Accueil/Entrainement sportif/Course à pied/Courir avec bébé : mode d’emploi et astuces

Courir avec bébé : mode d’emploi et astuces

  • poussette running

Il n’y a pas à dire, il est difficile de trouver le temps de caser une séance de sport dans son planning de jeune maman ! Mais si vous vous impatientez de pouvoir à nouveau reboutonner ce jean de pré grossesse, il vous faut vous exercer au moins 30 minutes 5 fois par semaine tout en gardant votre apport calorique sous contrôle.

Et si le « poussette running » était la solution toute trouvée…

Les ventes de poussettes running explosent au fur et à mesure que le phénomène prend de l’ampleur, si bien qu’il n’est plus rare de voir des parents sportifs poussant leurs enfants en bas âge dans les parcs, ou même durant les courses ! Et pour cause, plus qu’un effet de mode : courir avec son bébé présente une tonne d’avantages.

Oui, il y a réellement des gens qui participent aux courses avec leurs enfants, en 2016 par exemple, au « Scotiabank Toronto Waterfront Marathon« , le dénommé Calum Neff a battu le record du monde du marathon avec une poussette en signant un temps record de 2:31:22 !

Les bienfaits du running poussette

Courir avec une poussette est bon pour tous les muscles, tout particulièrement la sangle abdominale et les muscles du dos. Cette forme de course va venir recruter toute votre chaîne postérieure (des ischios aux quadriceps en passant par les fessiers) du fait que vous allez devoir pousser une charge (cela pourrait en quelque sorte s’apparenter à du sled training). Vos biceps/triceps ne seront pas en reste, ainsi que vos abdos qui vont devoir être bien gainés pour maintenir une bonne posture de course.

Si cela peut au départ procurer une sensation assez étrange (une sorte de gêne), tant que le guidon est correctement ajusté à la taille, cette forme de course ne peut que vous aider à améliorer votre posture de course naturelle. D’ailleurs, il existe une technique pour améliorer sa forme de course qui consiste à faire de la trottinette, pourquoi pas de la poussette ?

En plus de travailler davantage de muscles et de brûler potentiellement plus de calories, vous partagez un bon moment en famille, l’enfant peut réellement apprécier l’activité et cerise sur la griotte, le casse-tête de la séance de sport à caser dans une journée de parent devient un jeu d’enfants !

The question : brûle-t-on beaucoup plus de calories ?

La science s’est penchée sur la question, et si tout porte à penser qu’en toute logique, on brûle significativement plus de calories, la réalité semble toute autre…

Une étude menée au département de biologie à Seattle a ainsi analysé les performances de 16 coureurs réguliers (10 hommes et 6 femmes) et ce sur 3 méthodes de courses avec poussette : à deux mains sur le guidon, avec une seule main et en « push and chase » (signifie que vous poussez un peu plus fort la poussette pour la propulser vers l’avant et être libre de faire quelques foulées à vide avant de répéter). Les sujets ont couru sur 800m avec une poussette chargée de 16kg, le but étant de voir quelle technique augmentait le plus la combustion des graisses.

Voici ce que l’étude a conclut :

  • La relation entre la vitesse de course, poids du corps et coût énergétique suggère qu’une diminution de la vitesse se traduit généralement par une diminution des dépenses énergétiques.
  • L’ajout de la poussette pendant la course diminue la vitesse, mais n’entraîne pas de diminution drastique des coûts métaboliques, ce qui laisse penser que courir avec la poussette est plus coûteux en énergie que sans.
  • La longueur des foulées est significativement réduite
  • L’élaboration d’un modèle de prédiction du coût énergétique suggère une augmentation de 5% du coût pour la méthode de poussée avec 2 mains, 6% avec une main et 8% pour la technique Push/Chase (en comparaison avec la dépense énergétique sans poussette)

L’étude révèle donc (vous pouvez voir le résumé en poster ici) la perte calorique n’est que légèrement supérieure quand on court avec une poussette. Pourquoi seulement une « légère perte ? C’est principalement dû au fait que lorsque l’on court avec une poussette, les foulées sont plus courtes et la cadence est évidemment ralentie.

La vitesse, plus lente, entraîne une diminution de la fréquence cardiaque et donc des calories brûlées. Peu importe l’énergie supplémentaire déployée pour pousser l’enfant. D’autant que généralement, la forme de course en prend un coup, c’est pourquoi il faut veiller à adopter une bonne posture, et varier les méthodes de poussées.

Ceci étant dit, si vous parvenez à maintenir la même vitesse avec et sans poussette, il est évident que vous brûlerez beaucoup plus, mais ce n’est pas si simple.

Quels prérequis pour s’adonner à la course avec son bébé ?

Ce qu’il vous faut d’abord, c’est :

  • un enfant en bas âge (si ce n’est pas le cas, allez procréer)
  • une bonne poussette de compét’
  • le feu vert de votre pédiatre

Jeune maman et papa victime de couvade, voici une bonne façon de retrouver vos courbes d’avant grossesse, à condition toutefois de suivre quelques lignes de conduite, et c’est ce que nous allons voir maintenant !

1) La prudence avant tout

Que vous décidiez de courir sur des routes bien plates ou des chemins de trail avec relief, votre fidèle poussette (celle avec laquelle vous allez au centre commercial) ne fera pas l’affaire, elle n’est pas du tout conçue pour ce genre de tâches !

Pour vous entraîner avec votre enfant, il va vous falloir investir dans une poussette sportive celles dont les pneus sont bien plus larges et dotées d’amortisseurs réglables qui minimisent les rebonds et assurent le confort de votre tout-petit. Elles possèdent également une roue de devant verrouillable qui offre une meilleure maniabilité dans les virages ainsi qu’une plus grande stabilité à « grande vitesse ».

La plupart des modèles intègrent aussi un frein à main et une sangle de poignet, juste au cas où la situation vous échapperait (ainsi que la poussette), en descente par exemple.

Pour être tranquille, choisissez une poussette avec des roues de 16 pouces, un solide harnais à cinq points, un frein manuel, une roue avant fixe et une sangle de poignet. Les grandes roues offrent suffisamment de suspension pour empêcher votre bébé de trop se cogner dessus, et tout le reste contribue à créer une conduite sûre et confortable.

Note : si vous courez aussi avec votre chien, ne pensez que ce soit une bonne l’idée que d’attacher la laisse à la poussette, tenez-la fermement dans votre main, car si votre toutou commence à sprinter, pas question qu’il emmène avec lui le « véhicule » de votre jeunot !

Ça coûte combien cet engin ?

Côté investissement, c’est plutôt lourd ! Une bonne poussette de running d’entrée de gamme coûte environ 150€, et les modèles dernier cri peuvent atteindre les 500€.

Avec sa base large, son long châssis, sa roue avant fixe et son siège non inclinable, ce genre de poussette n’est pas vraiment pratique à utiliser comme poussette de tous les jours, bien qu’il en existe des modèles à double usage.

Mais on peut aussi voir cela comme une économie, si l’on considère que vous économisez ainsi le prix d’un cours de sport collectif et le prix d’une nounou, c’est finalement l’un des seuls exercices gratuits que vous pouvez faire avec votre enfant.

Soyez alerte et vigilant

Lorsque vous courez avec une poussette, la sécurité de votre bébé est la chose la plus importante à avoir en tête. Si vous faites de l’exercice à l’aube ou au crépuscule, assurez-vous que l’avant, le dessus et les côtés de votre poussette réfléchissent bien.

Si vous ne pouvez pas éviter les rues achalandées, redoublez de vigilance : ne présumez pas que les conducteurs peuvent vous voir arriver, vous et votre bébé (gardez à l’esprit que le devant d’une poussette de jogging est bas). Utilisez les dispositifs de sécurité intégrés à votre poussette : avant toute course, assurez-vous que votre enfant est bien attaché, verrouillez la roue avant et mettez la sangle de poignet. Si vous venez à vous arrêter, ne serait-ce que pour boire une gorgée d’eau, enclenchez bien le frein de stationnement.

Aussi, soyez alerte, on a tendance à se perdre dans ses pensées quand on court (d’autant plus si l’on a des écouteurs), songez toujours à votre petit passager qui pourrait avoir froid, être affamé ou tout simplement pas d’humeur à la course. Prenez des couches supplémentaires, de l’eau, des collations et s’il hurle, rentrez à la maison (privilégiez de courtes distances pour ne jamais être trop loin de chez vous).

Enfin, il est préférable d’investir également dans une protection de pluie, qui empêchera aussi les petits cailloux/projectiles de venir taquiner le visage de votre bébé durant la course. De même, vous pouvez prendre une protection contre les rayons UV.

2) Attendez le bon moment

Quel est le bon âge pour emmener son enfant avec soi dans une sortie running ? Le débat fait rage dans la communauté des runners : on dit qu’il faut attendre que votre tout petit ait suffisamment de contrôle et de structure au niveau des muscles de son cou pour l'emmener jogger .

Vous ne laisseriez pas tomber la tête de votre bébé si vous le teniez, alors assurez-vous qu’il en soit de même dans une poussette, sans quoi cela pourrait être douloureux et même causer une blessure. La plupart des bébés peuvent confortablement monter dans une poussette sans appui-tête vers les 6-8 mois, mais c’est à votre médecin de donner le go.

Envie de commencer plus tôt ?

Procurez-vous une poussette de jogging spécifiquement conçue pour y accommoder un siège auto compatible. Avec votre bébé assis dans un siège de sécurité, peu importe que vous marchiez ou que vous couriez.

Et pour la jeune maman ?

publicité ymre stiekemaCourir avec une poussette implique un changement majeur, notamment en raison de la pression accrue sur les bras et les épaules. C’est excellent comme entraînement de force, mais pas sans risque.

Comme pour toute forme d’exercice, les nouvelles mamans doivent également faire attention à ne pas en faire trop, afin que les muscles abdominaux et ceux du plancher pelvien aient une chance de récupérer complètement. Si vous avez souffert de douleurs au dos ou au bassin pendant l’accouchement, consultez votre médecin avant de reprendre la course à pied.

Les zones les plus susceptibles d’être blessées en courant avec une poussette sont le dos et les épaules, ainsi que les mollets et les tendons d’Achille. Il y a certaines choses à faire pour réduire les risques, la plupart d’entre elles relèvent du bon sens. Ainsi, il est important d’augmenter graduellement les distances parcourues, vous devez laisser à votre corps le temps de s’adapter. Travailler sur votre flexibilité et votre sangle abdominale vous aidera aussi.

La grossesse et l’accouchement ont un effet dévastateur sur votre corps, les muscles abdominaux ne sont peut-être pas revenus à leur niveau d’avant grossesse et il est possible qu’ils soient trop faibles pour courir. De plus, l’hormone de grossesse, la relaxine, provoque un relâchement des ligaments et des tendons. Elle reste dans le corps pendant au moins trois mois après l’arrêt de l’allaitement, ce qui rend les articulations plus sujettes aux blessures. D’où l’importance d’y aller graduellement.

Ce que vous ne voulez surtout pas, c’est d’y aller trop fort d’un coup, n’en faites pas trop dès la première sortie, même si vous avez attendu cela depuis un long moment. La poussette va évidemment vous ralentir, mais c’est un mal pour un bien, car lorsque vous allez courir sans après vous y être habituée, vous allez vous sentir incroyablement facile, de quoi établir de nouveaux records !

De petits challenges : pourquoi pas ?

Si vous en avez, fixez-vous des objectifs réalistes… le premier étant simplement de courir. Vous pouvez ensuite penser à des objectifs basés sur le temps et la distance, comme de courir un 5km sans s’arrêter (sauf si bébé pleure évidemment), ou encore de courir 5km en moins de 35 minutes. Cela peut aussi simplement être de courir une fois par semaine, ou pourquoi pas de s’entraîner pour s’inscrire à une course, comme la Familiale, un événement spécialement conçu pour le « running poussette » !

Si sortir pour courir est vraiment hors de question ou si votre forme physique ne vous le permet pas encore, alors faites une longue marche une fois par semaine. Faites comme si vous alliez courir, prenez de l’eau avec vous, fixez votre itinéraire, restez concentrée, gardez un bon rythme et essayez d’améliorer votre temps chaque semaine, c’est également très efficace pour retrouver la forme. Autre solution, opter pour une remorque vélo, moins stressant pour les articulations.

3) Tout est question de timing

Commencez par anticiper la météo, si le mauvais temps ne vous dissuade pas de faire de l’exercice, investissez dans un pare-pluie pour garder votre « petit partenaire » au sec. Si il fait grand soleil, optez pour une protection UV.

Un bébé satisfait rend l’exercice plus agréable pour vous, alors planifiez vos sorties autour des repas et des siestes. Il est fort probable que votre enfant soit plus enclin à être « stimulé » une fois rassasié. Choisissez l’heure de la sieste pour une sortie plus longue.

En règle générale, évitez de partir dès que votre tout-petit se réveille ou qu’il a faim. Si votre enfant commence à s’agiter, continuez un peu pour voir si le mouvement le calme. Rien à faire pour l’apaiser ? Stoppez votre jogging et réessayez plus tard.

Le choix du parcours

Anticipez aussi votre parcours, quitte à faire du repérage en solo. Les parcs sont l’ultime paradis des mamans, pendant la semaine et en journée, ils sont tranquilles, décrivent souvent des boucles et sont en général équipés de toilettes.

Courir au milieu de la ville pendant une journée de shopping ne sera pas très amusant pour vous ni pour les gens qui essaient de vous contourner ! Si possible, essayez de courir dans des zones qui ne sont pas »à circulation dense », pour éviter la pollution et les dangers. Favorisez également des terrains plutôt plats, sans risque de projectiles.

4) Adoptez la bonne posture de course

posture running

La principale chose dont il faut se méfier, c’est de s’appuyer trop lourdement sur sa poussette, parce que si vous faites cela, vous n’engagez pas votre sangle abdominale. Imaginez plutôt courir comme si la poussette n’était pas là (plus facile à dire qu’à faire, je sais), concentrez-vous sur votre posture et ne serrez pas trop la poignée.

Assurez-vous de courir avec la poitrine bien sortie, les omoplates vers l’arrière.

Très important : les poignées de votre poussette doivent être placées à la bonne hauteur pour que vous n’ayez jamais à vous pencher, ce qui pourrait entraîner des blessures et des lombalgies. Gardez vos coudes non verrouillés et votre sangle abdominale bien engagée pour soutenir le bas de votre dos.

On résume :

  • Assurez-vous d’être prête à courir, c’est-à-dire que votre plancher pelvien est assez solide pour résister à l’impact de la course à pied. Les hormones de grossesse auront relâché vos ligaments et rendu vos articulations moins stables
  • Choisissez un itinéraire raisonnablement plat, les côtes exerceront plus de pression sur vos articulations
  • Assurez-vous que le guidon est à la bonne hauteur : les poignées bien alignées avec la taille pour ne pas avoir à vous pencher
  • Tenez-vous à une distance raisonnable de la poussette pour bénéficier d’assez d’espace pour allonger vos foulées
  • Passez la sangle de sécurité autour de votre poignet
  • Essayez l’entraînement par intervalles au début : courez pendant une minute puis marchez pendant deux minutes
  • Laissez toujours un à deux jours de repos entre chaque course
  • Prenez de quoi vous hydrater et tout le nécessaire pour bébé
  • Bébé peut vite avoir froid dans la poussette, contrairement à vous qui allez vous réchauffer, alors habille-le convenablement.
  • Courez le plus normalement possible, soit avec les deux mains sur le guidon, soit avec un bras (vous pouvez alterner) ballant

Pour finir

S’il n’y a pas réellement de preuves scientifiques que les bébés aiment être promenés durant une session running, certaines mamans remarqueront tout de même un sourire affiché sur le visage de leur enfant. La plupart des bébés aiment le mouvement et ont tendance à s’endormir pendant les voyages en voiture ou dans la poussette, au fur et à mesure qu’ils vieillissent, ils peuvent même apprécier et s’éveiller en observant ce qu’il se passe.

Quoi qu’il en soit, c’est excellent pour reprendre une activité physique après la grossesse tout en passant un moment sympa en famille. Mieux vaut rester sur de courtes distances, entre 3 et 5 km, pas plus de 30 à 45 minutes. Maintenant, il n’y a pas de règles absolues, si votre nouveau-né apprécie ou a le sommeil facile, rien ne vous empêche de pousser un peu !

N’hésitez pas à y aller en groupe pour vous motiver, il existe ce groupe Facebook dédié. Soyez toujours attentif à la sécurité et surtout, amusez-vous !

Source :

(1) Etude : Stroller running: Energetic and kinematic changes across pushing methods

Courir avec bébé : mode d'emploi et astuces
5 (100%) 2 votes

mercredi 31 janvier 2018|

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer