Accueil/Entrainement sportif/Course à pied/5 règles pour courir avec son chien.

5 règles pour courir avec son chien.

  • comment courir avec son chien

Le chien, quel animal formidable !

Jeune, c’est comme s’il avait fait un code énergie illimitée, d’autant qu’il est toujours enthousiaste pour tout !

S’il y en a un de vous deux qui n’est pas motivé pour aller courir, ce n’est pas lui ! Quel que soit le temps, quelle que soit l’heure, il ne se plaindra pas d’aller faire un tour.

(Pourrez on en dire autant d’un chat…)

On sait qu’avoir un mode de vie actif réduit le stress et l’anxiété chez les humains ET les chiens. Les chiens actifs vivent plus longtemps et plus heureux. À l’inverse, un chien trop peu actif et/ou trop peu stimulé aura une tendance à être destructeur, voire agressif.

Courir avec son chien l’expose à de nouvelles curiosités, à de nouveaux sons et à de nouvelles odeurs, ce qui ne manquera certainement pas de la stimuler !

Courir avec son chien est donc excellent pour vous deux, on ne compte pas les bienfaits physiques et santé que cela vous procure. S’il fallait en faire une liste on pourrait citer que :

  • le chien est une de meilleure source de motivation qui soit (des études montrent que les gens qui font de l’exercice avec leur chien sont plus susceptibles de s’en tenir à leur programme d’entrainement sur le long terme).
  • votre toutou vous poussera toujours à donner le meilleur de vous même et à améliorer votre rythme.
  • Beethoven vous offre de la compagnie et de la sécurité quand vous vous aventurez dans des endroits éloignés.
  • il est plus rapide que vous, mais il ne vous chambre jamais, on apprécie cette humilité !
  • c’est un piège à mec/nana redoutable (les études montrent qu’il est beaucoup plus facile d’entamer une conversation lorsqu’on est avec son chien, on ne sait jamais sur quel célibataire on peut tomber !).
  • courir ensemble renforce vos liens.

Quel genre de chien pour quel genre de coureur ?

quel chien pour courir

Quel genre de chien de course ? Plutôt braque ? Vasarely ?

Mais pour bénéficier de tous ces avantages, encore faut-il avoir un chien qui s’y prête !

Certaines races sont mieux adaptées à la course à pied que d’autres.

Les chiens de race pure sont plus sujets à des troubles génétiques qui peuvent être aggravés par la course à pied, je vous recommande de consulter un éleveur ou un vétérinaire si vous cherchez un chien spécifiquement pour être votre partenaire de course.

Les chiens brachycéphales comme les carlins, les bouledogues et d’autres races à nez court peuvent avoir des difficultés respiratoires.

Les chiens ayant des problèmes de colonne vertébrale (comme les teckels), de dysplasie de la hanche (que l’on trouve couramment chez les bergers allemands) et d’autres problèmes osseux peuvent également ne pas être capables de supporter l’exercice à fort impact.

Les races qui ont été élevées comme chiens de chasse ou de berger sont généralement les meilleurs chiens pour la course à pied.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les races plus petites comme les Terriers, les Shelties ou les Chihuahuas sont aussi d’excellents compagnons pour les coureurs.

Certaines races sont idéales pour les courses longues et lentes, tandis que d’autres sont mieux adaptées aux courses courtes et plus rapides.

Les lévriers sont par exemple des sprinters renommés tandis que les Huskies peuvent littéralement courir jour et nuit. Choisissez la race qui convient le mieux à vos capacités de coureur de jupons.

Les meilleurs chiens pour courir sont généralement :

  • de taille moyenne
  • pas trop lourds
  • avec un poil court
  • plutôt maigres et bien musclés (un peu comme vous BG)
  • avec un bon tempérament

Quelques exemples de chiens pour de longues sorties :

  • Braque de Weimar
  • Braque allemand à poil court
  • Braque hongrois à poil court
  • Parson Russell Terriers
  • Dalmatien

Et quelques exemples pour des sorties courtes, mais rapides :

  • Lévrier greyhound
  • Pit Bull
  • Setter Llewellin
  • Labrador
  • Beagle

Maintenant que vous avez une idée dans le choix de votre chien, nous allons voir comment procéder pour aborder le canicross et faire de votre gros molosse un canin sportif et bogoss.

Note : si vous n’avez pas de chien, ou que celui que vous avez à votre disposition n’est pas vraiment un foudre de guerre, il est possible pour vous d’emprunter ceux des autres !

Des petits génies rennais ont pensé à tout en développant une plateforme de proximité de mise en relation entre toutous et coureurs.

Sortez donc le pit-bull de madame Michu le lundi pour une séance d’intervalle, puis le Dalmatien de Monsieur Lupin le jeudi pour une longue sortie. Plus besoin de choisir, et pas besoin de les nourrir ! Rendez-vous simplement sur https://www.mydjogg.com !

Comment se lancer dans le canicross en 5 étapes ?

Le canicross est né en Europe avec pour but initial d’entraîner les chiens de traîneau ou de mushing hors-saison, quand il n’y a pas de neige.

À l’origine, les races de chiens de canicross étaient celles utilisées pour les courses de traîneaux à chiens comme les malamutes et les huskies.

Le concept est très simple : un ou deux chiens sont attachés au coureur humain à l’aide d’une laisse élastique pour courir, s’amuser, se (re)mettre en forme, s’entraîner ou participer à des compétitions.

Le canicross s’est ensuite développé pour devenir un sport à part entière, et il est maintenant pratiqué par des chiens de la plupart des races, des grandes aux petites.

Le premier événement canicross a eu lieu en 2000, c’est donc un sport très jeune, mais qui a rapidement su se répandre en Europe.

1. Votre chien est-il prêt à en découdre ?

obésité chien

Mal nourris et trop sédentaires, 30% des chiens seraient en surpoids en France ! Vous voulez que Medor vive longtemps ? Rendez-le actif !

Comme les humains, les chiens peuvent être inaptes à commencer ou reprendre un sport s’ils ont eu une longue période d’inactivité.

D’autre part, le squelette de la plupart des races canines n’est entièrement développé qu’après 1 an environ (parfois 18 mois), et courir avec un chien trop jeune peut lui causer des blessures osseuses.

Patience donc !

Pendant sa première année, habituez plutôt votre chien à marcher et à trottiner à vos côtés.

Faites du jogging sur quelques centaines de mètres lorsque vous sortez occasionnellement le promener.

Après un an, vous pouvez augmenter progressivement la distance de course, à condition que votre chien soit prêt et en bonne santé.

Pour être sûr de cela, passez par la case véto (ne touchez pas 20 000€). Chiot ou non, vous devez de toute façon commencer par là, afin de voir s’il est ou non sécuritaire de courir avec votre chien.

À mesure que celui-ci vieillit, vous devez réajuster votre fréquence de course et votre kilométrage.

2. De l’importance d’y aller progressivement

Toujours comme pour nous, humains : en faire trop, trop vite peut entraîner des douleurs musculaires ou articulaires et même des blessures.

Une fois que vous avez le feu vert du véto pour entrer dans le monde du canicross, ne vous lancez pas dans un 5K tête baissée ! Comme pour l’humain, le chien a besoin de préparation physique !

Si votre chien débute en course à pied, commencez lentement et ne courez que des distances relativement courtes au départ. Le mieux est de combiner course et marche à pied jusqu’à ce que l’endurance de votre canin s’améliore.

Tout comme vous le feriez pour vous, n’oubliez pas d’inclure aux entrainements des périodes d’échauffement et de retour au calme. Augmentez graduellement votre vitesse et votre kilométrage afin de ne pas surcharger les muscles et les articulations de votre chien.

Vous êtes son coach, à vous de dicter le tempo !

Programme d’entrainement progressif avec son chien

Voici un petit exemple de programme pour courir avec votre chien :

  • Semaine 1 & 2 : alternez minute de marche et 1 minute de course à pied durant 16 minutes, 2 à 3 fois par semaine.
  • Semaine 3 & 4 : augmentez les intervalles de courses à de 1 minute et le temps d’entrainement total est maintenant de 21 minutes. Continuez d’alterner course et marche, cela donne un format : 2 minutes de course, 1 minute de marche, 2 minutes de course…
  • Semaine 5 & 6 : Continuez d’augmenter progressivement les intervalles de courses pour monter entre 3 et 5 minutes de course (avec toujours, alternativement, une minute de marche). Votre temps total d’entrainement est alors porté à 30 minutes.
  • Semaine 7 : vous devriez être capable de faire des entrainements de canicross purs et durs, avec seulement de la course à pied.

Notes : prenez toujours 5 minutes pour vous échauffer vous et votre chien ainsi que 5 minutes pour un retour au calme. Soyez attentif à votre chien durant tout le programme d’entrainement. Tant qu’il réagit bien, qu’il dort, mange bien et semble apprécié, vous pouvez augmenter la distance de 10 à 20% chaque semaine.

3. Soyez toujours à l’écoute de votre chien

« ,Mais il ne parle pas ! »

Tout juste Auguste, mais comme les humains, les chiens ont tendance à respirer davantage quand ils font de l’exercice.

On dit qu’ils halètent, et pas seulement parce qu’ils sont essoufflés, c’est aussi un moyen pour eux de contrôler leur température. Ceci étant dit, ce n’est pas particulièrement efficace comme méthode et de plus, les chiens ont moins de glandes sudoripares que nous, c’est pourquoi vous devez veiller à la « surchauffe » de votre petit compagnon.

Attention aux fortes chaleur :

Pour commencer, restez dans des plages de températures raisonnables quand vous partez courir avec votre chien : de -10 et +15°C. En dessous de -10°, dirigez-vous vers des races comme les Huskys.

Pour des températures plus élevées, assurez-vous de courir à l’ombre, par exemple dans les bois. L’été, partez tôt le matin ou tard le soir. Touchez toujours le trottoir avant de partir pour vous assurer qu’il ne brûle pas trop pour les pattes délicates de votre chien. Le béton dégage de la chaleur qui peut augmenter la température corporelle de votre animal très rapidement.

En clair, n’allez jamais courir sous un soleil de plomb, car votre chien pourrait bien prendre un coup de chaleur (sauf race exceptionnellement résistante au chaud) !

Par ailleurs, certaines races de chiens sont sujettes aux coups de soleil, pensez à passer de l’écran solaire adapté aux animaux sur le nez et les oreilles de votre animal avant la séance d’entrainement.

Offrez-lui les pauses qu’il mérite :

La plupart du temps, il aura plus d’énergie que vous, mais soyez tout de même vigilant.

Assurez-vous de prêter attention au comportement de votre chien et ajustez votre course en fonction de son état de fatigue ou son enthousiasme.

Tant pis pour votre PR si votre toutou est dans un jour sans. Il peut parfois, comme vous, manquer de repos ou s’être trop durement entrainé et vouloir un jour de repos. Ne le forcez pas à courir avec vous, n’oubliez pas que c’est un entraînement qui doit vous être mutuellement bénéfique et agréable.

Pendant le run, gardez un œil sur son attitude, si vous remarquez que votre petit pote à quatre pattes traîne derrière vous, cherche de l’ombre ou essaie de s’arrêter et de s’allonger, il est temps de ralentir et de lui accorder une pause.

Si votre chien halète de manière étrange, se montre confus, léthargique et que ses gencives et sa langue sont rouge, stoppez immédiatement et allez voir le véto, ce pourrait être les prémices d’une crise cardiaque.

S’il vous semble extrêmement fatigué le lendemain, cela signifie que vous avez probablement couru trop longtemps ou trop vite et que vous devriez baisser l’intensité !

Car tout comme vous, le chien peut souffrir de douleurs musculaires.

Comment remarquez-vous que votre ami à quatre pattes est endolori ? Il peut avoir des difficultés à se lever (comme vous le lendemain d’un leg day ou d’une sortie longue) et se montrer moins « mouvementé ». Tout comme chez les humains, les muscles endoloris chez les chiens apparaissent habituellement après 24 à 48h.

Gare à son hydratation :

Cela semble évident, mais c’est surtout vital pour vous et votre chien, et ce avant, pendant et après la course.

Laissez-lui le temps de boire un bol ou deux d’eau avant de partir courir et n’oubliez pas d’emmener avec vous de quoi le faire boire pendant la course.

Certains harnais de canicross se composent pour cela d’une poche spéciale.

Ne faites pas semblant de ne pas avoir vu son popo :

Sacs Pogi's pour Déjections Canines - 10 Rouleaux (150 Sacs) - Grands, Biodégradables, Parfumés,...
  • Biodégradable - la technologie EPI permet au sac de se dégrader en moins de 18 mois, permettant ainsi...
  • Extra Large (23 x 34 cm) et Etanche - Nos sacs pour déjections canines ont été pensés suffisamment...
  • Senteur Poudre Fraîche - L'odeur poudre fraîche vous aidera à oublier ce qui se trouve à l'intérieur...

Être à l’extérieur est le signal de votre chien pour faire caca et en tant que propriétaire de chien responsable, c’est à vous de vous en occuper.

Assurez-vous d’avoir sur vous un sac de crottes de chien ou un ramasseur de crottes de chien pour que vous puissiez ensacher et mettre à la poubelle tout ce que votre chien jette.

Si vous courez à la campagne, cela peut sembler extrême ou inutile, mais comme les excréments de chien contiennent des germes et que d’autres personnes peuvent aussi utiliser les mêmes endroits, c’est simplement une question de responsabilité sociale et de bonnes manières.

4. Un peu d’équipement pour courir avec son chien

Aussi bien dressé soit votre chien, vous devriez l’avoir en laisse quand vous courez, on n’est jamais à l’abri d’un coup de folie déclenché par un chat ou un autre animal.

Quand vous courez en forêt, passe encore, mais pour peu que vous soyez en ville, avec la circulation, impensable de ne pas être lié à votre compagnon par une quelconque laisse.

Le harnais de canicross : (quasi) obligatoire !

Vous pouvez choisir à peu près n’importe quel type de laisse, mais voici de bonnes options à considérer :

  • présence d’un porte gourde, pour rester hydraté en tout temps
  • attache via un harnais (et non un collier) pour que la sotie soit plus agréable pour le chien
  • possibilité d’avoir les mains libres (avec une sangle ventrale par exemple), pour une meilleure expérience et une meilleure forme de mouvement pour vous

Ne prenez pas une laisse de plus de 180cm, idéalement choisissez une longueur de 90cm pour garder votre chien proche de vous.

Le harnais gopro, pour le compte Insta de Médor :

Complétement gadget, ce harnais est donc indispensable ! Le fetch gopro permet de fixer sur le harnais de votre fitdog la plus célèbre des caméras d’action qui filmera votre sortie à tous les deux depuis son point de vue terre à terre.

De quoi remplir le compte Strava de votre Rantanplan et faire le plein de souvenirs communs !

Protégez ses petites patounettes :

Il n’y a pas que le facteur température à prendre en compte quand vous partez courir avec votre chien, il faut aussi considérer le sol qui se déroule sous ses pattes !

Nous avons parlé du béton, qui peut être trop chaud, mais certaines surfaces peuvent également placer un stress excessif sur les articulations et irriter les coussinets du chien.

Le gravier peut ainsi perforer leurs pattes à long terme.

Pariez plutôt sur des surfaces comme les sentiers en terre, en herbe ou encore du sable. Si possible, marquez périodiquement des pauses pour vérifier s’il y a des brûlures ou des coupures aux pattes de votre animal.

En règle général, plus le sol est rembourré, mieux c’est.

L’astuce de pro consiste bien entendu à acheter des bottines de running pour votre chien. Vous ne rêvez pas, ça existe bel et bien !

Surveillez ses dépenses énergétiques et sa position en temps réel :

WHISTLE Sifflet 3 GPS pour Animal Domestique Tracker et Moniteur d'activité
  • Répondre sifflet 3 - le meilleur tout-en-un localisation GPS Tracker d'activité et pour les chiens et...
  • Alertes proactives : Profitez d'un texte, App ou e-mail notification lorsque votre animal quitte son...
  • avancée de suivi : un suivi rapide et précis grâce à la technologie GPS, le Wi-Fi et cellulaire,...

Dans la série gadget après la caméra, je poursuis avec le tracker d’activité Whistle.

Vous avez votre fitbit ? Bon, ben Rex, lui, il a son Whistle.

Whistle est un petit tracker accompagné de son application mobile qui vous permet :

  1. de ne pas égarer votre chien puisque vous pouvez suivre sa position en temps réel (pratique si l’on court sans laisse)
  2. de suivre sa dépense énergétique au fil des entrainements (c’est un fit dog ou pas ?), pratique pour ajuster éventuellement son régime alimentaire

5. Quelle alimentation pour votre fitdog ?

En général, vous n’avez pas besoin d’ajuster le menu de votre chien si vous le sortez deux ou trois fois par semaine.

La qualité de ses repas doit être impeccable en revanche.

Il n’est pas non plus nécessaire d’augmenter la teneur en protéines, restez entre 21% et 24%. Comme toujours, la meilleure façon de le savoir est d’observer votre chien : s’il a nettement plus faim ou s’il perd du poids, vous pouvez augmenter légèrement les rations alimentaires.

On résume ?

canicross

  • toujours aller voir son véto avant d’entreprendre quoi que ce soit, chiot ou non.
  • attendre que le chien ait au moins un an, pour que son squelette et ses os soient entièrement développés.
  • s’assurer que son chient ait un minimum d’obéissance, il doit supporter la laisse de running, ne pas s’arrêter à chaque distraction (écureuil/chien croisé) en plus de répondre à de basiques ordres.
  • commencez doucement pour que votre chien puisse s’adapter, ce n’est pas parce qu’il peut courir plus vite que vous qu’il peut courir plus longtemps (tout dépend des races).
  • avant de commencer à courir, faites une marche à vive allure pour vous échauffer tout deux.
  • soyez toujours attentif à votre ami pendant le run (apprécie-t-il ? A-t-il soif ?), mais aussi avant/après (est-il excité à l’idée d’aller courir ? Mange-t-il normalement ? Dort-il normalement).
  • alternez des « running days » et des « walking days », laissez-le récupérer tout en étant actif.
  • choisissez un harnais de running plutôt qu’un collier, vous aurez plus de contrôle et votre chien appréciera de ne pas être maintenu au niveau du cou. Assurez-vous d’avoir les mains libres.
  • emmenez toujours de l’eau avec vous pour que votre chien (et vous) restiez hydratés. Souvenez-vous, les chiens ne suent pas, ils halètent.
  • offrez toujours une pause à votre chien s’il semble peiner ou haleter trop fortement (les signes d’une crise cardiaque chez le chien sont : halètement haletant, confusion, léthargie, gencives et langue rouges)
  • n’oubliez pas de prévenir les tiques (surtout si vous courez en forêt), vous allez passer du temps là dehors !

Vous voilà fin prêt pour vos entrainements ! Si vous et votre chien appréciez, vous pouvez même faire de la compétition, vous trouverez des tas de courses à faire avec votre chien.

C’est le cas par exemple de la wamiz run à paris, une course solidaire !

Sources :

lundi 17 décembre 2018|

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer