Accueil/Entrainement sportif/Course à pied/Equipement running/Comment choisir ses chaussures de trail (et ne pas regretter) ?

Comment choisir ses chaussures de trail (et ne pas regretter) ?

  • choisir ses chaussures de trail

Vous vous comptez (enfin) passer de la route aux chemins sinueux ? Vous avez cru comprendre qu’il serait bon d’investir dans des chaussures un peu différentes de vos fidèles runnings (et lâcher de nouveau un p’tit billet de 100 pour votre plus grand plaisir) ? Vous ne savez pas du tout quoi choisir devant le nombre incalculable de paires sur le marché ?

Vous êtes au bon endroit, voyons quel est votre profil de coureur, et quelle est LA paire de chaussures trail qu’il vous faut. Après notre guide des meilleures chaussures de running, voici celui des meilleures chaussures de trail.

Des chaussures de trail, « et pour quoi faire » !?

Les chemins de trail ne sont pas aussi accueillants que les sympathiques routes « bitumées » que vous avez l’habitude d'emprunter, il est donc logique de ne pas s’y aventurer avec le même type de chaussures aux pieds, non ?

Pas convaincu ? Bon, rentrons un peu dans les détails.

Les chaussures de trail offrent tout d’abord des crampons bien plus profonds ainsi qu’une structure plus « agressive », ce afin de vous procurer une meilleure adhérence quel que soit le terrain. Vous vous êtes sans doute rendu compte que sur ce genre de course, vous avez besoin de stabilité et de performance avant tout.

N’oublions pas qu’en trail, on va se frotter aux cailloux et autres obstacles de dame nature, et qu’un moment de manque de vigilance peut se solder par un coup de pied dans une racine solidement ancrée, imaginez que vous ayez vos traditionnelles running…c’est un peu une situation doigt de pied VS coin de canapé…

Vous devez donc être protégé, et les baskets trail offrent un meilleur niveau de protection avec avec notamment des semelles plus rigides (plus résistantes) et ce qu’on appelle des pare pierre (sorte de pare choc pour les petons) pour protéger orteils et pieds des différents débris.

Vos chaussures de running traditionnelles n’offrent quant à elles pas assez d’adhérence ou de soutien pour s’attaquer à des terrains plus difficiles, ce qui augmente le risque de blessures.

Enfin, on parle beaucoup du critère « drop » quand il est question de trail. Le drop est grosso modo le Delta entre l’avant du pied et le talon sur une chaussure, il peut être plus ou moins haut.

Dans le cas de chaussures minimalistes, le drop n’existe pas. Les chaussures de trail ont tendance à présenter un drop plus bas, afin de vous aider à réagir plus rapidement aux changements de terrain, ce qui vous donne plus de stabilité. Nous reviendrons plus en détail sur ce point.

new balance

« Petit » Drop « Hoka » LM

Comment choisir sa paire de chaussures de trail ?

Allez, je tue d'emblée le suspens : il n’existe pas en trail de modèle parfait pour tous les cas de figure, j’en suis désolé. L’idéal serait d’avoir une paire pour chaque terrain et une paire (voire deux) pour chaque course. Bon, ça, c’est dans le meilleur des mondes, dans la vraie vie on a déjà du mal à sortir un gros billet vert pour se procurer une paire…alors plusieurs…

Pas de panique, on va identifier le type de paire qu’il vous faut !

1) Comment vous sentez vous dedans ?

new balanceCela doit rester le critère numéro uno de choix ! Comment vous sentez-vous dans la paire que vous êtes en train d’essayer ? Vous l’avez compris, cela exclut complètement de se commander une paire de baskets sur « les internets » à l’aveuglette.

Vous devez vous rendre dans votre magasin local et spécialisé pour faire des essayages et des tests, et si possible bénéficier des conseils avisés de vendeurs qui font eux aussi du trail. Voyez si votre magasin local organise des testings avec des marques, et assurez-vous aussi qu’il dispose par exemple d’un tapis de course pour faire un essai et recueillir les sensations en plus d’analyser votre type de foulée.

Une fois seulement que vous avez bien fait vos devoirs, vous pouvez remercier chaudement le vendeur, lui claquer une bise et allez commander la paire que vous avez en tête moins chère sur internet…pas très fair-play je vous l’accorde.

Revenons aux sensations, qui doivent être le critère à prendre en considération. Peu importe que vous ayez lu partout que la meilleure chaussure de trail était la « Nike Monku » ou tout autre modèle à la mode, une bonne chaussure est une chaussure qui s’adapte à votre pied et sa morphologie, point.

Les Anglos disent que la chaussure « fit ».

Pour qu’une chaussure « fit » parfaitement, il faut aller au-delà de la pointure et la largeur de pied. Les petons sont biomécaniquement complexes et l’ajustement parfait tiendra également compte de facteurs tels que la forme et la longueur de la voûte plantaire, le volume du pied et plus encore.

meilleure chaussure de trail

En trail plus qu’en Running, si vos chaussures ne « fit » pas, vous allez passer un sale quart d’heure…ne négligez jamais la phase « essayage » au dépend d’une promo « immanquable » sur Internet

Autre chose : ne présumez pas que vous connaissez la pointure de vos chaussures : d’une part, vos pieds changent avec l’âge, d’autre part, vous devez tenir compte du fait que vos pieds enflent pendant que vous courez. Enfin, chaque marque chausse différemment, différence que l’on peut également retrouver d’un modèle à l’autre d’une même marque.

Oubliez donc la pointure, vous voulez trouver des chaussures qui vous offrent suffisamment de place au niveau des orteils. On conseille généralement pour avoir de la place devant de prendre 1/2 taille de plus en trail qu’en route.

Vous l’avez compris, vous devez trouver une chaussure qui épouse au plus près la forme de vos pieds, et rien de tel qu’un spécialiste de la chaussure pour évaluer la taille et la forme de vos pieds et vous conseiller sur la façon dont les différentes marques s’adaptent.

D’où l’importance de trouver un bon magasin spécialisé proche de chez vous.

Dernier conseil, quand vous vous y rendrez, allez-y le plus tard possible dans la journée parce que vos pieds sont un peu enflés et ainsi vous assurer de choisir des chaussures assez grandes pour « fiter » correctement.

Si nécessaire, passez d’abord chez un podologue, surtout si vous souffre de problèmes de pieds comme des oignons, des orteils en marteau, une fasciite plantaire ou autre. Ce professionnel sera en mesure de vous concevoir des semelles orthopédiques parfaitement adaptées qui vous aideront à corriger bien plus efficacement des problèmes posturaux que n’importe laquelle chaussure de trail prétendue « pronatrice » ou « supinatrice ».

D’autant que pour le coup, le podologue saura mieux que n’importe quel vendeur dresser le diagnostic de la morphologie de votre pied, pour peu qu’il soit spécialisé dans le domaine du sport (voir de la course à pied), ses conseils seront précieux pour le choix de vos futures baskets.

2) Sur quel type de terrain allez-vous « jouer » ?

Même si globalement, on cherche une bonne semelle qui accroche pour éviter les risques de glissades, on va tout de même anticiper le type de terrain du mieux possible. Si vous préparez une course, assurez-vous de bien savoir à quoi vous attendre en termes de reliefs en plus d’avoir une bonne idée de la distance et de la performance visée.

Ainsi, on peut se dire que :

  • plus le terrain est gras et souple, plus il est utile de choisir une semelle aux crampons profonds
  • pour un terrain rocailleux et boueux, des crampons espacés évacueront plus facilement la terre tout en gardant leur efficacité, on cherche de gros chevrons au niveau de la semelle pour une grosse accroche (note : des crampons plus resserrés offriront une meilleure longévité)
  • plus la sortie va être longue et le terrain dur (nombreuses descentes par exemple) plus on va privilégier une chaussure avec un amorti optimal (les différences de dénivelés accentuent les impacts sur le squelette et les muscles)
  • la difficulté du terrain va vous indiquer votre niveau de renfort, notamment la qualité du parrepierre ( à noter que plus un parrepierre est gros plus il ajoute de poids sur la chaussure)

3) Quel drop ?

drop chaussure trail

Considérez le drop comme la différence de hauteur entre l’avant et l’arrière de la chaussure. Le drop est finalement directement lié à l’inclinaison du pied dans la chaussure (ces dames en talons hauts ont un drop maximal. Le drop se mesure en millimètres et va de 0 à 12mm généralement.

On distingue 4 grands types de drops :

  • Barefoot running [drop nul] : cette tendance ne vous a sans doute pas échappée, l’argument commercial est que ces chaussures rapprochent le pied de sa forme naturelle biomécanique et offre une meilleure perception du terrain (exemple : fivefingers ou altra running).
  • Drop minimal [0 à 4mm] : une bonne option pour les coureurs qui veulent une meilleure sensation sur la piste, mais qui ne sont pas à l’aise avec un drop intermédiaire. Le drop y est généralement de 0 à 4mm.
  • Intermédiaire [4 à 8mm] : drops traditionnels, qui permet de courir confortablement sur des sentiers enracinés et rocailleux, drop entre 4 et 8mm.
  • Drop maximal [8 à 12mm] : les adeptes disent que ces modèles sont moins contraignant pour les articulations et réduisent la fatigue sur les courses de longue distance. (exemple : hoka one one).

Bon à savoir : moins on a de drop, plus on est incité à courir sur l’avant du pied.

Cependant, le drop ne fait pas tout, si un gros drop peut s’avérer bon pour progresser en théorie (car il force à atterrir médio ou avant pied, bien que cette utopie de foulée soit de plus en plus discutée), on va avoir tendance à vouloir diminuer ce drop au fil de la progression, car il est plus facile de courir en descente au milieu du pied sans avoir l’impression d’être en train de pousser vers l’avant.

Notez d’ailleurs que les chaussures de perf’ de pro n’ont pas du tout de drop et sont légères au possible.

Ne pas confondre drop et amorti

Certaines chaussures n’ont pas beaucoup d’amortis, mais un drop élevé qui oblige à courir sur l’avant du pied. À l’inverse, il existe des chaussures qui n’ont pas beaucoup de drop, mais un très bon amorti qui permette d’écraser le talon.

On peut, en tant que débutant, faire le choix de commencer par un drop assez faible pour prendre de bonnes habitudes, mais attention à bien-être à l’écoute de son corps ! En effet, quand on court sur l’avant du pied et qu’on n’a pas l’habitude, gare aux mollets ! Ce mouvement répétitif peut avoir tendance à tirer sur le talon d’Achille…

En tant que débutant, vous pouvez aussi essayer, pourquoi pas, une paire de Hoka (marque réputée pour son confort et ses gros drops), mais peut être qu’il y aurait plus a gagner à partir sur une chaussure un peu plus light qui va éduquer le pied : une basket légère et dynamique.

Là encore, on en revient au confort et aux préférences de chacun !

En général, on conseillera de garder le même drop d’une paire de basket à l’autre, ce afin d’éviter d’interférer avec la biomécanique du corps. Cependant, si vous envisagez de passer à des chaussures au drop minimaliste, allez-y doucement. Prévoyez quelques mois de transition et attendez-vous à ressentir un certain inconfort les premiers temps.

Présentation des grandes familles de chaussures de trail et leurs utilisations

Si le trail se développe sans cesse, tout le monde ne l’aborde pas de la même manière, si bien qu’il y a plusieurs manières de le pratiquer, que vous soyez en transition depuis le running « classique » ou en route vers l’ultra, nous allons aborder les cas de figure majeurs.

trail running

Vous n’allez pas avoir besoin de la même paire si vous allez vous détendre sur des sentiers de forêts ou sur les cimes montagneuses

1) Les chaussures « Road to Trail » : pour les citadins qui veulent aller en forêt de temps en temps

Vous voulez « juste » arpenter les chemins de forêts pour vous évader du ron-ron de la ville ?

Parfait, vous n’allez pas rechercher une grosse traction, vous allez plutôt vouloir un mix idéal pour alterner entre course sur surface dure et course sur surface un peu plus molle/meuble.

Les critères recherchés :

  • chaussure avec un bon amorti avant/arrière, mais pas trop de dynamisme
  • un mix entre trail et bitume, idéal pour une transition aux trails
  • des hybrides pour découvrir le trail tout en gardant un bon confort
  • un modèle un peu plus lourd et épais que des runnings « classiques » pour la protection (voir une semelle légèrement crantée)

Vous ne voulez donc pas de crans très profonds, simplement une semelle plate sympa comme celles de la Salomon Xcream 3D. Ce modèle sera parfait pour les gens qui vivent en ville, qui font un peu de trail mais passent la plupart de leur temps sur les routes.

Autres modèles de chaussures envisageables :

  • Muzino Kien 3
  • Lasportiva Akasha
  • Brooks Adrenaline 13

2) Les All Tracks : des baskets tout-terrain pour ceux qui veulent arpenter des chemins un peu plus techniques

Vous êtes un traileur avec une petite expérience, et vous voulez vous amuser sur tout type de terrain.

Vous êtes le genre de gars (ou de fille) qui va bénéficier d’un modèle comme les Salomon Speed Cross 4 qui offrent une excellente traction, idéale pour les terrains « mou-mou ».

Sur route en revanche, elles ne seront pas terribles, et elles n’ont pas un support extraordinaire, donc si vous voulez parcourir de longues distances, ce ne sont pas celles que vous voudrez, car votre voûte plantaire va avoir tendance à s’effondrer et vous faire souffrir.

Mais pour du run technique, ça reste une très bonne option.

Les critères recherchés :

  • une excellente polyvalence pour aborder les terrains secs, humides, meubles, solides, montagneux, ultra trail
  • un amorti digne de confiance pour conserver une grande stabilité et une endurance a toute épreuve

Autres modèles de chaussures envisageables :

  • Brooks Caldera
  • Raidlight Ultra max
  • Kalenji XT6 kiprun (excellent choix, et peu cher !)

3) Les Mountains Trail : pour le coureur déjà expérimenté

Vous avez déjà une bonne expérience et avez assassiné quelques paires de godasses ! Votre technique est solide, tout comme le sont vos pieds.

Vous allez maintenant rechercher quelque chose qui vous fasse aller de l’avant et qui soit fiable pour les moyennes/longues distances, en vous procurant confort et maintien sans vous freiner.

Dans ce cas, les Lasportiva Bushido semblent toutes indiquées pour durer. Légères avec une bonne traction, elles procurent une bonne protection sous l’avant du pied, donc si vous courez pendant de longues distances sur vos orteils, vous allez vous sentir à l’aise.

Les critères recherchés :

  • des chaussures dédiées à la montagne donc plus robustes pour protéger les pieds des cailloux
  • des baskets rigides, mais avec une semelle crantée pour une bonne accroche et un bon amorti pour un certain confort dans les chemins les plus difficiles
  • des chaussures techniques qui assurent en cas de dénivelé très important, de dévers ou encore de pierriers, et ce sur toutes les distances

Autres modèles de chaussures envisageables :

  • Brooks Cascadia 12
  • Hoka Speedgoat
  • Lasportiva Ultra Raptor

4) Les « Race » : pour ceux qui veulent vraiment, vraiment faire de la longue distance

Vous allez vous frotter à des terrains de jeu très durs, vous avez tendance à fatiguer « un peu vite » et vous avez besoin de chaussures qui vont réellement vous offrir une bonne protection et un bon maintien.

Dans ce cas, les Salomon Wings Pro semblent parfaites. Dotées d’une mousse rigide au niveau de la voûte plantaire, vous allez bénéficier d’un max de support. Le contour de la chaussure va maintenir le pied dans de bonnes positions et ce support est primordial quand on commence à fatiguer pour maintenir une bonne forme de running.

Les critères recherchés :

  • des chaussures très légères et dynamiques pour tout compétiteur à la recherche de perf’
  • un bon équilibre, une grosse accroche

Notes : ce type de chaussures est plutôt destiné aux traileurs avisés en quête de performances. Des chaussures de hautes performances, signifie qu’il faut vraiment performer pour en tirer tous les bénéfices, avis aux amateurs…

On parle de distances allant de 100 à 200km.

Et quand bien même certains modèles sont conçus pour ces courses très longues, il ne faut pas se leurrer, la chaussure va se fatiguer pendant la course, c’est le prix à payer pour la légèreté. C’est pourquoi il est toujours bon de prévoir deux paires pour de meilleures sensations et aborder les changements de terrains, si changement il y a. Généralement on prendra une paire un peu plus lourde pour la première moitié et on privilégiera la seconde paire, plus légère pour finir.

Autres modèles de chaussures envisageables :

  • Saucony Perigine 7
  • Salomon S Lab Sense 6g

Les derniers conseils pour la route

On résume tout ce qu’on a vu avec 10 conseils à emporter avec vous sur la route :

  • vous pouvez ou non opter pour la technologie Goretex, qui empêche l’eau de rentrer dans la chaussure, problème, la techno empêche aussi l’eau de sortir…mieux vaut certainement une mesh respirante qui fera que vos chaussures sécheront vite
  • mieux vaut prendre des chaussures à « foulée universelle » et y ajouter des semelles correctrices orthopédiques (qui renforceront la stabilité), que des chaussures de trail prétendues « supination » ou « pronation » qui n’apportent généralement que de petites corrections
  • si drop est synonyme de confort, mieux vaut toutefois en prendre un qui soit un peu moindre et travailler sa technique (un excès de drop aurait tendance à favoriser la fameuse attaque talon, qui peut générer des chocs articulaires, c’est sujet à débat chez les runners)
  • mieux vaut ne pas changer de drop trop brutalement pour ne pas risquer la blessure
  • mieux vaut des chaussures moches, mais confortables, avis aux fashionistas qui boudent les Hokas
  • mieux vaut toujours se rendre en magasin spécialisé pour tester différentes paires, et ensuite commander sur internet si c’est moins cher
  • mieux vaut ne pas hésiter à prendre deux paires (si possible différentes, pour que le corps ne s’habitue pas et n’accentuent pas les défauts) pour varier selon le terrain, humide, sec, long, court, etc..
  • mieux vaut toujours avoir de la place au niveau des orteils, on recommande généralement de prendre 1/2 taille de plus en trail qu’en route
  • toujours tester et se faire sa propre expérience
  • toujours prendre en compte son gabarit et son niveau de performance (un type qui fait 90kg, mais qui fait 2h30 sur un marathon n’est pas obligé de se diriger vers une chaussure « poids lourd », de même que deux filles de 50kg avec des objectifs de perf’ différentes ne vont pas avoir besoin de la même chaussure)

Bon, et vous, c’est quoi vos tops-conseils ?

Comment choisir ses chaussures de trail (et ne pas regretter) ?
5 (100%) 4 votes

mercredi 18 avril 2018|

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer