Accueil/Entrainement sportif/Sport Original/Le guide pour débuter en Bâton Sauteur (Pogo Sticking)

Le guide pour débuter en Bâton Sauteur (Pogo Sticking)

  • bâton sauteur

Aujourd’hui on sort un peu (voir complètement) des chemins battus du sport traditionnel pour aborder d’un « sport original« , car aujourd’hui, on parle « pogo stick » !

Appelé « bâton sauteur » par chez nous (beaucoup moins classe admettons-le), ce dernier n’a rien de nouveau, vous l’avez sans l’ombre d’un doute déjà aperçu dans les mains des enfants.

Là où il semble y avoir du nouveau, c’est que de plus en plus d’adultes ont tendance à squatter ce jouet, pour en récolter les bienfaits ludiques et santé.

Quelques bonnes sensations, de la rigolade, des calories qui s’envolent sans même voir le temps passer, voici ce que vous promet le « pogo sticking » !

1) C’est quoi le Pogo Stiking ?

Rien de neuf sous le soleil, et pour cause, les bâtons sauteurs existent depuis près de 100 ans, même votre grand-mère peut vous en causer !

Mais comme toute bonne chose, le pogo sticking est une mode qui revient en force, car on a beau se creuser, c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures confitures, mamie confirmera.

C’est ce qu’on appelle un véritable retour de bâton si je puis me permettre, et il est tel qu’on le voit à toutes les sauces chez les ricains, jusque dans les salles fitness…

L’industrie fitness n’est jamais la dernière pour nous gratifier de trouvailles hilares…en témoigne cette vidéo de pogo fitness à la sauce HIIT, c’est un peu la fête du slip…

Bon clairement, je ne pense pas que l’ajout du bâton sauteur à quelconque programme d’entrainement soit une bonne chose, mais je peux me tromper.

En revanche, il n’en demeure pas moins que notre bâtonnet offre une manière intéressante et ludique de se dépenser, surtout pour les personnes qui ont conservé intacte leur âme d’enfant et pour qui le sport donne de l’urticaire.

Qui l’ inventé ? (Un indice, pas les suisses)

Je pense que l’on peut dire que l’ancêtre des bâtons sauteurs n’est autre que les échasses à ressorts, brevetées et inventées sous la houle de George H. Herrington en 1891 au Kansas.

Selon un article paru en 1990 dans « The Times Herald Record » intitulé « Fads Come, Go, But Pogo Sticks« , le premier « pogo stick » serait de fabrication américaine et conçu par George Hansburg, fabricant de jouets et de meubles pour bébé dans l’Illinois.

Son bâton breveté en 1919 était alors en métal et à ressort, il finit par atteindre l’apogée de sa popularité dans les années 1920 (eh oui, y’avait pas facebook ads à l’époque les enfants).

Bien que la conception de base soit restée la même pendant des décennies, il existe maintenant différents modèles, tailles et mécanismes d’action. Actuellement, le bâton sauteur le plus connu et le plus prisé est sans doute le Vurtego V4 ou encore le TK8, à retrouver sur ce site.

En revanche pour ce qui est du nom, Max Pohlig et Ernst Gottschall, deux inventeurs allemands, semblent avoir largement contribué en brevetant eux aussi en 1920 à Hanovre l’élément le plus proche du « bâton pogo » moderne. Regardez de plus près, en prenant les deux premières lettres de chaque nom de famille, vous obtiendrez le terme POGO.

Stupéfaction !

Alors qui est vraiment l’inventeur officiel ? J’ai envie de dire qu’on s’en moque un peu, à vous de juger.

Je sais bien que vous êtes avides de chiffres, alors en voici avec deux records auxquels vous pourrez vous attaquez si vous avez du temps à perdre le cœur vous en dit. En 1997, à New York, Ashrita Furman a sauté pendant 12 h 21, sur 37,18 km, c’est le record de la plus grande distance parcourue, bravo, Ashrita, ta famille est fière de toi. Pour ce qui est du saut le plus haut sur un bâton sauteur selon le Guinness, il appartient à Biff Hutchiso avec un saut de 3.35m en octobre 2016 à son domicile dans l’Idaho. Chapeau l’artiste, que dieu te bénisse.

2) Quels sont les bienfaits du bâton sauteur ?

Passons au vif du sujet, pourquoi auriez-vous envie de poser vos magnifiques fesses sur un bâton sauteur ? Je m’en vais vous le dire !

Brûler des calories, avec le smile !

exercice bâton sauteurEn général, quand on parle de « botter le derch' » aux calories, on parle de souffrance, de corvée, de douleur, on parle de séances d’entrainement auxquelles on se rend à reculons en tirant une gueule de six pieds de long.

Que nenni ici !

Quand vous serez en train de rebondir, cheveux au vent sur votre bâton sauteur, vous ferez travailler les muscles de vos jambes et de vos fesses, le tout en brûlant des calories ! La dépense calorique peut d’ailleurs aller jusque 600 calories par heure, autant dire que ces dernières vont fondre comme des rillettes sur un radiateur !

Pour info, j’ai trouvé partout ce chiffre de 600Kcalories par heure passée à faire jou-jou avec votre « batonnet », mais je n’ai pas pu mettre la main sur une source officielle. D’autre part, les sources n’indiquent pas plus de détail (pour quel sexe, quel poids, quelle intensité, etc.). Donc, prenons cette mesure avec des pincettes. On peut imaginer que plus on saute haut et fort, plus la session est intense et plus on peut s’approcher du chiffre annoncé.

Une heure de rebondissement serait alors à peu près équivalente à une heure de course à pied (genre jogging pépouze j’imagine, voir marche active), mais en beaucoup plus amusant !

Ce qu’il faut retenir, c’est que de faire du bâton sauteur, c’est pas juste un mode de transport hipster pour aller au StarBuck’s, cela peut être un moyen décent de brûler quelques centaines de KCalories.

Un exercice complet pour le corps

Cette activité physique présente deux avantages supplémentaires, elle est plutôt de faible impact si vous n’allez pas trop haut (à priori rebondir sur un bâton ne devrait pas endommager vos genoux à moins de vous prendre un mur) et sollicite plus ou moins tous les muscles du corps.

Ainsi, voici les muscles impliqués dans l’effort lorsque vous sautez sur votre monture :

  • dos : c’est la pierre angulaire de votre mouvement. Votre dos va devoir travailler pour maintenir votre équilibre et vous stabiliser. Le muscle grand dorsal, les rhomboïdes, les trapèzes et les deltoïdes seront mis à contribution. Tâchez de maintenir votre dos bien droit.
  • sangle abdominale : vos abdominaux vont travailler de concert avec votre dos pour vous aider à vous stabiliser lorsque vous rebondissez.
  • jambes : elles jouent un rôle majeur dans votre capacité à vous déplacer sur le « pogo stick ». En sautant, vous allez solliciter vos quadriceps et vos mollets.
  • les fessiers : le bâton sauteur peut contribuer à moindre mesure pour tonifier votre fessier. Le mouvement de rebondissement fait travailler les muscles fessiers et les adducteurs de hanche. Pour maximiser les bienfaits sur cette partie du corps, concentrez-vous sur le fait de rebondir plus fort et plus haut.
  • le cœur : parce que mine de rien, c’est un tantinet cardio le bâton sauteur.

On résume, le bâton sauteur :

  • permet de lutter contre l’obésité infantile (ou chez les adultes) en proposant un moyen décent de brûler des calories de manière ludique.
  • peut être acrobatique pour les riders dans l’âme ou les passionnés de l’art du cirque.
  • est relativement de faible impact (évitez tout de même de rebondir trop haut si vos articulations de chevilles sont fragiles).
  • est une activité complète qui propose de tonifier la chaîne postérieure tout en renforçant le dos et la sangle abdominale.
  • est surtout très, très fun pour tout le monde.

3) Comment apprendre à sauter avec un pogo stick ?

Minute papillon, avant de commencer à agiter votre bâton, assurez-vous :

  • d’être sur une surface bien plane
  • d’avoir suffisamment d’espace autour de vous
  • de vérifier que le sol possède une bonne adhérence et n’est pas mouillé ni trop mou (en plaçant le pogo stick à 45° sur ce dernier et en effectuant des pressions)
  • de porter un casque, même si cela vous rend un poil ridicule (ridicule, vous le serez toujours plus à poil dans votre lit d’hôpital)

apprendre le bâton sauteurApprendre à monter sur un pogo stick est un peu comme apprendre le vélo (sans les roues, noteront toutefois les plus fins observateurs d’entre vous).

Et vous pourriez bien avoir besoin d’un bro’ près de vous pour vous assister. Votre ami peut ainsi se placer en face de vous et tenir les poignets, afin que vous n’ayez à vous concentrer que sur le fait de monter sur l’engin. Vous pouvez ensuite prendre connaissance de ce nouvel environnement et même commencer à faire de petits sauts de cabris, alors que votre pote tient toujours votre manche (façon de parler).

Si vous êtes comme moi et que vous n’avez pas d’amis, vous allez avoir besoin d’un support autre, qui peut être une rampe, une barrière, un poteau de foot, etc..

Montez sur votre bâton sauteur en agrippant d’un bras votre support, bras quasi tendu latéralement pour bien trouver votre point d’équilibre.

Faites de petits bonds, c’est bien, c’est très bien !

Maintenant que vous êtes habitué à votre nouveau copain, rendez-vous sur une matière plus soft, comme un coin de pelouse bien ferme, afin d’apprendre les vrais plaisirs de la vie du « pogo rider ».

Remontez sur votre bâton, cette fois-ci sans support. Pour cela, placez bien le centre de votre pied sur le support (et pas seulement la pointe ou le talon), ce qui aidera vos genoux à bien se placer de part et d’autre du tube de votre pogo stick. Ainsi, vous serez en bonne posture pour agripper le tube central avec l’intérieur de vos cuisses

Ce que je ne veux pas voir :

  • le stick loin du corps, on ne veut pas de ça, car le bâton serait alors dans un angle complètement différent de celui décrit par le corps, ce qui n’est pas bon pour votre équilibre
  • en parlant d’angle, on veut aussi éviter que l’angle d’attaque du bâton sur le sol soit trop aigu, si vous sentez le coup venir, jetez votre pogo stick et retombez sur vos pieds
  • n’essayez pas d’aller trop haut pour votre baptême de l’air, plus vous allez haut, plus il est difficile de maintenir l’équilibre

Crédits : ces (excellentes) informations textuelles et visuelles ont été extraites de cette très bonne chaîne YouTube sur le sujet : @vurtegopogo

Comment sauter plus haut ?

xpogo

C’est l’étape suivante, en toute logique.

Les petits sauts c’est sympa 5 minutes, mais vous, vous rêvez de grandes envolées, jeune cabri, pas vrai ?

Pour vous envoyer en l’air avec votre bâton, le ressort doit être comprimé par votre poids et votre mouvement, c’est tout ce qu’il y a de plus basique niveau physique.

Entre chaque saut, vous allez accumuler de l’énergie, jusqu’à un certain point où vous atteindrez un plateau.

C’est à ce point que les vrais Pogo rider sortent leur botte secrète : le Xpogo, une sorte de bâton de l’extrême au ressort génétiquement modifié.

Ces modèles sont construits avec des ressorts très résistants qui se compriment bien plus que les ressorts ordinaires.

Résultat des courses : quand le ressort se décompresse, il libère plus d’énergie et expédie le rider au 7e ciel pour son plus grand plaisir.

Dernier recourt pour aller plus haut : Amel Bent l’intensité de vos sauts.

Plus vous serez en mesure de pousser vers le sol et de soulever le bâton avec différents muscles de votre corps, meilleurs seront vos résultats. Utilisez les muscles de toute votre chaîne postérieure pour une meilleure compression et renforcer vos bras pour soulever le pogo stick est un travail qui peut porter ses fruits.

En clair : la hauteur que vous pouvez atteindre sur un bâton sauteur dépend de plusieurs facteurs tels que votre forme physique et la capacité du ressort à se comprimer et se décompresser efficacement. Pour sauter plus haut, vous devrez soit vous entraîner dur et maintenir une forme olympique, soit avoir recourt à un ressort plus puissant.

C’est finalement pas loin d’être un vrai sport non ?!

Crédit photo : https://xpogo.com/wp-content/uploads/2016/04/AbuDhabi_Mena_Sunrise_Frenchie-1024×682.jpg

Vous tenterez bien quelques tricks ?

Dernière étape, vous maîtrisez maintenant votre bâton sauteur comme ja-ja, il est temps de se faire quelques tricks non ?

Voyons-en quelques-uns assez basiques que vous pouvez tenter sans risquer votre vie (quoique)…

Pogo Stick à un pied

Commencez toujours par votre pied non dominant et essayez de rester en équilibre.

La clé est de savoir exactement quand enlever l’autre pied et de compenser avec le reste de votre poids corporel pour ne pas tomber. Vos transverses vont bosser !

Sans les mains !

LE classique.

Voici une figure à essayer quand vous atteignez des compétences intermédiaires ou avancées, pas avant.

La clé est ici de serrer son bâton entre ses genoux très fermement et ne pas le lâcher (ça va sans dire).

Si vous perdez l’équilibre, n’hésitez pas à vous propulser hors du bâton.

Variante, vous pouvez aussi essayer sans les pieds !

Saut de marches dans les escaliers

Là on entre dans le domaine casse-gueule…

Ce genre de figure ne doit être tenté que lorsque vous vous sentez vraiment prêt, et plutôt avec un XPogo.

La clé est ici de rebondir de façon répétée en haut des escaliers et d’atteindre un parfait équilibre. Une fois que vous êtes sûr que l’escalier est complètement dégagé et que la surface est plane et sèche, penchez-vous doucement vers l’avant. Le premier moment est le plus effrayant, le meilleur conseil est de ne rebondir qu’une seule fois par marche.

Vous faites des progrès, mais inutile d’envisager les fameux championnats de pogo stick : « Pogopalooza« …oui, ça existe !

Quelques images des meilleurs tricks de l’édition 2016 :

Vous avez encore beaucoup à apprendre de votre bâton, jeune padawan, assurez-vous d’y aller progressivement et toujours en sécurité. Protégez-vous toujours avant de sauter !

Le guide pour débuter en Bâton Sauteur (Pogo Sticking)
5 (100%) 1 vote

jeudi 6 décembre 2018|

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer