fixés sur un point droit devant, au bout de la ligne ou au sol
  3. prendre une bonne inspiration, puis poussez sur l’expiration pour venir placer le pied gauche en arrière du droit à 45° sur la ligne
  4. tâchez maintenant de garder les genoux légèrement pliés et les bras en l’air, écartés au maximum tout en gardant toujours votre regard sur votre point
  5. une fois cette position tenue, vous pouvez essayer de mettre tout votre poids dur un seul pied (le droit ici) en allongeant la jambe gauche sur le côté, orteils en pointe (la jambe dans le vide ne doit être ni trop haute, ni trop devant, ni trop derrière)
  6. entraînez-vous alors à mettre les orteils de votre pied gauche soit en arrière, soit en avant, mais en maintenant tout votre poids sur votre jambe droite
  7. finalement pour marcher, venez trouver la slackline avec vos orteils (pas vos yeux), puis envoyez votre talon, et finalement tout votre poids

Quelques conseils supplémentaires pour bien débuter en slackline

  • commencez par installer la slackline au niveau de vos genoux (partir d’un niveau bas permet d’entrer sur la sangle plus facilement tout en en prenant confiance en soi. En cas de chute, pas de douleur.)
  • aussi tentant que ce soit, avant d’apprendre à marcher, vous devez apprendre à rester en équilibre
  • il peut être utile d’avoir quelqu’un derrière soit pour ses premiers pas. Un ami (si vous en avez) peut ainsi venir vous tenir sous les coudes (une main sous chaque coude), afin que ces derniers restent toujours alignés au niveau des épaules. Cet ami peut ensuite garder une main sur un des coudes, et l’autre au milieu des omoplates. Puis quand l’équilibre est trouvé, il peut s’effacer (et s’apprêter à intervenir rapidement en cas de perte d’équilibre)
  • pieds nus ou avec des chaussures minimalistes, il n’y a pas de règles. Si vous décidez d’y aller pieds nus, vous peut être quelques légères coupures ou blessures légères (rien de méchant), mais au moins, vous ressentez mieux chaque mouvement sous vos pieds. Si vous optez pour des chaussures, tâchez de ne pas en prendre à la semelle lisse, au risque de glisser.
  • maintenez toujours le regard droit devant vous, aussi tentant soit-il de regarder la slack.
  • veillez toujours à ce que vos orteils pointent vers l’avant
  • ce sont vraiment vos bras qui vont dicter votre équilibre, ils sont toujours en l’air, coudes fléchit à 90°
  • au début, il est plus facile de tenir en équilibre sur une jambe que sur deux, attendez donc un peu avant d’essayer de placer votre second pied sur la sangle
  • n’oubliez pas de respirer ! Respirer profondément pendant le slacklining aide beaucoup, tout comme au yoga. Faites-en une pratique méditative et respirez profondément, faites quelques pas, puis expirez complètement. Ne faites pas de slackline en apnée, vous devez être détendu.
  • prenez des pauses de temps en temps pour relâcher les muscles et l’esprit (vous pouvez ressentir une sorte de fatigue mentale après avoir essayé le slacklining pendant quelques heures, c’est dû à l’effort de concentration).
  • n’abandonnez pas et remontez sur la sangle ! Soyez patient, la slackline peut être frustrante au début, mais la courbe d’apprentissage est finalement assez rapide.

Ressources :

 

vendredi 14 décembre 2018|

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer