Accueil/Entrainement sportif/Cyclisme/[Guide d’achat] : comment choisir son VTT ?

[Guide d’achat] : comment choisir son VTT ?

  • comment choisir son vtt

Sur le marché du vélo, le VTT reste incontestablement la monture polyvalente par excellence, la seule réellement viable pour arpenter les terrains les plus accidentés.

D’origine californienne, ce vélo passionne les sportifs depuis 1970 et n’a cessé d’évoluer au cours du temps. Si bien que maintenant, le terme VTT est très, très vague !

La pratique qui s’est elle aussi diversifiée a donné naissance à bon nombre de variantes, si bien que le choix d’un VTT doit se faire en fonction du type de « rider » que l’on est et du type de terrain sur lequel on compte faire joujou.

Quand on achète un nouveau VTT de nos jours, il y a beaucoup de critères à considérer. Au-delà des suspensions et de la taille des roues, il y a les +bikes, les fat bikes, des univers de vélos qui n’existaient pas encore quelques années plus tôt.

Tout ça peut être assez déconcertant quand on cherche à acheter son premier vélo ou que vous cherchez une upgrade après quelques années.

Commençons par éclairer ces différentes pratiques du VTT.

Zoom sur les différentes pratiques du VTT

types de VTT

Le Cross-country (XC)

Présente aux JO, cette pratique mixe sensations et nature.

Elle met en avant le physique, la technique et l’endurance du vététiste, en le poussant parfois sur de longues ascensions ou des terrains vallonnés rapides.

Le rythme est changeant, alliant endurance et vitesse.

VTT de crosscountryQue demander d’un vélo de XC ?

Il faut un certain type de vélos qui réagissent bien, légers, solides et souvent dotés de suspensions à l’avant (semi-rigides, nous y reviendrons dans les critères de sélection plus bas) ou de suspension intégrale.

Le débattement avant peut quant à lui varier de 100 à 140 mm et le débattement arrière de 115 à 130 mm.

Pour ce qui est de la dimension des roues, on partira plutôt sur du 29 pouces, bien que l’on voit de plus en plus de modèles XC dotés de 27,5 pouces.

Enduro

C’est la discipline qui monte en puissance dans la pratique du vélo de montagne chez ceux qui veulent des sensations fortes. Parfait mix entre cross country et descente, l’enduro est une discipline qui implique des montées et surtout de nombreuses descentes chronométrées.

Mieux vaut être rapide et technique pour claquer le meilleur chrono !

VTT enduroQue demander d’un vélo d’enduro ?

Les vélos d’enduro sont construits en privilégiant la descente : il faut donc s’attendre à des montures dynamiques qui visent à maintenir la stabilité et une certaine conduite agressive.

Les cadres tout-suspendus règnent en maître sur la discipline. Le débattement avant peut varier de 130 à 160 mm tandis que le débattement arrière varie de 130 à 165 mm.

Pour la taille des roues : le 27.5 est ce qui se fait le plus, mais vous verrez aussi des 29 pouces.

La randonnée

Ici, pas de chrono, on est vraiment sur le plaisir, l’aventure et la nature, on monte au sommet à son propre rythme (avant de faire éventuellement la course avec les autres sur la descente !).

Les vélos de randos sont capables de rouler sur un terrain accidenté, de foncer à travers des sections lisses, autant sur de courtes escapades après le boulot que pour de longues randonnées le week-end venu (genre les treks en vélos après lesquels vous finissez boueux comme c’est pas permis !).

VTT de randonnéeQue demander d’un vélo de randonnée ?

Un bon vélo de randonnée aura suffisamment de suspensions pour affronter les descentes techniques rapides, sans compromettre la capacité de grimper.

On partira généralement sur des cadres tout-suspendu, avec un débattement avant pouvant varier de 130 à 140 mm (parfois un peu plus) tandis que le débattement arrière variera entre 115 et 130 mm.

En ce qui concerne la taille des roues : 27,5 pouces est ce qui se fait le plus, mais vous verrez aussi des roues de 27,5+, de 29 pouces et parfois encore même des 26 pouces !

Les VTT dits « all moutain » sont ici un bon parti pris, car ils permettent de se mesurer aux dénivelés positifs et négatifs. Ils sont efficaces en montée et permettent de se faire plez’ dans les descentes !

La descente

Le principe de la descente ? Allez tout en bas, le plus rapidement. On est sur une pratique très exigeante qui met clairement l’accent sur la technique.

Et la remontée ?

Ce n’est pas vraiment au programme, les remontées mécaniques sont optimisées les journées de descente !

Que demander d’un vélo de descente/freeride ?

VTT de descenteOn veut quelque chose de fiable et confortable pour attaquer et prendre des lignes agressives.

Solidité et légèreté seront les principaux critères de sélection, en plus de la question des suspensions. Le cadre doit permettre une bonne maniabilité et une bonne durabilité. Enfin, il faudra veiller à avoir de bons freins !

On opte donc pour des cadres tout-suspendus avec un débattement avant important d’au moins 200 mm pour un débattement arrière situé entre 215 et 240 mm pour bien encaisser les chocs.

Choisir son VTT : quels critères prendre en compte ?

comment choisir son VTT

Votre type de pratique est le critère « numero uno » que vous devez prendre en compte quand vous choisissez votre VTT..

Votre type de pratique est le critère « numero uno » que vous devez prendre en compte quand vous choisissez votre VTT.

Vous trouverez des boutiques spécialisées qui proposent tous types de vélos pour toutes les préférences.

J’aime assez le site ultimebike.com qui recueille d’excellents avis sur internet. Ce spécialiste en ligne des pièces et accessoires vélo, VTT, VAE, Urbains et équipements du cycliste (casques, maillots, cuissards, etc.) possède un catalogue très fourni et très technique. On peut y trouver des marques rares sur le net, c’est le cas du vélo Cannondale ! Parmi les nouveautés 2019, on retrouve la gamme des électriques Neo (Moterra Neo, Cujo Neo..), le Trail (best-seller) et Jekyll.

Les vélos livrés sont montés et prêts à rouler. Ultime Bike possède également 2 magasins physiques à Nantes et Avignon, ce qui pour moi est une garantie supplémentaire.

1) Qui êtes-vous, quelle est votre pratique ?

La première question à se poser est de savoir qui vous êtes en tant que « rider » et comment vous ridez.

« Connais-toi toi-même ! » comme disait ce bon vieux Socrate, amateur de BMX devant l’éternel.

Si vous êtes le genre de personne qui pense qu’en achetant simplement le dernier vélo le plus cher vous ne pouvez vous tromper, vous vous fourrez un immense doigt dans l’œil !

On vient de voir les différentes pratiques, admettons que vous soyez du genre à partir en balade le week-end sur des terrains fluides et relativement lisses, dans ce cas vous n’allez pas aller chercher un vélo de descente !

Si au contraire vous êtes du genre à vous confronter à des terrains techniques et escarpés, vous n’allez sans doute pas vouloir acheter un vélo de cross country !

Vous voyez le genre ?

Considérez en premier lieu VOTRE pratique, le type de terrains autour de vous et ce que vous aimez/n’aimez pas faire. C’est bête, mais c’est toujours un bon rappel et un excellent point de départ pour l’achat de son VTT.

2) Avez-vous de bonnes sensations sur ce VTT ?

C’est sans doute le premier critère de sélection.

Un vélo qui convient à :

  • votre taille
  • votre niveau de flexibilité
  • votre style de conduite

C’est un vélo avec lequel vous allez prendre du plaisir !

Choisir un vélo qui n’est pas ajusté, c’est risquer de manquer de maniabilité et de ne pas se sentir en confiance sur les chemins un peu techniques.

OK, les fabricants ont souvent un guide des tailles censé vous aiguiller. Mais au-delà de ça, allez essayer votre VTT avant tout achat et demandez au vendeur qu’il vous prête le VTT pour faire un essai et être à même de recueillir les sensations. Êtes-vous à l’aise guidon en main ?

Certains revendeurs proposent maintenant de faire une étude posturale pour vous fournir le vélo le plus adapté, mais honnêtement, vous n’en avez même pas besoin.

Allez simplement faire un tour d’essai et roulez avec plusieurs vélos. Variez les surfaces d’essai.

Pour ce qui est de la taille du vélo, tenez-vous debout au-dessus de celui-ci, les deux pieds à plat sur le sol, les jambes serrées l’une contre l’autre. Soulevez le vélo ou analysez l’espace libre : vous devriez être capable de soulever les roues avant et arrière d’environ 7-8 cm.

3) Quel est votre budget ?

C’est bien souvent ce critère-ci qui met tout le monde d’accord ! Autant le considérer en premier pour ne pas perdre de temps.

Grosso modo, l’achat d’un VTT va de 500 à 3500 €+. Quand vous estimez votre budget, gardez à l’esprit que vous en aurez aussi pour 100 € d’accessoires comme un casque et d’autres protections en tout genre.

La bonne nouvelle pour les fauchés, c’est que même avec un budget de 500 €, vous pouvez avoir quelque chose de très correct pour débuter, une monture solide qui vous procurera de bonnes sensations et une conduite confortable sur tout type de terrain.

Pour un VTT de débutant adapté aux randos en pleine nature et aux trajets quotidiens en ville, vous pouvez aller du côté d’un cadre semi-rigide entrée de gamme avec un bon garde-boue, des freins fiables et une bonne transmission (Shimano est un must dans ce domaine).

Quel que soit votre budget, restez toujours réaliste sur vos besoins, si vous passez le plus clair de votre temps sur les sentiers locaux et que vous faites 3-4 descentes dans l’année, alors l’achat d’un VTT de descente n’est peut-être pas la meilleure idée.

Une meilleure approche ici serait d’acheter un bon VTT de rando et de louer occasionnellement un vélo de descente.

Enfin, n’oubliez jamais que de nombreux vététistes ont parcouru les sentiers de forêts avant même que le cadre tout-suspendu n’apparaisse, donc à priori, même un cadre bas de gamme fera l’affaire.

Pour ce qui est de la marque de votre vélo, ce n’est pas le critère le plus important, mais cela reste un bon réflexe de se renseigner sur la réputation d » une enseigne.

Toutes les marques et tous les revendeurs ne se valent pas. Faites vos devoirs comme on dit, regardez les avis en ligne, demandez aux membres des groupes Facebook, des forums spécialisés, mais aussi de votre groupe de vélo (dans la vraie vie, IRL comme disent les jeunes). Lisez les commentaires YouTube, les rubriques spécialisées, les avis Trust Pilotes pour juger de la fiabilité d’une boutique en ligne, etc.

4) Quel matériau de cadre pour votre VTT ?

On retrouve principalement 4 grands types de matériaux sur le marché :

  • L’aluminium sur les vélos haut de gamme, qui se veut léger, durable et résistant à la rouille.
  • La fibre de carbone, matériau composite super léger, super résistant et qui possède des propriétés d’absorption des vibrations. Sans doute le matériau qui offre le plus haut niveau de performance.
  • L’acier, très commun, relativement confortable, solide et durable. Il convient parfaitement aux surfaces lisses et fluides, mais présente le défaut d’être bien plus lourd que ses concurrents.
  • Le titane, beaucoup moins commun, relativement cher et qui correspond davantage à un choix sur mesure.

Notez que plus le cadre est léger, plus le vélo est cher.

5) Quel type de suspensions ?

Il y a deux principaux types de suspensions sur les VTT

  • Cadre semi-rigide (appelé « hardtail bikes » chez les puristes), il offre une suspension à l’avant (au niveau de la fourche) et minimise ainsi les impacts sur la roue avant. On le dit bon pour le cross-country et il offre une certaine puissance à la roue arrière.
  • Cadre tout-suspendu (appelé « fully » pour les intimes), qui absorbe l’impact à la fois à l’avant et à l’arrière du vélo. Ce cadre offre une conduite plus confortable sur les terrains difficiles et améliore la traction d’une manière générale.

Si vous avez un certain budget à respecter, les cadres semi-rigides sont un bon choix, étant plus légers et nécessitant moins de maintenance, ils peuvent également aider à « apprendre le métier » aux débutants en permettant de mieux aborder les trajectoires.

Les « fully » sont souvent plus funs, mais plus chers.

Ici encore, c’est votre type de ride qui va vous indiquer la direction à suivre, si vous arpentez les terrains fluides et relativement lisses, le cadre semi-rigide sera un bon choix. Si vous vous frottez aux terrains rocailleux, un fully sera toujours sympa !

Pour les longues sorties, si vous estimez que le confort et le plaisir que vous prenez au guidon de votre deux-roues sont plus importants que la performance, optez pour un VTT à suspension avant ET arrière, si le budget vous le permet.

Suspension et débattement

L’autre caractéristique que l’on regarde au niveau des suspensions, c’est le débattement.

Le débattement correspond à l’oscillation verticale du fourreau par rapport à votre fourche, due à la flexibilité de la suspension. En d’autres termes moins barbares, c’est l’amplitude maximale de ce déplacement exprimée en mm.

Votre pratique doit encore une fois directement influencer le débattement choisi.

Si vous faites des sauts et de l’enduro, un bon point de départ est 140 mm de débattement. Les débattements égaux ou supérieurs à 180 mm sont réservés à de la descente pure et dure.

6) Quelle taille de roues ?

fat bikes

Relativement nouveau sur le marché, les fat bike sont ces VTTs dotés d’énormes pneus. Ils excellent sur neige et dans le sable…

Qu’il est loin, le temps où les VTT avaient des roues de 26 pouces de diamètre ! Si ce temps semble résolu, on note toutefois un retour des 26′, notamment sur les fat bikes qui ont des largeurs de pneus de 4 à 5 pouces !

Les roues 29 pouces

À la fin des années 1990, on a commencé à expérimenter différentes tailles de roues, et ainsi sont apparus les 29 pouces.

Celles-ci supportent mieux les « bumps« . Le grip et la perf sont aussi meilleurs. Il vous faudra plus de temps pour accélérer, mais vous pouvez parcourir plus de distance en moins de temps.

De plus grandes roues offrent un meilleur passage des obstacles, une meilleure traction et une vitesse accrue. En revanche, elles sont plus lourdes et un peu moins réactives. Les roues de 29 pouces seront plus difficiles à relancer, mais super dans les descentes et une fois le VTT lancé.

Plus la taille de la roue est petite, plus la roue est légère et solide et la manœuvre facile.

L’arrivée du 27.5

Plus récemment, un nouveau type de roues a fait son entrée sur le marché, le 27.5. Ce nouveau standard est devenu très populaire sur les vélos de descente, d’enduro et de trail, offrant un bon équilibre entre la vitesse en ligne droite et la maniabilité.

La dernière taille à la mode en VTT est le 27,5′ qu’on appelle aussi 650 P, et qui combine le meilleur du 26 et du 29 avec un confort accru sur les terrains rudes.

Largeur du pneu

La largeur du pneu est aussi de plus en à considérer et l’industrie du VTT se dirige vers des pneus plus larges qui améliorent la traction sur les sentiers et une conduite plus confortable et qui pardonne plus. On voit de plus en plus apparaître des largeurs de pneus de 3 pouces sur les 27.5, entre des pneus classiques et des pneus de fat bike.

Que choisir alors ?

Je vous renvoie à LA question : qui êtes-vous ?

Si vous êtes du genre à vouloir aller vite sur des sentiers fluides, les roues de 29′ seront plus rapides, mais si les chemins que vous empruntez sont plus techniques, le 27,5 est bon choix, car plus agile. Idem si vous avez un background BMX et que vous aimez « jumper » sur tout ce qui passe !

Mais ce n’est pas toujours aussi simple et d’autres paramètres peuvent entrer en jeu.

Si vous êtes plutôt petit par exemple, vous serez sans doute mieux sur un vélo avec des roues de 27,5. Si vous êtes plus grand, vous pourriez préférer un 29.

Vous voyez encore une fois l’intérêt de tester !

7) De combien de vitesses avez-vous besoin ?

Le nombre de vitesses d’un vélo est le résultat du nombre de plateaux avant multiplié par le nombre de pignons.

Les VTT classiques vont de 18 à 30 vitesses ou plus. Plus il y a de vitesses, plus vous avez d’options de riding selon les différents terrains (surtout en montée).

Les critères les plus importants à considérer sont :

  • Votre forme physique
  • Le terrain sur lequel vous roulez

Si vous avez pour habitude de vous frotter à de nombreuses pentes abruptes et que vous en chi** dans l’ascension : vous voulez avoir plus de vitesses.

Si en revanche vous êtes un vététiste solide et expérimenté avec des cuisses de taureaux (ou que vous roulez en terrain plat exclusivement), vous n’aurez pas besoin d’autant de grimper, et vous pourrez garder un vélo aussi léger que possible.

Les VTT sont souvent dotés d’un double plateau (léger et simple à manier) pour fournir une gamme de vitesses variée pour l’ascension.

Gardez à l’esprit qu’il est assez facile de modifier le rapport de transmission après l’achat d’un vélo, il n’est donc pas nécessaire que ce soit votre principale préoccupation lorsque vous choisissez un vélo. D’autant que de nos jours, on se dirige de plus en plus vers le mono plateau pour rendre encore plus aisée l’utilisation des vitesses.

8) Quel genre de freins ?

Enfin, on distingue deux principaux types de freinage sur un VTT :

  • Le freinage hydraulique (fonctionne avec de l’huile dans les gaines), système le plus utilisé, car plus efficace. Plus cher, ce type de freinage demande aussi plus d’entretien.
  • Le freinage mécanique (ou freins à disques mécaniques), moins coûteux et moins performant, néanmoins fiable et léger. On retrouve ce type de freins sur la plupart des vélos d’entrée/milieu de gamme, ils fonctionnent grâce à la tension d’un câble qui vient mordre le disque sur les roues.

Si vous faites de la descente, je vous recommande fort d’investir dans un freinage hydraulique progressif efficace.

Le mot de la fin

Il y a une vingtaine d’années, le critère le plus important pour choisir son VTT était sans doute le nombre de roues et la seule question à se poser était : « est-ce que ce vélo roule ? »…

Mais la pratique a bien évolué au fil des années, les hommes (et les femmes) ont commencé à voir leur esprit aventureux les titiller et à devenir accros à l’adrénaline.

De nombreuses pratiques ont donc vu le jour, de la descente à l’enduro et passant par le free ride. Il est donc logique que la technologie se soit mise à épouser les contraintes des différentes pratiques.

Les meilleurs conseils restent toutefois de bien établir son budget et ses besoins dans une approche réaliste. Ensuite, essayez votre VTT, même s’il y a cette superbe promo immanquable, allez en magasin et faites des tests nom d’une pipe en bois de Boulogne !

Demandez-vous ce que vous allez en faire et si vous êtes bien dessus. Si c’est le cas et que le VTT « match » avec votre budget, en avant Guingamp !

mercredi 14 novembre 2018|

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer