Accueil/Entrainement sportif/Cyclisme/Faire du vélo de nuit oui, mais en toute sécurité !

Faire du vélo de nuit oui, mais en toute sécurité !

  • faire du vélo de nuit

Il arrive que l’on ait le temps de s’entraîner que le soir, travail oblige. Problème, en hiver notamment, les journées raccourcissent ! Deux choix s’offrent alors au cycliste chevronné, repousser son entrainement (solution peu envisageable quand on suit un programme spécifique) ou rouler de nuit, avec des conditions de luminosité pas toujours top top (jamais finalement).

Malheureusement, on voit encore trop de cyclistes mal éclairés dans le meilleur des cas, sinon pas du tout. Quand on sait le nombre d’accidents qui surviennent dans ce type de situation, c’est un manque crucial de lucidité, d’autant que rouler de nuit n’est pas plus dangereux que de rouler de jour, une fois bien équipé !

« 35% des accidents mettant en cause des cyclistes ont pour origine un manque ou une absence totale d’équipement de sécurité. »

Nous allons tenter de dresser une liste assez exhaustive d’astuces et de conseils pour rouler de nuit en « totale » sécurité.

1. Illuminez-vous !

Conquérez les abysses nocturnes avec style, confiance et une grosse lampe frontale ! Une lampe frontale décente est le strict minimum si vous voulez profiter pleinement des jolis chemins qui s’offrent à vous de nuit. Il y a bien des options sur le marché pour votre éclairage, certaines sont obligatoires légalement parlant, d’autres optionnelles. Ce qui est certain, c’est que plus vous aurez d’éclairage sur vous, plus vous serez visible, et moins vous serez en danger.

Les éclairages à l’avant et à l’arrière du vélo

Le premier point à considérer est un éclairage à l’avant du vélo, le meilleur des choix revient à placer ce dernier sur le guidon de votre deux roues. Sur ce point, il ne faut absolument pas badiner sur la qualité, vous pouvez éventuellement vous en sortir avec une lumière de 400 lumens si vous ne roulez pas comme Loic Bruni (voir vidéo en fin d’article) et que vous connaissez bien le chemin, mais si vous voulez rouler avec une certaine vitesse, optez au moins pour du 800 lumens.

Il s’agit d’une part de voir, mais surtout d’être bien vu, et ce sur une distance d’une dizaine de mètres minimum. Votre vélo doit obligatoirement être équipé d’un feu jaune ou blanc à l’avant ainsi que d’un feu rouge à l’arrière. Deux solutions s’offrent alors à vous, les kits d’éclairage ou les classiques dynamos.

Lumières LEDs VS Dynamos

Certaines de ces lumières permettent d’être visible jusque quelques centaines de mètres, relativement confortable donc. Si vous empruntez souvent les chemins de vélo de nuit, il vaut mieux investir dans des lumières LEDs qui ne nécessitent moins de changement d’ampoule. Elles permettent par ailleurs plusieurs modes d’éclairages comme le clignotement, qui aura tendance à retenir plus l’attention des automobilistes.

Si elles assurent une bonne visibilité, il faudra toutefois penser à bien les recharger, qu’elles fonctionnent par piles ou sur batteries. Vous ne pourrez cependant installer ce type de dispositif qu’à l’avant du vélo, la loi stipule que le feu arrière d’un vélo doit être fixe et non clignotant.

Les dynamos quant à elles fonctionnent sans pile comme vous le savez sans doute, simplement à la sueur de votre front et par l’action de vos coups de pédales. Le grand avantage est donc qu’il n’y a nul besoin de les recharger. Deux grands types de dynamos existent, la dynamo par friction et la dynamo intégrée, qui tend à gagner du terrain sur son ainée. Cette dernière est alors incluse dans une pièce du vélo qui se nomme le moyeu, rendant l’ensemble plus lourd, mais demandant moins d’efforts au cycliste.

Les lumières pour le casque

Promo
【Version Innovante】Lampe Frontale Rechargeable, Orientable Puissante, LED 4 Modes, 5000 LM,...
  • 【Lampe Frontable Rechargeable et Durable】: Deux batteries rechargeables 18650 de marque (Fourni,...
  • 【Torche Frontable avec 4 Led Modes et Eclairer 400m】: La lumière du milieu allumée / les deux...
  • 【Ultra-Flexible 90° et Étanche】 : La tête de la lampe frontale dispose d'un angle de rotation de...

Outre les lumières à l’avant et à l’arrière du vélo, il est possible de s’équiper en luminosité aussi sur son casque avec la célèbre lampe frontale (utilisée aussi pour courir de nuit), elle apporte un niveau supérieur de précision, ouvrant le chemin là où se projette le regard.

Pour cet éclairage, ne prenez pas quelque chose de trop lourd qui ferait bouger votre casque pendant les sauts ou les virages. Notez que certains casques intègrent directement des lampes LEDs.

Des casques nouvelle génération

casques pour rouler de nuit

Beaucoup de projets émanent d’ailleurs de cette idée : intégrer directement au casque les indicateurs lumineux du cycliste, comme les clignotants ou les feux-stop. C’est le cas de lumos, un casque nouvelle génération qui ne manque pas d’arguments.

Des vêtements réfléchissants pour un style au top

Pour apporter une petite touche à votre style de cycliste nocturne, vous pourrez aussi opter pour des habits réfléchissants, comme un gilet fluo si votre budget est mince. En plus du gilet, vous pouvez opter pour des brassards clipsables et réfléchissants à porter aux bras et/ou aux jambes.

Votre visibilité n’en sera que meilleure et l’utilisation au niveau des jambes attirera l’attention de l’automobiliste en raison du mouvement.

Des vêtements intelligents

vêtements pour faire du vélo de nuit

Au même titre que pour les casques, de plus en plus de startups se lancent dans l’arène avec pour mission d’accroître la sécurité des cyclistes.

Luminus est une marque de vêtements innovants qui est parti du constat suivant : en 2013 , plus de 700 cyclistes sont morts et plus de 40 000 personnes blessés par accident de nuit en ville, simplement par manque de visibilité. De là est née la gamme de vêtements intelligente conçue pour sauver des vies.

La particularité de ces vêtements, c’est les LEDS qui y sont intégrées, liées à une application qui va maximiser la visibilité par des jeux de lumière. Là où cela devient carrément balèze (et très geek), c’est que le runner peut entrer son itinéraire dans l’application, et que cette dernière va se charger de faire clignoter les vêtements aux intersections (ou dans toutes zones dangereuses) de manière automatique !

Si vous ne voulez pas en arriver jusqu’aux LEDS intégrées, vous pouvez au moins opter pour des vêtements avec des technologies réfléchissantes et des couleurs très flashy, Domyos en propose d’excellentes.

Toujours plus d’éclairage

eclairages rouesEnfin, rien ne vous empêche d’équiper votre vélo de Leds supplémentaires, notamment au niveau des pédales et des roues.

Certains opteront pour de beaux néons quand d’autres préféreront un éclairage LED plus classique (vous pouvez en retrouver sur des sites comme espaceampouleled, une boutique qui propose aussi de l’éclairage pour vélo électrique).

Il existe même des modèles de néons qui dessinent des formes lorsque vous roulez à une certaine vitesse, cela n’a rien de nouveau, mais ça fait toujours son petit effet !

2. Choisissez les bonnes routes

N’oubliez pas que vous devez toujours prendre en considération le type de chemins sur lequel vous allez rider ! Si c’est un trail qui présente beaucoup de virages serrés, une lumière montée sur le guidon va être un peu juste, car elle n’éclairera que devant vous et non dans les recoins pourtant essentiels pour bien anticiper.

D’où l’importance d’avoir une lampe frontale sur votre casque afin d’éclairer là où votre regard se porte, la meilleure option est toujours la plus complète, on ne doit pas lésiner avec la sécurité, c’est pourquoi vous devez au minimum avoir une lumière à l’avant de votre guidon ET sur votre tête !

Le choix du parcours sur lequel vous allez rouler de nuit est très important, autant que vous fassiez donc avant votre petit repérage ! Inutile de faire le choix d’une route ou d’un sentier dans des forets que vous ne connaissez pas, prenez toujours soin d’essayer les chemins au préalable (et de jour). De nuit, vous n’aurez pas tous ces petits repères qui vous servent de jour pour bien négocier un virage ou pour relancer en sortie de de dernier.

Si vous débutez votre carrière de cycliste nocturne, allez y en douceur, ce n’est pas dans ce contexte que vous allez exploser votre record sur STRAVA. Commencez par les circuits établis pour améliorer vos compétences de conduite de nuit. Ces chemins sont généralement aménagés de sorte que peu de « surprises » se cachent, comme des souches ou des roches qui voudraient venir jouer avec vos roues !
Engrangez de la confiance avant de vous challenger sur des sentiers plus techniques

3. Roulez entre amis

faire du vélo de nuit

Trouver un partenaire pour vous motiver et rider en toute sécurité !

Les sorties vélo après le boulot sont une façon géniale de se préserver du blues de l’hiver, oui il fait froid, mais l’effort est réconfortant et beaucoup plus sain qu’un afterwork entre collègues !

Vos collègues ne sont pas branchés vélo ? Pas de soucis, vous trouverez des clubs qui organisent des sorties nocturnes à travers la France, un excellent moyen de rester motivé, de rencontrer de nouvelles personnes qui partagent la même passion et surtout, de rouler en totale sécurité.

C’est le cas de l’association « Paris Rando Vélo » qui organise tous les vendredis soirs des ballades nocturnes sur le même principe que celles en roller qui ont conquis la capitale depuis longtemps.

4. Gardez vos distances

Ne roulez pas trop près des cyclistes qui vous précèdent, surtout si votre lumière est plus puissante que la leur, les conséquences seraient qu’ils se retrouveraient avec une immense ombre devant eux…rendant leur visibilité…invisible !

Si vous vous arrêtez pour tailler la bavette, n’oubliez pas non plus de mettre sur « off » votre lumière de casque, ou alors de ne pas regarder vos collègues dans le blanc des yeux sous risque de les aveugler.

Enfin, au lieu de garder votre éclairage à pleine puissance durant toute la durée de votre session, vous pouvez ajuster en réduisant la luminosité, notamment sur les portions plates du circuit, ce afin d’économiser votre batterie pour ne pas tomber en rade.

5. Restez prudent en toute circonstance

Faire du vélo de nuit peut être dangereux, les probabilités de collision avec une voiture augmentent du fait que vous êtes moins visible et que vous voyez moins. Nous avons déjà évoqué l’importance de faire le choix d’un système d’éclairage de qualité, de s’entourer d’amis, de choisir les bons chemins, etc.

Avant de sortir de chez vous, prévenez les proches qui habitent avec vous, donnez l’heure votre itinéraire afin qu’ils sachent ou envoyer les secours au cas ou ils seraient sans nouvelles de vous pendant trop longtemps.

Autre point, habillez-vous bien, la nuit, les températures peuvent chuter drastiquement, même si vous êtes dans l’effort.

Enfin, cela peut être évident, mais à moins d’être un véritable pro, évitez autant que possible les sauts en tout genre, car les atterrissages nécessitent tout de même d’être à même d’identifier parfaitement les surfaces sur lesquels on va se poser, dans le noir….tout est plus difficile et le potentiel de se crasher s’en ressent. Juger vitesse, distance, pentes ne sera pas une partie de plaisir !

Beaucoup considèrent les trails comme plus attractifs de nuit, l’obscurité confère ce sentiment de vitesse (même si vous allez moins vite qu’en temps normal), nul besoin donc d’aller directement sur les chemins les plus techniques.

6. Soyez prêt pour une intervention technique

Réparer un mécanisme cassé n’est pas une tâche aisée dans la noirceur de la nuit, la première étape est donc de vous assurer avant chaque départ que votre vélo ne présente aucun risque de défaillance, vous réduirez ainsi les risques de chuter loin de chez vous. Vérifiez ainsi les freins, la pression des pneus, etc..

7. N’oubliez pas de prendre du plaisir

Une fois la case « sécurité » bien cochée, n’oubliez pas de vous régaler ! S’il est normal de se sentir intimidé dans l’obscurité la première fois pendant deux heures tout seul dans les bois, l’expérience est incroyablement revigorante.

Vous n’en dormirez que mieux une fois au lit 4 heures plus tard, avec en vous cette fierté d’être allé affronter dame nature plutôt que de vous être échoué dans le canapé.

Résumons :

  • Achetez des LEDs pour l’avant et l’arrière de votre vélo
  • Procurez-vous une lampe pour votre casque
  • Prévoyez des habits chauds, les nuits peuvent être froides
  • Faites un check up complet de votre vélo avant de sortir
  • N’oubliez ni votre téléphone, ni votre boite à outils de secours
  • Pratiquez le parcours de jour avant de le parcourir la nuit
  • Essayez de rouler à plusieurs
  • Conservez des distances raisonnables avec les gens qui vous entourent et roulez en file indienne sur les routes
  • Prévenez vos proches que vous sortez
  • Évitez les sauts et les figures

Que du bon sens en sommes, mais le nombre d’accidents demeure encore trop grand, ce genre de petits rappels ne fait donc jamais de mal. Allez, je vous laisse avec une petite vidéo de Loic Bruni qui défi la nuit pour Red Bull…ça donne envie !

Et vous, cyclistes amoureux de virées nocturnes, quels sont vos conseils ?

lundi 3 juillet 2017|

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer