Accueil/Entrainement sportif/Sport d'hiver/Comment choisir sa planche de snowboard, taille, largeur, type…

Comment choisir sa planche de snowboard, taille, largeur, type…

  • comment choisir sa planche de snow

Il est là, il frappe à nos portes et nous, frileux, le laissons dehors…je ne parle d’un témoin de Jéhovah, mais bien de l’hiver, qui commence à pointer doucement, mais sûrement, le bout de son museau.

Qui dit hiver dit sport d’hiver chez les riches plus chanceux d’entres nous, et tant mieux, c’est votre cas !

Et cette année, le chamois d’or que vous êtes à décidé que les skis iraient aux oubliettes, 2018 marquera pour vous une nouvelle quête, celle d’inscrire snowboard sur votre liste des choses faites.

Formidable, mais le hic, c’est que vous n’y connaissez rien, que dalle, walou ! Pas de panique, nous vous avons concocté ce petit guide pour aider tous les fans de snow à bien choisir leurs planches.

Mais pour commencer, à quoi ressemble une telle planche ?

Anatomie d’une planche de snow

planche de snowboard

  1. Spatule ou « Nose » : partie relevée à l’avant de la planche
  2. Talon ou « Tail » : partie relevée arrière
  3. Centre de la planche ou noyau
  4. Fixations qui se placent dans les « inserts »
  5. La semelle, partie en polyéthylène qui se trouve sous le snowboard.
  6. La carre, la partie métallique qui se trouve sur les bords de la semelle, permet à la planche d’accrocher sur la neige
  7. Le stance, espacement entre les fixations
  8. Wide : largeur de la planche

Maintenant que nous sommes familiarisés avec le matériel, j’aimerais attirer votre attention sur le fait que vous n’êtes pas obligé d’acheter une planche.

En effet, vous pouvez très bien fabriquer la vôtre, il vous suffit pour cela d’avoir décroché un Bachelor en Menuiserie et de posséder un peu de matos chez vous, trop fois rien, simplement quelques presses et autres machines spécifiques.

Il vous faudra sans aucun doute aussi vous armer de patience, quelques années devraient suffire. Vous l’aurez compris, la fabrication d’une planche est bien complexe, mais néanmoins fascinante, je vous laisse donc avec ces quelques images et vous retrouve juste après.

Voyons maintenant si vous le voulez bien (même si vous ne le souhaitez pas d’ailleurs), quelques éléments fondamentaux de la planche, à commencer par sa forme bien spécifique.

Pourquoi les planches n’ont pas toutes la même forme ?

Tout comme les planches de surf, les planches de snow ne sont pas toutes de forme unique, il en existe des variétés bien différentes, et ce afin de répondre à tous les types d’utilisation imaginables.

Planches directionnelles

planches directionnelles

Les planches dites directionnelles sont asymétriques, elles ont la spatule (avant de la planche je vous le rappelle) plus longue et plus pointue. Cela les rend plus aptes à aller de l’avant.

Ses fixations sont plus en retrait par rapport au milieu de la board (on dit alors que le setback est à x mm en fonction du recul par rapport au centre de la planche).

Ces planches se faufileront parfaitement sur la piste et à travers la poudreuse, l’arrière s’enfonçant naturellement dans la neige tandis que l’avant « flotte ». Les planches directionnelles possèdent une bonne accroche en courbe ainsi qu’à grande vitesse et une bonne conduite en virage pour couronner le tout.

Des modèles spécifiques aux poudreuses sont souvent équipés d’une « swallow tail » (queue d’hirondelle) pour accentuer cet effet.

True Twin Tip, de vraies jumelles

planches true twins

Les planches ‘True Twin’ sont exactement les mêmes à chaque extrémité. Le nose et le tail sont symétriques en termes de forme, le stance (écart entre les fixations) est parfaitement centré et le flex est le même dans les deux sens, ce qui apporte une grande stabilité et un ride de type fluide.

Comme vous pouvez l’imaginer, cela signifie que les « True Twins » vont aussi bien en avant qu’en arrière, elles sont donc parfaites pour envoyer des figures qui nécessitent un décollage ou un changement de direction à l’atterrissage.

Twin Directionnelle

twin directionnelle

Une planche ‘Twin directionnelle’ a la même forme au niveau de la spatule que du talon, mais son stance est légèrement décalée et/ou le flex n’est pas symétrique (habituellement plus rigide au niveau du tail).

Ce shape se ride avec un setback identique à une planche directionnelle (fixations légèrement vers l’arrière).

Un tel design se retrouve typiquement dans les snowboards dits « all mountain« , qui sont principalement utilisés pour aller vers l’avant (sur piste ou poudreuse), mais peuvent également être utilisés pour effectuer quelques tricks sur rails et des sauts.

Bref, les planches twins offrent le meilleur des deux mondes, ce qui en fait peut-être la forme la plus populaire sur le marché !

Le flex de la planche

flex du snowCe paramètre désigne la capacité qu’à le snowboard et ses fixations à se déformer.

Il y a 3 grands types de flex : soft, médium et rigide, chacun présentant des avantages et des inconvénients que nous détaillerons plus loin.

Le flex est représenté par une échelle allant de 1 à 10, 1 étant très souple et 10 très rigide.

La cambre de la planche

Jusqu’ à il y a encore quelques années, on pouvait poser des centaines de planches sur la neige, regarder sur le côté et ne constater aucune différence…jusqu’au moment où le la cambre a été introduite. Avant cela, disons que le snowboard était plein d’expérimentations et de conceptions pour le moins…farfelues.

Puis vînt 2007, année durant laquelle Lib Tech a lancé le « Skate Banana » et K2 son « Gyrator ».

L’introduction de ces cambres inversées (que l’on appelle ‘rocker’) on clairement étaient des « game changer » dans l’insudtrie de la planche de snow.

Quelle est la différence entre une planche avec une cambre classique (camber) et une planche inversée, et en quoi cela affecte-t-il votre façon de rider ?

Cambre « classique »

board classique

Lorsque vous regardez les planches cambrées, il y a quatre points de contact avec la neige, près de la spatule et du talon et il y a présence d’une voûte au centre entre les fixations.

Il présente l’avantage d’être très stable sur tout type de piste et de neige.

Quel impact ?

Les planches cambrées offrent une plus grande pression sur les points de contact, ce qui permet à une plus grande partie du bord effectif de toucher la neige et offre donc une excellente adhérence tout au long des virages.

Deuxièmement, on note une augmentation de la puissance en Ollie. Puisque la planche est sous tension quand vous vous apprêtez à faire décoller le tail, elle n’a qu’une envie, se rétracter à l’image d’un ressort contracté que l’on relâche.
C’est peut-être une technologie plus ancienne, mais ce cambre reste le favori des riders puissants à la recherche d’une réactivité maximale.

Cambre inversé/ Rocker

board rocker

Ces planches se courbent au niveau du tail et du nose, présentant ainsi une forme de banane. L’angle de la cambre varie d’une marque à l’autre.

Quel impact ?

Cette cambre permet une conduite plus souple et ludique. Côté négatif, la planche ne sera pas aussi rapide et n’accrochera pas autant qu’une cambre positive. Les jibbers auront ainsi tendance à privilégier ce type de planche.

Cambre plate/ Flat

planche plate

Ces planches sont complètement à plat sur la neige, à l’exception d’un léger virage vers le haut au nez et à la queue.

Quel impact ?

Cela vous permet de rester en contact permanent avec la neige. Comme votre poids est plus uniformément réparti le long de la board, la tenue est parfaite et le contrôle impeccable, même à grande vitesse.

En revanche, ces planches peuvent manquer un peu de réactivité et de puissance en Ollie.

Cambre hybride/multiple

hybride

Les profils hybrides combinent différentes cambres dans le but de créer quelque chose de polyvalent, une sorte de compromis. Si vous regardez bien, la planche semble ondulée.

Quel impact ?

Il faut savoir qu’il y a plusieurs types d’hybrides selon les cambres que l’on croise, on peut donc trouver du Gullwing et du Camrock, mais il existe un tas de possibilités.

Le Gullwing est une cambre inversée sous les pieds, mais classique au niveau du patin. En résulte la maniabilité du cambre inversé et la nervosité du cambre classique.

Le Camrock quant à lui est cambré au niveau du patin et inversé sur les spatules.

Bien que ces cambres affichent les avantages de plusieurs profils, les performances ne valent pas toujours celles des cambres prises à part.

4 questions à vous poser pour bien choisir votre planche

Enfin, on y est, maintenant que vous en savez plus sur la board de snow et ses spécificités, on peut entrer dans le vif du sujet et se diriger vers un choix de planche, car vos vacances approchent, et que vous n’avez toujours rien sous la main (non, votre planche à repasser ne fera pas le job sur les pistes).

1) C’est quoi votre usage ?

all mountaina ce stade, vous n’en avez probablement aucune idée, surtout si vous débutez, mais essayez d’y penser, car une fois que vous aurez déterminé votre profil, il sera plus facile de trouver la planche idéale.

Pour vous y aider, commencez par vous demander combien de fois allez-vous rider pendant la saison et quel genre de snowboard vous voulez pratiquer ?

Est-ce que vous allez faire du « All Mountain », « Du Freestyle », du « All mountain freestyle » ? Notez qu’il existe d’autres styles, mais puisque ce guide a plutôt vocation à aiguiller les débutants, nous allons nous en tenir à ces styles-là.

Le type de snow que vous allez pratiquer est essentiel pour le choix de la planche. Grosso modo c’est très simple, il existe deux usages majoritaires avec un snow, « freestyle » et « All mountain »

Si vous voulez aller rider dans les snowparks, faire des sauts, des rotations, etc., dirigez-vous plutôt sur une board freestyle, généralement plus courte et plus maniable aussi. La plupart du temps, elles ont une forme « True Twins » pour vous permettre de rider dans les deux sens.

Si en revanche votre dada, c’est plutôt de dévaler les pistes en faisant de beaux virages et en carvant (effectuer un virage coupé sans déraper), du All Mountain donc, vous allez plus vous diriger vers une board directionnelle, dont la spatule est plus large que le talon.

Les planches all-mountain sont généralement un excellent choix pour tous snowboardeurs, car très polyvalentes. S’il s’agit de votre première planche de snow et que vous n’êtes pas bien sûr de ce que vous voulez, cette board ne vous décevra pas.

Êtes-vous Goofy ou Regular ?

Si vous ne comprenez pas cette question, imaginez que je vous pousse dans le dos, lequel de vos pieds vous rattraperait en premier ?

Si c’est le droit, vous êtes Goofy, et c’est votre pied droit qui sera à l’avant de votre planche. Dans le cas inverse, vous êtes regular.

Quelle est votre expérience, votre niveau ?

La deuxième chose à vous demander, c’est quel est votre niveau. On distingue généralement 3 niveaux :

Débutant : vous descendez en virages dérapés les pistes vertes à rouges, vous allez avoir besoin d’une board souple.

On ne veut généralement pas débuter avec des planches trop rigides, car elles ont tendance à se montrer difficiles à contrôler, surtout si on ne va pas vite. Une analogie serait de s’imaginer apprendre à conduire sur une Ferrari…un peu nerveux comme première voiture.

Quelque chose de plus soft sera mieux, offrira plus de tolérance et sera plus ludique. Les limites d’une planche trop flexible peuvent survenir lorsque vous aurez atteint un niveau où vous serez plus agressif sur vos carving ou lorsque vous appréhenderez de plus gros sauts.

Outre ces situations un peu extrêmes où les planches soft ne seront pas les meilleures (là ou des planches médiums en termes de flexibilité répondront mieux), vous allez prendre beaucoup de plaisir.

Confirmés :

vous faites des virages coupés (vous carvez, contrairement au dérapage, on accélère durant toute la courbe) et savez switcher (aller en arrière), et ce sur toutes les pistes de ski (carving : ), BRAVO ! Vous êtes même capable de vous permettre des sauts en 180 coquinou ! Pour vous, c’est direction board médium en termes de flex.

Avancé :

snow like a provous êtes le king de la piste et quand vous ridez, tout le monde n’a d’yeux que pour vous.

Vous dévalez les terrains avec élégance, quelle que soit la neige et même s’il n’y en a pas ! Vous gérez parfaitement vitesse et trajectoire, les grabs (attraper la planche avec la main en plein vol) n’ont aucun secret pour vous.

Tout le monde vous respecte, vous avez une station de ski à votre nom, le tire-fesses, très peu pour vous, on vous remonte en hélicoptère…Pour vous, c’est la planche rigide qu’il vous faut !

2) Quel budget ?

Si vous êtes nouveau dans le « Snow Game », vous n’allez sans doute pas mettre des milles et des cents dans une planche, cela va de soi. Une entrée de gamme entre 250 et 400€ vous procurera déjà énormément de plaisir.

Vous n’aurez pas les options premium d’une planche haut de gamme, mais honnêtement, vous ne le remarquerez même pas !

De toute manière, les planches les plus chères ne sont pas toujours meilleures. Les planches haut de gamme sont souvent pleines de matériaux coûteux comme le carbone pour une rigidité accrue, ce qui peut se révéler être moins amusant quand on commence à apprendre des choses.

Autre chose, je sais que vous voulez avoir un swag absolu, mais essayez de ne pas vous laisser distraire par le graphisme sur la planche, cette planche Hello Kitty n’affectera pas vos performances !

Si vous êtes d’un niveau intermédiaire voir avancé, vous pouvez considérer l’achat de planches un peu plus haut de gamme avec quelques particularités (coûteuses).

options supplémentaires

Qu’est ce que j’entends par la ?

  • découpe latérale asymétrique
  • points de contact supplémentaires
  • construction en fibres de carbone

Ces petits ajustements changent énormément la manière dont votre snow se comporte (en plus du prix de la douloureuse), ce sont là des choses que seuls les plus expérimentés noteront toutefois.

3) Quelle taille ?

Prendre la bonne longueur de planche, c’est considérer les 3 facteurs suivants, style de ride, taille et poids.

Avec un type de planche classique comme du « all mountain », la planche une fois debout devant vous ne doit pas recouvrir votre visage. De même, le haut de la planche ne doit pas non plus vous arriver en dessous des pectoraux. Généralement, si la planche vous arrive au niveau du menton, vous êtes pas mal !

Si vous êtes plutôt du genre jibber (pratique du snowboard freestyle consistant à glisser sur tous types de modules autres que la neige : rails, troncs d’arbre, caisse en plastique, voiture, belle mère, etc..), alors sachez que généralement les planches de Jib sont de tailles plus petites (152-155cm), ce dans le but d’en réduire le poids et de permettre de balancer des tricks plus aisément !

Les planches spécifiques à la poudreuse ont quant à elles des formes bien spéciales avec un nez conique inhabituel, ce qui rend dès lors très difficile l’application d’une quelconque formule poids/hauteur. Si vous cherchez à acheter une telle planche, très spécifique, il est préférable de demander conseil à votre magasin de snowboard local ou regardez bien le guide des tailles du fabricant en question.

Bon, la règle pour une première planche, c’est d’avoir quelque chose qui vous arrive environ au menton. Notez que si vous êtes costaud/charnu/bien dodu, vous pouvez rajouter quelques centimètres de hauteur pour que la planche vous arrive au nez. C’est une règle approximative, vous trouverez sur chaque site de fabricant ou de vendeurs de snow des tableaux qui vous indiqueront la taille idéale de planche en fonction de votre gabarit.

4) Avez-vous besoin d’une planche large ?

Les planches plus larges (plus de 25 centimètres) peuvent être difficiles à tourner, alors assurez-vous de n’en prendre qu’en cas de besoin.

Si vous avez de grands pieds et que vous chaussez plus de 45, vous devrez avoir recours à des planches larges sans quoi vous courez le phénomène de « drag toe », qui survient lorsque votre botte dépasse trop et attrape la neige pendant que vous carvez.

Dernière chose, une fois votre snowboard acheté, n’oubliez pas d’en prendre soin et de le « waxer », pour cela, je vous laisse prendre note avec Julia…

Voilà, vous avez désormais toutes les cartes en mains pour choisir la planche qui vous accompagnera cet hiver sur les pistes que vous enflammerez comme vous avez enflammé les pistes de dance cet été !

Sources des illustrations : L’excellent whitelines.com

Comment choisir sa planche de snowboard, taille, largeur, type…
5 (100%) 1 vote

jeudi 9 novembre 2017|

Laisser un commentaire

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
WhatsApp

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer